L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    L'association France eHealth Tech passe au crible les start-up de l'e-santé

    PARIS (TICpharma) - L'association France eHealth Tech a publié le premier guide cartographique des start-up de l'e-santé en France afin de "donner plus de visibilité au tissu français de la santé connectée", a expliqué à TICpharma son président Guillaume Marchand.

    Réalisé à partir d'une enquête menée auprès de 102 membres de l'association, ce guide dessine pour la première fois le portrait-robot de la start-up française dans le secteur de l'e-santé, en plus de fournir une liste détaillée des jeunes pousses présentes sur le territoire.

    On y apprend que l'âge moyen de ces start-up est de trois ans, que la grande majorité d'entre elles (57%) emploie moins de 5 équivalents temps plein (ETP), et qu'elles sont principalement implantées en Île-de-France (51%), en Occitanie (10%), en Nouvelle Aquitaine (9%) et en Auvergne-Rhône-Alpes (6%).

    Preuve du dynamisme du secteur, la moitié des start-up sondées sont déjà en phase de commercialisation de leur produit ou service, avec un modèle de revenus en grande partie fondé sur le commerce BtoB et la vente de licence en mode Saas (54%), les abonnements (48%) et des modèles de paiement freemium (25%).

    Elles sont plus nombreuses à proposer des services d'échanges et de partage d'informations entre patients et professionnels de santé (44%) qu'à se positionner sur les solutions automatisées de traitement des données à visée d'aide à la décision (25%).

    Côté financements, un peu moins de la moitié (46%) des start-up interrogées n'ont pas encore effectué de levée de fonds et seuls 10% ont déjà bouclé deux tours de tables.

    "Il y a deux ans, j'aurais dit qu'on manquait cruellement de financements mais aujourd'hui les perspectives sont plus optimistes. C'est un secteur qui bouge beaucoup avec de plus en plus de fonds d'investissement qui créent une branche dédiée à l'innovation en santé numérique", a expliqué à TICpharma Guillaume Durand.

    La présence à l'international semble être de plus en plus privilégiée. Si seulement 4% des start-up interrogées sont présentes dans plus de cinq pays, 36% d'entre elles prévoient une internationalisation en 2017, et 23% en 2018.

    "Le marché est plus mature à l'étranger et l'international devient un passage obligé", a commenté Guillaume Marchand, se félicitant que les start-up françaises cherchent à élargir leur horizon.

    Il note aussi "la visibilité de plus en plus forte en France des écosystèmes étrangers" qui vont à la rencontre des entrepreneurs pour les accompagner dans leur internationalisation.

    "Rencontres thématiques" avec les pouvoirs publics

    Selon le président de l'association de start-up, les actions menées par l'agence Business France (ex Ubifrance) et l'identification des métropoles les plus actives en matière de numérique avec le label French Tech délivré par les ministères de l'économie et des finances ont contribué à cette ouverture au marché mondial. "Le label French Tech a joué pour les antennes étrangères présentes en France en donnant de la visibilité à ce tissu de start-up", a-t-il jugé.

    Dernier signe de cette présence au-delà des frontières de l'Hexagone, la création au sein de l'association France eHealth Tech, à moins d'un an de sa création, d'une commission internationale ayant pour objectif le partage de compétences et de réseaux à l'échelle mondiale.

    L'association entend poursuivre ses travaux pour "rendre lisible" l'action des start-up françaises de la santé mobile et "faire entendre leurs messages" aux pouvoirs publics, a souligné Guillaume Marchand.

    Pour ce faire, il va mettre en place des réunions "mensuelles ou bimestrielles" conviant les ministères, ordres professionnels et autres institutions du secteur de la santé autour de "rencontres thématiques" avec des start-up. "L'objectif est qu'elles puissent exposer ce qu'elles font et faire part de leurs difficultés au quotidien", a-t-il indiqué.

    France eHealth Tech compte enfin se positionner de façon apolitique dans le contexte de l'élection présidentielle pour faire remonter les problèmes et les contraintes rencontrées, et interroger les candidats sur les éléments de leur programme propres à lever ces obstacles.

    Le guide des start-up de la e-santé proposé par France eHealth Tech

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Convergence sciences de la vie/informatique: la France a un "potentiel extraordinaire" (Elias Zerhouni, Sanofi)

    Acteurs

    Owkin lance un consortium de blockchain en santé pour accélérer la recherche grâce à l'IA

    PARIS (TICpharma) - Un consortium mené par la start-up Owkin et constitué de neuf partenaires a lancé le 4 octobre le projet Substra pour accélérer la recherche et mieux exploiter les données médicales grâce à l'intelligence artificielle (IA) et la blockchain.

    0 577

    Acteurs

    La Cnil adopte deux référentiels précisant les compétences du délégué à la protection des données (DPO)

    PARIS (TICpharma) - Le Journal officiel du 11 octobre a publié deux nouveaux référentiels de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) précisant les compétences du délégué à la protection des données (DPO).

    0 469

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 5 =