Une opération de maintenance est prévue jeudi 22 Avril 2021 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Europe: 50,5 millions d'euros investis dans des start-up d'e-santé en 2014-15

    PARIS (TICpharma) - Neuf start-ups européennes spécialisées dans l'e-santé ont levé un total de 50,5 millions d'euros auprès de fonds de capital-risque en 2014 et en 2015, montre une étude du fonds Serena Capital, qui s'est penché sur quelque 3.000 opérations.

    Parmi les opérations répertoriées dans la santé, aucune ne porte sur une entreprise basée en France.

    Les investisseurs se sont notamment dirigés vers le finlandais Bedditt, qui commercialise une application pour le suivi du sommeil, l'autrichien MySugr et sa plateforme de suivi des patients diabétiques, ou le suisse Sophia Genetics, spécialiste des logiciels de séquençage de l'ADN.

    "Dans la santé, ce sont surtout des sociétés spécialisées dans le quantified self, l'automesure de soi, qui ont été visées", a expliqué à TICpharma Jean-Baptiste Dumont, partner chez Serena Capital, dont l'étude a été diffusée début octobre.

    Tous secteurs confondus, environ 1,2 milliard d'euros ont été investis dans 130 start-up européennes spécialisées dans les datas en 2014-15, dont 611 millions dans le cadre de levées de fonds inférieures à 20 millions et 630 millions dans des opérations supérieures à ce montant.

    "Les sociétés ont dépassé le stade de l'amorçage. On est sur des entreprises déjà établies, avec un chiffre d'affaires et des projets concrets", a indiqué Jean-Baptiste Dumont. "Sur les 130 start-up, une cinquantaine ont levé un montant supérieur à 5 millions d'euros", a-t-il ajouté.

    L'ensemble des secteurs ont été concernés, notamment ceux considérés comme plus "traditionnels" et moins ouverts au numérique (énergie, ressources humaines, sport, environnement, vente aux détails, automobile, agriculture...).

    La santé se classe numéro quatre en valeur (hors levée de fonds supérieure à 20 millions d'euros), derrière les technologies publicitaires (78,9 millions), la perception client (customer insight en anglais, 73,6 millions), et les ventes et le marketing (60,1 millions).

    En nombre de start-up financées, elle est sixième avec neuf entreprises, devancée par la perception client (19), les technologies publicitaires (17), les ventes et le marketing (10), les logiciels horizontaux (qui s'adressent à plusieurs secteurs différents et pas seulement à un métier, 10) et l'e-commerce (10).

    Aucune levée de fonds supérieure à 20 millions d'euros n'a concerné la santé.

    Par pays en valeur, la France arrive quatrième avec 70 millions d'euros investis, derrière le Royaume-Uni (176 millions), les pays du Nord de l'Europe (94 millions) et l'Allemagne (84 millions). En nombre de start-up concernées, l'Hexagone se classe à la deuxième position (26), entre le Royaume-Uni (42) et l'Allemagne (16).

    Entreprises
    Montants levés en 2014-15 (en euros)
    Beddit
    7,44 millions
    Big Health
    3,07 millions
    Cortrium
    0,05 million
    CubeSensors
    0,65 million
    Lifesum
    6,23 millions
    LindaCare
    1,5 million
    MySugr
    4,46 millions et 1 million (deux levées de fonds)
    Sensovida
    0,1 million
    Sophia Genetics
    12,1 millions et 13,95 millions

    L'Ă©tude de Serena capital

    Guillaume Bietry

    À suivre

    L'association France eHealth Tech passe au crible les start-up de l'e-santé

    Etudes

    Une intelligence artificielle pourrait aider au diagnostic rapide d'infection par le coronavirus

    LONDRES (TICpharma) - Une intelligence artificielle travaillant à partir d'un scanner thoracique et de données cliniques et biologiques pourrait aider à faire un diagnostic rapide d'infection par le coronavirus Sars-CoV-2, selon une étude américano-chinoise publiée dans Nature Medicine le 19 mai.

    0 2515

    Etudes

    Publication d'une étude sur l'usage en vie réelle du jeu vidéo médical OdySight

    PARIS (TICpharma) - Testé sur 950 patients français pour évaluer son usage "dans la vraie vie", le jeu mobile médical en ophtalmologie OdySight a obtenu un taux de rétention moyen de 43% après trois mois d'utilisation, d'après une étude publiée fin avril dans la revue scientifique américaine The Journal of Ophtalmogical Science.

    0 2448
    https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICPHARMA&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 4 =