L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Sérialisation du médicament: le ministère de la santé se penche sur les propositions des syndicats d'officinaux

    PARIS (TICpharma) - La direction générale de la santé (DGS) a invité les représentants des pharmaciens d'officine à formuler des propositions pour faciliter la mise en oeuvre de la sérialisation du médicament dans les officines, et s'est engagée à ce que leur faisabilité technique et juridique soit évaluée par le ministère de la santé d'ici début janvier, selon un échange de courriels que s'est procuré APMnews (site d'information d'APM International, dont fait partie TICpharma).

    Le 29 novembre 2018, une réunion était organisée à l'initiative de la DGS avec les représentants des pharmaciens d'officine et des éditeurs de logiciels officinaux, ainsi que le Conseil national de l'ordre des pharmaciens (Cnop), afin de faire le point sur la mise en œuvre du règlement délégué portant sur la sérialisation, prévue pour le 9 février 2019 (lire dépêche du 23 février 2018).

    A la suite de cette réunion, "considérant l’hétérogénéité des positions des acteurs présents", la DGS a demandé aux représentants de la profession de lui faire parvenir avant le 10 décembre des propositions écrites de modalités de mise en oeuvre de la sérialisation, indique un courriel adressé aux participants de la réunion, consulté par APMnews.

    La DGS s'engage à ce que ces propositions soient "étudiées par le ministère afin de déterminer les responsabilités respectives de chacun des acteurs et d’évaluer pour chaque proposition leur faisabilité technique et juridique". Elles seront ensuite "soumises à l’arbitrage ministériel", dont les résultats seront communiqués lors d'une réunion prévue début janvier 2019.

    L'Union des syndicats de pharmaciens d'officines (Uspo), qui a dévoilé ses propositions lors d'une conférence de presse le 18 décembre 2018, souhaite que le pharmacien n'ait pas à effectuer le contrôle du médicament devant son client.

    "On imagine le patient qui constate que son officine vend des médicaments contrefaits", a commenté le président du syndicat, Gilles Bonnefond, qui a pointé la perturbation que cela pourrait causer pour le patient et le pharmacien.

    L'Uspo propose que le contrôle et la lecture du code datamatrix soient effectués par le pharmacien à la réception des médicaments et que la désactivation du code intervienne à leur suite. Ce mécanisme "permet d'éliminer immédiatement les médicaments invendables sans stockage inutile et coûteux", a fait valoir l'Uspo dans un communiqué.

    Tracer les boîtes grâce à un numéro de lot

    Selon un document confidentiel, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) propose pour sa part de découpler la vérification de la désactivation du code: le pharmacien contrôlerait ainsi les médicaments à leur réception mais désactiverait le code en présence du patient. Le syndicat suggère également de tracer les boîtes au moyen du numéro de lot et de les insérer dans le dossier des patients.

    La FSPF a annoncé le 28 novembre 2018 sa démission de France MVO, organisme chargé de mettre en œuvre le règlement européen en France. Le syndicat a expliqué ne pas partager "le choix d'une mise en œuvre stricte du règlement [...] plutôt que celui d'une adaptation à la situation particulière de la pharmacie française en Europe".

    "Cette réunion du 29 novembre a montré que France MVO n'avait pas du tout préparé la mise en place de la sérialisation à l'officine. C'est pour cela que nous avons décidé d'interpeller directement le ministère", a observé Philippe Besset, vice-président de la FSPF.

    Dans un message daté de fin novembre, France MVO a estimé qu'il ne lui appartenait pas de commenter la décision de la FSPF de quitter
    l'organisme.

    "France MVO est un espace d’échanges, non seulement des positions, mais aussi des propositions de tous les acteurs impliqués dans la chaîne de distribution du médicament", a-t-il souligné.

    "L’ambition de France MVO est de fournir une solution qui permette de rassembler le maximum d’acteurs", a-t-il ajouté.

    Contacté, le Cnop a indiqué ne pas souhaiter s'exprimer sur le sujet.

    Marion-Jeanne Lefebvre

    À suivre

    IA, blockchain, RGPD, Health Data Hub... tout ce qu'il ne fallait pas manquer en 2018

    Acteurs

    Débuts difficiles pour la sérialisation du médicament en Europe

    BRUXELLES (TICpharma) - Le système de vérification des identifiants uniques des médicaments entré en vigueur le 9 février en application du règlement européen sur la sérialisation se heurte à de multiples problèmes techniques suscitant l'inquiétude de plusieurs représentants du secteur.

    0 547

    Politique

    Le numérique en santé en manque d'une gouvernance claire et cohérente

    PARIS (TICpharma) - Si le ministère des solidarités et de la santé a multiplié les initiatives en matière de numérique dans le cadre de sa stratégie "Ma santé 2022", une gouvernance claire et cohérente de l'e-santé au niveau national fait encore cruellement défaut, ont déploré des représentants des éditeurs et fournisseurs de services numériques en santé auprès de TICpharma.

    0 704

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 2 =