L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    Chimiothérapie orale: Vivalto Santé développe avec Roche un serious game pour accompagner les patients

    PARIS (TICpharma) - Le groupe de cliniques Vivalto Santé a présenté le 10 novembre son serious game ChimiOrale développé au centre hospitalier privé (CHP) de l'Europe (Port-Marly, Yvelines) avec le soutien de Roche afin d'accompagner les patients atteints de cancer et recevant une chimiothérapie ou une thérapie ciblée orale avant et pendant leur traitement.

    Ce jeu éducatif, élaboré par les oncologues du CHP de l'Europe en lien avec la direction innovation du groupe, vise à anticiper le développement de la chimiothérapie orale à domicile, estimée à 50% des séances en 2020.

    "L'objectif essentiel est d'optimiser l'observance et le suivi des patients" et de permettre d'élargir l'accès aux chimiothérapies et thérapies ciblées orales à des patients plus fragilisés, a expliqué le Dr Ludmilla Ribière, médecin oncologue dans cet établissement. Le projet vise aussi à améliorer la coordination des professionnels de santé autour du patient et à optimiser le temps des oncologues, a-t-elle ajouté.

    Le jeu éducatif, accessible sur ordinateur, tablette et téléphone, est présenté au patient avant la prise du traitement, lors d'une consultation avec l'infirmière coordinatrice en éducation thérapeutique. S'il l'accepte, ses capacités à utiliser cet outil à la maison sont testées.

    Une fois à son domicile, le patient peut suivre son parcours de soins et répondre à plusieurs questions pour évaluer sa compréhension des informations transmises. L'infirmière coordinatrice en éducation thérapeutique du CHP, Sandra Eclancher, a indiqué que les réponses obtenues au jeu étaient collectées à distance sur la plateforme de coordination appelée VivaltoLife.

    En fonction de celles-ci et des demandes d'examens médicaux complémentaires de l'oncologue, elle organise la venue du patient en hôpital de jour pour valider définitivement le choix d'une thérapie orale. Sur cette journée, des rendez-vous seront organisés en fonction des besoins avec les différents professionnels (gériatre, psychologue, assistante sociale, diététicien, pharmacien,...).

    Les réponses données au jeu permettent d'adapter la prise en charge et le contenu des séances d'éducation thérapeutique.

    Pendant le traitement, l'infirmière met le jeu en mode découverte (informations sur la vie quotidienne et la gestion du traitement). Le patient a accès à une ville en 3D dans laquelle il peut cliquer par exemple sur une maison (informations notamment sur les effets secondaires, le sommeil, la sexualité,...), l'hôpital (le connectant avec les acteurs de son parcours), un bateau (conseils pour les voyages), etc.

    Au début de la prise en charge, il se connecte une fois par semaine puis tous les 15 jours. Il peut remplir des questionnaires et envoyer des photos à l'infirmière, par exemple sur un effet secondaire. S'il ne trouve pas de réponse à ses questions, il peut se connecter sur la plateforme VivaltoLife et se faire conseiller ou orienter vers un professionnel (oncologue, médecin traitant,...).

    Il est prévu d'ouvrir prochainement la plateforme à des professionnels de ville (pharmacien, médecin traitant, infirmiers libéraux...) ou des aidants choisis par le patient. Les professionnels auront accès aux fiches concernant les traitements de leurs patients, leurs comorbidités et les effets secondaires possibles.

    Enfin, des indicateurs ont été élaborés pour pouvoir analyser les données collectées. Un comité scientifique, regroupant notamment des oncologues, des soignants et un représentant de Roche, a été créé pour travailler sur les impacts médico-économiques, le profil des patients et l'optimisation de la prise en charge des patients âgés.

    Daniel Caille, PDG de Vivalto Santé, a précisé que le développement du jeu avait coûté entre 100.000 et 200.000 €. Le groupe a sollicité Roche pour le jeu mais le laboratoire "nous a laissés libres de choisir le prestataire et le jeu nous appartient", a observé la directrice innovation du groupe, Marie-Pascale Chague.

    VivaltoLife a été développé à partir de la plateforme Domicalis, agréée HDS (hébergeur de données de santé). Elle a été modifiée pour intégrer toute l'information, les fiches et les questionnaires relatifs à la chimiothérapie orale.

    Le Dr Ribière a précisé que les cinq oncologues du CHP s'étaient fortement impliqués. "Nous avons donné, deux années de suite, le budget reçu pour les réunions de concertation pluridisciplinaire à l'élaboration de ce projet et à la mise en place des indicateurs".

    Déploiement sur d'autres établissements en 2017

    Le projet est testé depuis juin au CHP sur une file active d'une centaine de patients. Aucun n'a refusé pour le moment d'entrer dans la démarche et la chimiothérapie orale à domicile a pu être élargie à des patients plus fragiles, a rapporté le Dr Ribière.

    Les premiers retours montrent qu'il n'y a pas de réticence des patients âgés, les enquêtes montrant même que ce sont ceux de plus de 60 ans qui sont les plus disposés à utiliser l'outil, a expliqué Eric Laspougeas, directeur général délégué de Vivalto santé en charge des opérations.

    Une deuxième version du jeu a été élaborée et une troisième sera disponible en décembre. Pour le moment, le test se fait sur l'interaction entre le patient et l'établissement. Il sera ensuite mené sur la mise à disposition des informations aux acteurs de ville puis sur les échanges.

    Le projet a été présenté à plusieurs établissements du groupe qui devraient se lancer début 2017: la clinique Pasteur-Lanroze à Brest, le CHP Saint-Grégoire à Rennes et les cliniques de l'Emeraude à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), Sainte-Marie à Osny (Val-d'Oise) et de l'Europe à Rouen. "Ce qui prend le plus de temps, c'est de changer les organisations", les groupes projets se mettent en place puis on apporte l'outil quand chacun a bien compris son rôle, a expliqué Marie-Pascale Chague.

    Daniel Caille n'exclut pas de vendre ce nouvel outil à d'autres établissements.

    Récupérer du chiffre d'affaires en augmentant le nombre de patients

    L'outil développé vise aussi à attirer davantage de patients dans les établissements du groupe (14,7% des séjours en oncologie médicale, 30.274 séances de chimiothérapie en 2014 dans neuf cliniques).

    Alors que la moitié des séances de chimiothérapie devraient être réalisées à domicile en 2020, Daniel Caille a estimé que le groupe devrait "perdre" 25.000 séances sur environ 50.000. Il faut s'interroger sur comment rattraper cette perte de chiffre d'affaires et accompagner cette évolution en utilisant l'innovation pour reconstruire un "business model", a-t-il souligné.

    Pour lui, cela pourrait passer par une augmentation de l'attractivité et donc du nombre de patients. Il table sur le fait que ses établissements seront les premiers à proposer un suivi innovant en chimiothérapie orale avec le serious game. Un bilan sera dressé dans un ou deux ans pour voir "si ça marche", a-t-il noté. Le groupe réfléchit également à l'architecture et à l'ambiance des plateaux de chimiothérapie.

    La plateforme VivaltoLife devrait évoluer pour intégrer de nouvelles prises en charge, par exemple par le biais d'objets connectés. Interrogé sur le développement d'autres serious games, Daniel Caille a indiqué que cela pourrait se faire dans le champ de la chirurgie bariatrique, où le groupe est très présent.

    Le groupe Vivalto Santé est composé de 18 cliniques, représentant un chiffre d'affaires de 415 millions d'euros et regroupant plus de 1.300 médecins. Ce chiffre ne tient pas encore compte de l'acquisition récente de l'hôpital privé de Cesson Sévigné (Ille-et-Vilaine).

    Caroline Besnier

    À suivre

    QuintilesIMS lance un partenariat pour évaluer l'usage en vie réelle des anticancéreux en Europe

    Acteurs

    Coronavirus: une large coalition d'acteurs lance un appel à projets innovants

    PARIS (TICpharma) - La Coalition innovation santé, initiée par des acteurs publics et privés de la santé face à l'épidémie de coronavirus, a lancé le 25 mars un appel à projets innovants.

    0 127

    Solutions

    Sérialisation: les Hospices civils de Lyon testent avec Arrow la désactivation des codes consolidés

    LYON (TICpharma) - Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont réalisé avec le laboratoire Arrow (groupe Aurobindo) un premier test concluant de désactivation de codes consolidés de médicaments, le premier en Europe, a annoncé l'établissement dans un communiqué diffusé en avril.

    0 1979

    Vos réactions

    • M

      Maisdaf

      C'est honteux.La maladie n'est pas un jeu. Le souci principal est de compenser la perte financière
      Quant aux protagonistes on devrait leur donner des cours d'écoute du patient Quant à la vérification de la capacité à utiliser les outils informatiques je n'en ai pas vu la moindre ébauche
      C'est pitoyable !

      20/11/2018 à 10:00

      Signaler un abus au modérateur

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 2 =