Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Boehringer Ingelheim investit tous azimuts dans sa "transformation digitale"

    INGELHEIM (Allemagne) (TICpharma) - Boehringer Ingelheim s'est lancé dans plusieurs investissements en vue de réaliser sa "transformation digitale", a expliqué son directeur financier, Michael Schmelmer, lors d'une conférence de presse organisée le 25 avril.

    Le dirigeant, qui s'exprimait à l'occasion des résultats annuels de 2017, a expliqué que cette transformation digitale était bâtie sur "trois piliers": elle passe par des investissements, un laboratoire interne d'innovation et la digitalisation de ses activités historiques.

    Le laboratoire prévoit d'orienter 50 millions des 250 millions d'euros de volume d'investissement de son propre fonds, le Boehringer Ingelheim Venture Fund, dans l'innovation digitale. La dotation du fonds a été augmentée pour conduire cette nouvelle stratégie, a-t-il été précisé.

    Ces investissements seront ciblés dans des actifs "à stade précoce". Ils se traduiront par des partenariats, comme celui noué récemment avec le "Startupbootcamp Digital Health" de Berlin. L'enjeu est de "rester en contact avec de jeunes start-up excitantes à travers le monde". Une collaboration avec un incubateur lyonnais est aussi en discussion, a indiqué Michael Schmelmer. La santé animale du groupe allemand est implantée dans la capitale des Gaules.

    "Nous regardons spécifiquement les start-up que nous pouvons soutenir avec de l'argent, des idées et des partenariats", a déclaré le dirigeant, ajoutant qu'une "acquisition plus tard est possible si elle est dans l'intérêt des deux parties".

    Boehringer Ingelheim a par ailleurs investi 20 millions d'euros en 2017 dans un "laboratoire digital" appelé "BI X". Ce dernier est destiné à "disrupter" le groupe pharmaceutique en élaborant des solutions applicables à toutes ses activités.

    L'idée de BI X est de "tester et mettre en place rapidement" avec le "droit de se tromper dans la mise en oeuvre et d'apprendre de cet échec", a expliqué le directeur financier. Trente employés travaillaient au sein du BI X fin 2017 et l'effectif devrait atteindre 50 personnes au milieu de l'année.

    Le troisième pilier consiste en la transformation digitale des activités actuelles, notamment par une démarche de collaboration ouverte via le portail opnMe.com ouvert il y a quelques mois et dont le principe est d'"apprendre en partageant", a indiqué Michael Schmelmer.

    A ce jour, 20 molécules sont en accès libre et ont donné lieu à 350 demandes d'exploitation. Deux autres molécules sont accessibles uniquement sur la base d'une coopération exclusive. Pour ces dernières, le dirigeant a seulement mentionné que le développement concerne la pneumologie et l'infectiologie.

    Concernant ce troisième pilier, Boehringer Ingelheim développe également un stéthoscope intelligent pour aider les médecins dans le diagnostic précoce des maladies pulmonaires et d'autres applications en santé animale.

    Youness Bousenna

    À suivre

    Nokia Health: l'ex-Withings va repasser sous pavillon français

    Innovations

    Boehringer Ingelheim France dresse un "bilan positif" de son accélérateur de start-up

    LYON (TICpharma) - Le président de Boehringer Ingelheim France, Jean Scheftsik de Szolnok, a dressé le 25 juin un premier "bilan positif" du programme d'accélération en e-santé du laboratoire, et annoncé le recrutement d'une nouvelle promotion de start-up dans le domaine de la santé humaine et animale.

    0 2117

    Acteurs

    Dix industriels s'associent pour améliorer leur modèle prédictif pour la découverte de médicaments

    PARIS (TICpharma) - Dix laboratoires pharmaceutiques participent à un consortium de recherche, impulsé par Janssen (groupe Johnson & Johnson) et coordonné par la jeune société française Owkin, visant à mieux exploiter, grâce à l'apprentissage automatisé, les chimiothèques de chaque industriel et améliorer leurs algorithmes prédictifs pour la découverte de nouveaux médicaments, ont-ils annoncé le 3 juin dans un communiqué.

    0 1063

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 2 =