L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Apple Watch: des résultats encourageants dans la détection de la fibrillation atriale

    LA NOUVELLE-ORLEANS (TICpharma) - La montre connectée Apple Watch permet de détecter des irrégularités du pouls pouvant signaler une fibrillation atriale dans la population générale et amener les patients à contacter un médecin pour un suivi, selon une large étude américaine présentée le 16 mars au congrès de l'American College of Cardiology (ACC) à La Nouvelle-Orléans.

    Des données préliminaires ont été présentées lors de la première session late-breaking clinical trials du congrès, consacrée uniquement à cette étude.

    Financée par Apple, l'étude Apple Heart Study (AHS) visait à évaluer la capacité de la montre connectée Apple Watch, qui mesure le pouls par photopléthysmographie, à identifier une éventuelle fibrillation atriale non diagnostiquée et à amener le porteur de la montre à consulter pour ce problème.

    Elle a inclus quelque 419.000 volontaires, aux Etats-Unis, possédant une Apple Watch et un iPhone 5S (et au-delà) compatible. Ont été exclues les montres récentes comprenant une application ECG. Les participants ont été invités à utiliser une application mobile mesurant le pouls par intermittence et détectant les petites irrégularités du rythme. La montre génère des tachogrammes (tracés de la fréquence cardiaque) analysés par l'algorithme qui, s'il détecte un rythme irrégulier effectif de manière répétée sur 48 heures, envoie une notification sur la montre connectée.

    Les participants ayant reçu une notification étaient ensuite invités à contacter un médecin participant à l'étude, via l'application mobile. Après une consultation par vidéo, il était décidé ou non d'adresser au participant un dispositif portable permettant de réaliser un ECG ambulatoire en continu, sur une semaine.

    Au total, 0,5% des participants (2.161) ont reçu une notification de pouls irrégulier. Les notifications étaient plus fréquentes chez les participants de 65 ans et plus (3%) et diminuaient avec l'âge (0,16% chez les 22-39 ans).

    Parmi eux, 658 ont reçu un système d'ECG portatif (patch) et 450 l'ont retourné après utilisation et ont été inclus dans les analyses. Parmi ces 450 patients, 34% avaient effectivement une fibrillation atriale d'après l'ECG.

    Les 66% restants ne sont pas forcément exempts de fibrillation atriale, celle-ci étant intermittente et pouvant avoir disparu le temps de l'utilisation du patch ECG, explique Mintu Turakhia de la Stanford School of Medicine (Californie), co-investigateur principal, dans un communiqué de l'ACC.

    En comparant chez les 450 patients les données ECG à celles du pouls mesurées par la montre au cours de la même période, les chercheurs ont trouvé une valeur prédictive positive du tachogramme de 71% et une valeur prédictive positive des notifications (envoyées après plusieurs tachogrammes irréguliers) de 84%. "Cela signifie que s'il y a une notification, dans 84% des cas l'ECG ambulatoire montre aussi une fibrillation atriale", est-il indiqué dans le communiqué.

    L'étude montre en outre que parmi les participants ayant reçu une notification, environ la moitié a pris contact avec un médecin de l'étude. Mais d'autres ont pu contacter un médecin extérieur, ce qui ne pouvait être suivi dans ce cadre.

    Ces résultats préliminaires suggèrent une bonne capacité des notifications de la montre connectée à identifier une fibrillation atriale.

    Il ne s'agit toutefois que de données préliminaires et d'une étude virtuelle, première étape pour construire la base de futures études examinant l'apport des technologies portables pour la santé cardiovasculaire hors les murs, soulignent les auteurs.

    Carole Debray

    À suivre

    Iktos, la start-up qui met l'IA au service de la recherche pharmaceutique

    Etudes

    SEP: l'appli de suivi d'Ad Scientiam équivalente aux tests standards

    PARIS (TICpharma) - La solution informatique MSCopilot, développée par Ad Scientiam et Roche, a montré une efficacité équivalente aux tests standards pour évaluer les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) dans une étude multicentrique, permettant à la start-up hébergée à l'Institut du cerveau et de la moelle (ICM) d'accélérer le déploiement de son outil en France comme à l'international.

    0 846

    Acteurs

    Amazon se lance dans la vente de dispositifs médicaux

    SEATTLE (Washington) (TICpharma) - Le géant de l'e-commerce Amazon s'est allié à la société américaine Arcadia Group pour vendre une nouvelle marque de dispositifs médicaux sur sa plateforme, a rapporté la chaîne américaine CNBC.

    0 594

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 1 =