L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    QuintilesIMS lance un partenariat pour évaluer l'usage en vie réelle des anticancéreux en Europe

    PARIS (TICpharma) - Le groupe QuintilesIMS a annoncé le 22 novembre le lancement d'un partenariat avec les laboratoires pharmaceutiques Bristol-Myers Squibb (BMS), Lilly, Merck KGaA et Pfizer, afin de collecter et analyser des données sur l'usage réel des thérapies contre le cancer.

    Comment les médicaments en oncologie sont-ils réellement utilisés? A quels types de patients sont-ils prescrits dans les établissements de santé? En association avec quelles thérapies et pour quelles indications? Voilà quelques questions auxquelles l'initiative lancée par le groupe issu de la fusion du spécialiste des données pharmaceutiques, IMS Health, et de la société de recherche sous contrat (CRO) Quintiles, entend répondre.

    Ce projet va conduire à la construction d'une infrastructure de collecte et d'analyse des données issues des centres de lutte contre le cancer, des établissements de santé et d'autres acteurs du système de soins volontaires, dans sept pays européens.

    Interrogé par TICpharma, Ashley Woolmore, à la tête du projet chez QuintilesIMS, a souligné "l'importance" que revêt cet accord entre quatre acteurs majeurs de l'industrie pharmaceutique "qui ont préféré s'aligner autour d'un projet commun plutôt que de procéder de manière individuelle".

    A l'inverse des bases de données historiques classiques, il a insisté sur l'objectif d'arriver à "fournir rapidement" des informations afin de "pouvoir décrire ce qui s'est passé en termes d'usage des anticancéreux sur le mois précédent".

    Il a précisé que les données incluront l'ensemble des thérapies en oncologie, et pas seulement les produits commercialisés par BMS, Lilly, Merck KGaG et Pfizer.

    Aucun détail financier n'a été communiqué mais Ashley Woolmore a expliqué que QuintilesIMS financera l'infrastructure sous forme d'investissements et qu'une "contribution financière" des groupes pharmaceutiques était prévue pour la mise en place du réseau.

    Coopération avec les acteurs du soin

    QuintilesIMS a commencé à contacter des services d'oncologie pour leur proposer de participer au projet sur le modèle de la coopération. En échange de la transmission des données dont ils disposent, les établissements de santé auront accès à un "service gratuit d'accès aux analyses produites à partir de la base", a expliqué Ashley Woolmore.

    Il a mis en avant "la démarche de transparence" dans laquelle s'inscrit QuintilesIMS sur la façon dont les données seront collectées et sur leur accessibilité. Il a indiqué que l'effort à fournir par les établissements volontaires pour transmettre leurs données sera "quasiment nul", notamment grâce à des systèmes automatisés.

    Le groupe n'a pas communiqué sur la date à partir de laquelle des données robustes seront produites.

    Sur le plan de la sécurité et de la protection des données personnelles, Ashley Woolmore a assuré que QuintilesIMS était en "totale conformité" avec les législations françaises et européennes. Le groupe procèdera à une "désidentification complète" des données qui seront "agrégées afin de s'assurer qu'à aucun moment, une personne puisse avoir accès à des informations concernant un individu particulier", a-t-il détaillé.

    Le lancement de l'initiative portée par le groupe QuintilesIMS est un marqueur de l'intérêt de l'industrie pharmaceutique pour les données en vie réelle qui peuvent les aider à comprendre comment leurs produits sont prescrits par les acteurs de santé, notamment en fonction des indications thérapeutiques.

    Des données en vie réelle pour la fixation des prix

    L'analyse de ces données est précieuse pour fournir des arguments aux autorités sanitaires des pays européens à l'heure où le prix des nouveaux médicaments anticancéreux est pointé du doigt par des pouvoirs publics.

    A l'occasion de la convention CHAM 2016 en octobre dernier, la présidente du Collège de la Haute autorité de santé (HAS), Agnès Buzyn, s'est montrée favorable à des prix fixés indication par indication, notamment parce que les industriels ont tendance à développer des médicaments dans des indications initiales de niche avant d'orienter la poursuite du développement vers des indications concernant beaucoup plus de patients

    Le président du Leem (Les entreprises du médicament), Patrick Errard, s'est dit prêt à réfléchir à cette fixation du prix par indication, mais seulement si cette évolution est assortie d'un suivi en vraie vie.

    Pour Ashley Woolmore, l'initiative portée par QuintilesIMS et l'engagement de BMS, Lilly, Merck KGaA et Pfizer montrent que l'industrie pharmaceutique est "prête à avancer dans ce sens" en se dotant d'outils technologiques permettant ce suivi en vie réelle.

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Pfizer mise sur Watson (IBM) pour accélérer la recherche en immuno-oncologie

    Acteurs

    Inato lève 14 millions d'euros pour développer son IA dans la recherche clinique

    PARIS (TICpharma) - La start-up Inato a levé 14 millions d'euros afin d'accélérer le développement technologique et commercial de sa plateforme faisant appel à l'intelligence artificielle (IA) pour automatiser la recherche de partenaires dans le cadre du lancement d'essais cliniques, a expliqué à TICpharma son co-fondateur et directeur général, Kourosh Davarpanah, début février.

    0 569

    Acteurs

    CES 2020: comment la santé prépare son show à Las Vegas

    PARIS (TICpharma) - Année après année, la santé se taille la part belle au Consumer Electronics Show (CES) et pour cette édition 2020, ce sont une cinquantaine de start-up françaises du monde de la santé qui feront le voyage à Las Vegas pour dévoiler leurs innovations et se mettre en quête de partenaires.

    0 518

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 5 =