L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Les fabricants d'aides auditives s'emparent (aussi) de l'intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - Les fabricants d'aides auditives ont de plus en plus recours aux technologies d'intelligence artificielle (IA) et aux capteurs embarqués pour améliorer le traitement du son, mais aussi pour développer de nouvelles fonctionnalités comme la détection des chutes, le suivi du rythme cardiaque, la traduction instantanée ou la télé-audiologie.

    Ils s'appellent Sivantos (ex-Siemens Audiologie), Phonak (groupe Sonova), Oticon, Starkey ou Widex et se partagent la plus grande partie du marché des prothèses auditives. Leur point commun? Ils développent tous des stratégies d'innovation faisant appel à l'informatique, au traitement de données et à l'IA.

    Fin mars, l'américain Starkey a annoncé en grandes pompes à la Philharmonie de Paris une "révolution auditive" avec la sortie de sa nouvelle aide auditive Livio AI, truffée de capteurs et de technologies.

    "Nous définissons une nouvelle catégorie d'aides auditives qui, en plus des fonctions d'amélioration et de correction de l'audition, va proposer une panoplie de services liés à la santé globale et à la communication personnelle", s'est félicité à cette occasion Thierry Daudignon, directeur général de Starkey en France.

    Au-delà des progrès techniques (triplement de la capacité de calcul, doublement de la mémoire intégrée dans la prothèse, intégration de capteurs inertiels) qui permettent de mieux "trier" les environnements sonores, Livio AI a été conçue pour de multiples usages.

    Connectées en bluetooth à un smartphone doté de l'application mobile Thrive Hearing Control de Starkey, ces aides auditives envoient des informations grâce à leurs capteurs inertiels permettant d'établir chaque jour un "score corporel" et un "score cérébral". Le premier est lié au nombre de pas détecté chaque jour chez l'utilisateur, et le second est établi en fonction du temps d'utilisation de l'aide auditive et des interactions sociales décelées par le système.

    Les capteurs inertiels de Livo AI lui permettent de détecter d'éventuelles chutes, et d'envoyer automatiquement une alerte par SMS à trois proches ou aidants dont le numéro a été pré-enregistré.

    Des algorithmes de traitement naturel du langage rendent aussi ces produits capables de traduire en temps réel le discours d'un interlocuteur en pas moins de 27 langues, de répondre à des questions posées par l'utilisateur et de réaliser des transcriptions audio-texte en temps réel.

    Et Starkey ne compte pas s'arrêter là. "Dans les prochains mois", le fabricant ajoutera à Livio AI une fonctionnalité de monitoring de la fréquence cardiaque et d'évaluation de la vitesse de récupération après effort, a déclaré Thierry Daudignon.

    Le recrutement fin 2017 d'Achin Bhowmik, figure de la Silicon Valley ayant occupé le poste de vice-président et directeur général de la division "informatique perceptuelle" d'Intel, au poste de directeur technique (chief technology officer -CTO- en anglais) et vice-président exécutif de Starkey, est un symbole de ce virage pris par le fabricant vers l'informatique et les technologies d'IA.

    Analyse de données

    Et Starkey n'est pas le seul à avoir fixé ce cap. A chaque édition du Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas, les fabricants se livrent une guerre sans merci, à la recherche du plus grand nombre de récompenses dans le domaine des technologies auditives.

    L'aide Livio AI de Starkey a ainsi reçu un innovation award au CES 2019, tout comme Phonak, pour ses aides auditives connectées Audéo Marvel, et Oticon, pour l'application mobile Oticon Kaizn, récompensée à deux reprises.

    Il faut dire que le fabricant danois ne cesse de lancer de nouveaux produits et services. Après avoir connecté ses aides auditives à internet pour les intégrer à des écosystèmes IoT (Internet of Things), Oticon a sorti en septembre 2018 l'aide intra-auriculaire Open IIC puis l'application mobile HearingFitness, qui analyse les données de l'utilisateur pour lui proposer des conseils et soins personnalisés.

    Cette mise à niveau de plus en plus fréquente des appareils auditifs est une autre conséquence de leur informatisation croissante. "Le cycle de vie des produits a totalement changé. Auparavant, un produit était figé pour quatre à cinq ans. Sur notre aide auditive Opn sortie en 2016, nous réalisons des mises à jour tous les six mois", a partagé dans un entretien à TICpharma Eric Bougerolles, responsable audiologie chez Oticon France.

    "L'informatique embarquée, les micrologiciels, l'IA et plus largement tout ce qui touche au numérique et au traitement de données sont des éléments qu'on apprend à développer", a-t-il ajouté, faisant état de "nombreux" recrutements sur ces compétences au siège danois d'Oticon.

    "Avec l'arrivée de l'IA et des systèmes adaptatifs à la fin des années 2000, on a vu tout d'un coup un vrai changement dans ce qu'apporte une aide auditive, qui n'est plus juste un amplificateur."

    Chez Oticon, l'IA est ainsi utilisée pour "aider le cerveau de l'utilisateur à trier et analyser l'information et le bruit" et à s'adapter aux différents environnements sonores. Le fabricant fait aussi appel à cette technologie pour analyser les données d'utilisation de ses appareils afin de mieux les paramétrer.

    "Nous essayons de croiser toutes ces informations avec des approches de deep learning [apprentissage profond] pour trouver des schémas qui permettent de modifier le fonctionnement de l'appareil en fonction de l'usage et de l'environnement", a expliqué Eric Bougerolles.

    Connectivité tous azimuts

    Chez Widex, l'autre fabricant danois, des outils de machine learning [apprentissage automatique] ont été intégrés en 2018 aux aides auditives Evoke, avec la technologie Widex SoundSense, qui fait évoluer les réglages des prothèses en fonction de leur utilisation pour "personnaliser l'expérience d'écoute".

    Selon Widex, le traitement des données d'utilisation a permis à l'IA d'être 25% plus rapide pour paramétrer les aides auditives.

    Une tendance constatée chez tous les fabricants est aussi la connectivité bluetooth des aides auditives à d'autres appareils comme des smartphones, des télévisions ou du matériel hi-fi, très mise en avant chez le suisse Phonak avec son dernier modèle Audéo Marvel.

    Phonak a aussi misé sur la télé-audiologie, en permettant à l'audio-prothésiste, via l'application mobile myPhonak, de régler à distance l'appareil. Un sujet sur lequel Eric Bougerolles travaille également pour Oticon.

    Au sein du groupe Sivantos, les dernières innovations ont concerné la gamme d'aides auditives Signa, co-brandées avec Siemens. Le modèle Styletto Connect dispose depuis début 2019 d'une connexion bluetooth et d'une recharge nomade poussant son autonomie à quatre jours d'utilisation. Il profite aussi d'une technologie de reconnaissance vocale et d'une application mobile pour pouvoir régler les aides auditives.

    Tous ces progrès technologiques ont lieu dans un paysage concurrentiel et qui évolue rapidement. En 2015, Siemens a cédé son activité en audiologie au nouveau groupe allemand Sivantos, dont il est resté actionnaire.

    Il y a moins d'un an, Sivantos annonçait un projet de fusion avec Widex au sein d'une entité unique baptisée WS Audiology, pour laquelle les deux fabricants ont obtenu l'accord de la Commission européenne en mars dernier.

    On note aussi une forte hausse de la demande en appareils auditifs ces dernières années. Selon les chiffres communiqués en début d'année par le Syndicat national de l'industrie des technologies médicales (Snitem), les ventes françaises d'aides auditives aux audioprothésistes ont connu une hausse de 10% en volume en 2018, après avoir déjà enregistré une augmentation de plus de 7,5% en 2017.

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Diabète: l'appli FreeStyle LibreLink d'Abbott en panne pendant quatre jours

    Acteurs

    Philips, Vivalto et Bpifrance investissent dans un nouveau fonds pour la santé digitale

    SURESNES (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Philips et la holding du groupe de cliniques privées Vivalto santé ont annoncé leur participation, aux côtés d'autres investisseurs et acteurs de santé, à un nouveau fonds de capital-innovation consacré aux start-up du domaine de la santé et du digital.

    0 414

    Acteurs

    Cellnovo accélère dans la course aux solutions connectées pour le diabète

    PARIS (TICpharma) - La medtech Cellnovo a lancé la mise en production "à grande échelle" des cartouches d’insuline de sa micro-pompe connectée, afin de répondre à la demande croissante de connectivité des diabétiques type 1 et de "les aider à mieux gérer la maladie", a expliqué à TICpharma la directrice générale de l'entreprise, Sophie Baratte.

    0 512

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 3 =