L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    CES 2019: les chatbots de WeFight s'étendent à la migraine, l'asthme et la dépression

    PARIS (TICpharma) - Après avoir développé Vik sein, un chatbot (ou agent conversationnel) qui répond aux questions des patientes atteintes d'un cancer du sein, la start-up WeFight annoncera en janvier au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas la sortie d'une version anglaise de l'outil, et son extension prochaine à d'autres pathologies comme la migraine, l'asthme et la dépression, a annoncé à TICpharma son directeur, Benoît Brouard.

    Les sites d'information du groupe APM international couvriront le Consumer Electronics Show (CES), qui se tiendra du 8 au 11 janvier 2019 à Las Vegas. D'ici là, TICpharma.com vous présente chaque mercredi une start-up française du domaine de la santé et du numérique qui fera le voyage aux Etats-Unis pour présenter ses innovations.

    Créée en février 2017, la start-up WeFight fait appel à des outils d'intelligence artificielle (IA), à travers le traitement automatique du langage naturel, pour comprendre une question posée en ligne par un utilisateur et lui proposer quasi instantanément une réponse personnalisée.

    Ces questions peuvent être d'ordre médical (effets secondaires d'un traitement, impacts sur la vie quotidienne, posologie, etc.) ou pratique (organisation des soins, remboursements, etc.). Le chatbot peut aussi rappeler à l'utilisateur ses rendez-vous médicaux ou les moments de prise de traitements oraux, pour favoriser une meilleure observance.

    Capture d'écran chatbot Vik sein
    "Vik est un compagnon digital qui peut aider au quotidien les patients à comprendre leur maladie et répondre à des questions qu'ils n'osent parfois pas poser à leurs médecins", a souligné Benoît Brouard.

    Testé fin 2017 par des patientes de l'association Mon réseau cancer du sein, l'outil Vik sein a déjà "plusieurs milliers d'utilisateurs" et a été étendu cette année aux patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique, a-t-il indiqué.

    De nouvelles fonctionnalités ont été développées pour que le chatbot puisse proposer à la patiente des essais cliniques correspondant à son profil.

    L'outil évalue également la compréhension qu'ont les patientes de leur maladie, en leur posant des questions sur des informations déjà données par le chatbot.

    Financement par les industriels de santé

    Accessible via Facebook Messenger, mais aussi sur une application mobile disponible sur l'Apple Store et Google Play et sur un portail web, le chatbot Vik repose sur un modèle économique BtoBtoC: les industriels de santé financent le développement de l'agent conversationnel, qui est proposé gratuitement aux patients.

    Capture d'écran Vik sein
    "Nous restons maîtres de la solution qui n'appartient à aucun laboratoire. Il n'y a pas de partage de données avec les industriels, qui n'ont aucun droit de regard sur le contenu fourni par Vik", a précisé Benoît Brouard. "Les laboratoires ont tout intérêt à développer des outils en plus du médicament, pour aider les patients à vivre mieux leur maladie et à bien prendre leur traitement", a-t-il relevé.

    La version de Vik dans le cancer du sein a été financée par Novartis, tandis que son extension aux cancers métastatiques a bénéficié du soutien des laboratoires Lilly et Pfizer.

    La start-up WeFight travaille aussi avec des associations de patients, des établissements et des professionnels de santé pour encadrer sur le plan scientifique et médical les réponses apportées par le chatbot et pour être certaine de répondre aux besoins des patients.

    "Nous assurons le développement opérationnel et technique de l'outil, des algorithmes de compréhension du langage du naturel, et créons les réponses du chatbot avant de revoir les contenus créés avec des médecins experts", a expliqué Benoît Brouard.

    D'ici la fin janvier, la start-up lancera des déclinaisons de Vik pour répondre aux questions des patients atteints d'asthme, de migraine ou de dépression. Vik dépression a été développé avec l'aide du service de psychiatrie adulte de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris, AP-HP), tandis que Vik asthme et Vik migraine l'ont été avec les équipes du CHU de Montpellier.

    Etudes cliniques en prévision

    Accompagnée par la région Occitanie à l'édition 2019 du CES, WeFight présentera la version anglaise de Vik sein, espérant ainsi élargir sa base d'utilisateurs potentiels.

    Deux études cliniques sont par ailleurs mises en place afin d'évaluer la pertinence des réponses de son chatbot dans le cancer du sein. Elles devraient concerner à terme "plus de 150 patientes" pour des résultats attendus "dans le courant de l'année 2019", a précisé Benoît Brouard.

    La start-up réfléchit également à développer des tableaux de bords accessibles sur un portail web pour que les professionnels de santé chargés du suivi du patient puissent consulter les informations saisies sur l'interface de Vik et recevoir des alertes. L'outil est surtout envisagé pour le suivi des patients atteints de dépression.

    Fort d'une équipe d'une dizaine de personnes, WeFight est incubé à Montpellier, au sein de l'accélérateur Cap Omega, et à Paris, à l'incubateur de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) situé à station F.

    Financée par des capitaux propres, la société cherche actuellement à engager une première levée de fonds.

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    IA, blockchain, RGPD, Health Data Hub... tout ce qu'il ne fallait pas manquer en 2018

    Acteurs

    Comment Janssen investit dans l’IA pour accélérer sa transformation numérique

    PARIS (TICpharma) - Datathon, chatbot, intelligence artificielle (IA), réalité virtuelle... Janssen France (groupe Johnson & Johnson) prend le virage de la transformation numérique avec l’objectif de "créer de la valeur en partant des besoins des professionnels et des patients", ont expliqué à TICpharma Céline Chevrier, directrice du centre d’excellence data et digital du laboratoire, et Vincent Perrin, directeur de la stratégie clients.

    0 643

    Innovations

    CES 2019: Posos fait appel à l'IA pour répondre aux questions sur les médicaments

    LAS VEGAS (Nevada) (TICpharma) - Créée il y a tout juste un an, la start-up française Posos a présenté au Consumer Electronics Show (CES), qui s'est déroulé du 8 au 11 janvier, un outil faisant appel à l'intelligence artificielle (IA) pour répondre aux questions des professionnels de santé sur les médicaments.

    0 611

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    1 + 2 =