L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    La Cnedimts ouvre la voie au remboursement d'un outil de télésurveillance du cancer du poumon

    PARIS (TICpharma) - La commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) de la Haute autorité de santé (HAS) a rendu le 9 avril un avis favorable au remboursement par l’assurance maladie de Moovcare Poumon, un logiciel de télésurveillance du cancer du poumon.

    L'application imaginée par le Pr Fabrice Denis, oncologue à l’Institut Jean-Bernard du Mans, et développée par la société israélienne Sivan innovation, s'adresse au patient de plus de 16 ans, qui doit l'utiliser de façon régulière pour renseigner son état et ses symptômes.

    Les données sont ensuite envoyées de manière sécurisée à l'équipe médicale qui le surveille et grâce à des algorithmes, le système déclenche des alertes auprès des professionnels pour initier des soins de support ou des examens d'imagerie, ou une consultation plus tôt que prévu.

    Parmi les 49.000 patients par an atteints du cancer du poumon, 35.000 pourraient bénéficier de l'application, indique la Cnedimts dans un avis adopté le 9 avril.

    "Moovcare Poumon peut être utilisé avec un traitement de maintenance par chimiothérapie, une thérapie ciblée et/ou une immunothérapie", estime-t-elle.

    Toutefois, "Moovcare Poumon ne convient pas aux patients très symptomatiques au début de leur surveillance pour leur cancer du poumon".

    La commission de la HAS juge le service attendu (SA) de Moovcare Poumon "suffisant" car le dispositif présente un intérêt thérapeutique et un intérêt de santé publique "au vu de gravité de la pathologie".

    Une amélioration de service attendu (ASA) de niveau III (amélioration modérée) a été attribuée et avant le renouvellement d'inscription, dans trois ans, la commission souhaite réévaluer l'intérêt de l'application, notamment à la lumière de résultats d'études multicentriques.

    Un outil "complémentaire"

    Dans son avis, la Cnedimts a pu se pencher sur deux études de faisabilité utilisées pour élaborer l’algorithme de détection réalisées en 2013 et 2014, une étude monocentrique, comparative non randomisée avec une cohorte historique et une dernière étude clinique randomisée contrôlée de phase III (étude Sentinel) réalisée sur une cohorte de 224 patients, en 2017.

    A la lumière de ces études, le gain en survie globale est estimé à 7 mois. Néanmoins, "le faible effectif de patients inclus dans l'étude" rend l'interprétation "délicate", selon la Cnedimts.

    Ainsi, les études multicentriques attendues devront compter un nombre de patients plus important dans les cohortes et viseront à évaluer en situation réelle l'impact clinique et organisationnel des alertes générées par Moovcare Poumon dans la pratique, l'observance et la satisfaction du patient utilisateur.

    Si "Moovcare Poumon n'est pas destiné à se substituer au suivi conventionnel", c'est un outil complémentaire, rappelle la commission.

    Elle donne ainsi son feu vert au remboursement, considérant que le potentiel de l'application est réel et qu'il peut permettre une détection précoce des complications et rechutes du cancer du poumon entre les visites médicales, grâce au report quotidien des données cliniques du patient, par ce dernier.

    En France, le cancer du poumon est le 2ème cancer le plus fréquent chez l’homme et le 3ème chez la femme. C’est aussi la 1ère cause de décès chez l’homme entre 45 et 64 ans et la 1ère cause de mortalité par cancer toutes populations confondues.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Cnil: 465 plaintes liées au secteur de la santé en 2018

    Etudes

    L'intelligence artificielle plus performante que des médecins dans le diagnostic de maladies respiratoires

    (Par Luu-Ly DO-QUANG, au congrès de l'ERS)

    PARIS (TICpharma) - L'intelligence artificielle (IA) a présenté de meilleures performances que des pneumologues dans l'interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires, des symptômes et/ou des analyses biologiques afin de diagnostiquer correctement des maladies respiratoires, montrant l'intérêt de cet outil pour les médecins, selon plusieurs communications présentées au congrès de l'European Respiratory Society (ERS), qui s'est achevé le 19 septembre à Paris.

    0 630

    Acteurs

    Voluntis peaufine ses thérapies digitales en oncologie

    PARIS (TICpharma) - Lancement d'une nouvelle plateforme pour les patients sous traitement anticancéreux, partenariat renforcé avec AstraZeneca, nouvelle version d'Insulia aux Etats-Unis... l'éditeur de logiciels thérapeutiques Voluntis a enchaîné les annonces cet été.

    0 402

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 9 =