L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Déficitaire en 2018, Voluntis croit aux "perspectives porteuses" des thérapies digitales

    PARIS (TICpharma) - Voluntis, société spécialisée dans le développement de solutions numériques pour l'accompagnement des traitements chroniques, a enregistré une perte nette de 15,9 millions d'euros en 2018 mais compte sur les "perspectives porteuses" des thérapies digitales pour redresser la barre en 2019, selon ses résultats annuels publiés le 21 mars.

    Le chiffre d'affaires de Voluntis sur l'exercice 2018 a atteint 4,5 millions d'euros, soit une chute de 38% par rapport à 2017, exercice qui avait été marquée par des paiements d'étapes non récurrents. En 2017, la société avait affiché une perte de 10 millions d'euros, rappelle-t-on.

    Les dépenses ont augmenté sous l'effet de la "consolidation des actifs stratégiques" et de "l'accroissement des frais de personnel", a expliqué Voluntis dans un communiqué.

    L'entreprise a notamment poursuivi ses développements sur l'application Insulia qui fournit aux diabétiques de type 2 des recommandations sur leurs doses d'insuline basale. Elle a mis à disposition en 2018 une version espagnole de l'outil, et a étendu son application aux insulines NPH.

    Le dispositif Insulia est désormais disponible au sein de centres de soins de 13 Etats américains, a-t-elle précisé, mentionnant des "taux d'usage et d'adhérence positifs" et un "niveau élevé de satisfaction" des patients, sans plus de précision.

    En France, l'application fait l'objet d'un remboursement à titre expérimental dans le cadre du programme Etapes (Expérimentations de télémédecine pour l'amélioration des parcours en santé).

    Elle est également "en cours d'évaluation" dans le cadre de programmes pilotes au Canada et en Allemagne, a précisé Voluntis.

    Dans le domaine de l'oncologie, l'éditeur a étendu sa collaboration avec AstraZeneca pour mener l'évaluation clinique de la thérapie digitale eCO (eCediranib-Olaparib), née d'un partenariat avec le laboratoire initié en 2015.

    Il a également étendu son activité à l'immunologie, en signant en décembre 2018 une collaboration avec AbbVie afin de développer, à partir de sa plateforme technologique Theraxium, un logiciel thérapeutique innovant pour améliorer la coordination des soins aux patients en immunologie.

    Fin de la collaboration avec Roche

    A la veille de la présentation de ses résultats annuels pour 2018, Voluntis a annoncé la fin de sa collaboration avec Roche Pharma France dans le développement de la solution Zemy.

    L'accord entre les deux entreprises, signé en octobre 2015, portait sur le développement et la distribution de cette appli pour le suivi des patientes atteintes d'un cancer du sein.

    Une extension à toutes les autres tumeurs avait été annoncée en mars 2018 puis stoppée en octobre 2018. La collaboration dans le cancer du sein va se terminer fin avril, au terme d'une étude clinique de faisabilité menée par Roche Pharma France, a fait savoir Voluntis, sans donner plus de détails.

    Contactée par TICpharma, une porte-parole du laboratoire n'a pas souhaité communiquer les raisons de cette décision, assurant simplement que Roche n'abandonnait pas pour autant ses ambitions dans le domaine de l'e-santé.

    Vers la rentabilité en 2021 ?

    A fin décembre 2018, la trésorerie disponible de Voluntis s'élevait à 19,8 millions d'euros (vs 1,8 million un an plus tôt) grâce à l'introduction en Bourse de la société en mai 2018 (30,1 millions levés) et à la mise en place d'une ligne de financement par emprunt (4 millions).

    L'éditeur a actualisé ses prévisions et vise désormais un chiffre d’affaires de 40 millions d'euros et la rentabilité en 2021. Il tablait initialement sur un chiffre d'affaires d'au moins 50 millions en 2021 et sur un excédent brut d'exploitation (EBE, au sens d'Ebitda) positif en 2020.

    Il a expliqué ce changement par la fin de la collaboration avec Roche et par "le rythme modéré de l’intégration des thérapies digitales dans les processus opérationnels des professionnels de santé, observé au cours de 2018".

    Pour redresser la barre, Voluntis entend poursuivre sa dynamique commerciale "notamment dans le diabète aux Etats-Unis, où le référencement auprès des organismes payeurs s'intensifie".

    Il croit aussi aux perspectives du marché des thérapies digitales dont la couverture médiatique "s'est sensiblement accentuée", et pour lequel les investissements se renforcent.

    Il avance notamment le chiffre de 8,1 milliards de dollars investis en 2018 aux Etats-Unis dans le secteur de la santé digitale et rappelle que "les analystes prévoient ainsi que les thérapies digitales représenteront une catégorie prééminente des technologies de santé en 2019", contribuant à remodeler l'industrie des sciences de la vie".

    La Rédaction
    redaction@ticpharma.com

    À suivre

    Health Data Hub: dix projets retenus pour faire de "l'IA à la française" une réalité

    Acteurs

    Le Syntec Numérique se réorganise pour "faire émerger le secteur du numérique en santé"

    PARIS (TICpharma) - Le comité santé du Syntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique, a vu sa gouvernance remaniée au début de l'été et est désormais coprésidé par un binôme composé d'Olivier Vallet, PDG de Docapost (groupe La Poste), et Isabelle Zablit, présidente de Clavesis, qui veulent "faire émerger le secteur du numérique en santé en France".

    0 490

    Acteurs

    Voluntis peaufine ses thérapies digitales en oncologie

    PARIS (TICpharma) - Lancement d'une nouvelle plateforme pour les patients sous traitement anticancéreux, partenariat renforcé avec AstraZeneca, nouvelle version d'Insulia aux Etats-Unis... l'éditeur de logiciels thérapeutiques Voluntis a enchaîné les annonces cet été.

    0 411

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 3 =