L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Voluntis met le cap sur la Bourse

    PARIS (TICpharma) - Voluntis, société française spécialisée dans les logiciels thérapeutiques et la télésurveillance, a annoncé le 18 avril l'enregistrement de son document de base par l'Autorité des marchés financiers (AMF), première étape d'un projet d'introduction en Bourse sur le marché Euronext Paris.

    Voluntis a été créé en 2001 par trois entrepreneurs: Pierre Leurent, actuel directeur général, Romain Marmot, directeur général délégué aux opérations, et Etienne Vial, vice-président en charge de la R&D.

    Le siège social de la société est basé à Paris mais Voluntis dispose également de bureaux à Boston (Massachusetts), où il développe des partenariats de distribution, notamment avec Sanofi et Google (groupe Alphabet), et des initiatives directes et projets pilotes avec des centres de diabétologie (voir dépêche du 27 janvier 2017).

    Au 31 décembre 2017, l'entreprise comptait 105 salariés dont 90 en France et 15 aux Etats-Unis. Parmi ces 105 salariés, 58 évoluaient au sein de la division "opérations industrielles", 21 étaient occupés à la vente et au marketing, 18 se consacraient au médical et 8 étaient dévolus à la direction générale et à l'administration.

    A fin 2017, le chiffre d'affaires s'élevait à 7,3 millions d'euros contre 10,2 millions en décembre 2016.

    Voluntis développe des logiciels qui "personnalisent le traitement et accompagnent le patient dans la gestion de sa maladie au quotidien", peut-on lire dans le document de base. Il s'agit précisément, pour l'heure, de solutions logicielles en diabétologie et en oncologie.

    En 2016, Voluntis a obtenu l'avis favorable de la Haute autorité de santé (HAS) pour le remboursement de sa solution de suivi de l'insulinothérapie Diabeo (avec Sanofi), qui n'est toutefois toujours pas prise en charge (voir dépêche du 27 septembre 2016). La même année, il a décroché l'agrément de la Food and Drug Administration (FDA) américaine et un marquage CE pour son application mobile d'aide aux patients diabétiques de type 2 Insulia.

    La société a aussi obtenu, en juillet 2017, l'autorisation de la FDA pour inclure dans son application Insulia des recommandations de dosages sur l'insuline Toujeo (Sanofi).

    Voluntis collabore par ailleurs avec les laboratoires Roche dans le suivi de l'anticoagulation (depuis 2009) et des patientes atteintes du cancer du sein (depuis 2015), via la mise en place d'une solution baptisée Zemy aidant "au quotidien" les malades. En mars 2018, les deux partenaires ont annoncé leur volonté d'étendre le champ de leur collaboration à l'accompagnement de patients atteints de tumeurs solides.

    Objectifs: "maximiser le potentiel commercial" et muscler la trésorerie

    Aujourd'hui, Voluntis motive son entrée en Bourse par sa volonté de "maximiser le potentiel commercial de ses produits dans le diabète et [de] finaliser le développement, puis commercialiser sa suite de solutions en oncologie".

    Dans un second temps, l'entreprise entend "étendre son portefeuille de logiciels à de nouvelles aires thérapeutiques".

    Prévue pour "le premier semestre 2018", l'opération boursière doit également "permettre de couvrir les besoins de trésorerie à moyen terme du groupe". A fin décembre 2017, le cumul des pertes nettes de Voluntis (depuis sa création en 2001) s'élevait à 37,4 millions d'euros, contre 27,8 millions en décembre 2016.

    Parmi les "risques" évoqués par la société dans son document de base et sur lesquels elle "attire l'attention" des potentiels investisseurs, figurent risques financiers, risques de marché ou encore risques liés au secteur d'activité du groupe qui recoupent concurrence, conjoncture économique mais aussi "la détermination du prix et l'évolution des politiques de remboursement des dispositifs médicaux".

    Dans cette partie, Voluntis s'inquiète de la "constante pression économique, réglementaire et politique pour limiter le coût des procédures impliquant des dispositifs médicaux" et des politiques variables en matière de santé numérique, mises en place dans les différents pays où la société développe ses activités.

    Toujours s'agissant des remboursements, la société revient sur le programme ETAPES (Expérimentations de télémédecine pour l'amélioration des parcours en santé), instauré par la direction générale de l'offre de soins (DGOS) dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014.

    Dans le cadre de ce programme, une prise en charge -pour une période de quatre ans- de ses produits Diabeo et Insulia a été actée mais Voluntis prévient qu'il ne peut pas "garantir la pérennisation de ces dispositifs de financements".

    Le capital de Voluntis est aujourd'hui principalement détenu par Bpifrance (25,36%), Sham Innovation santé (15,65%) et CM-CIC Innovation (13,20%). Pierre Leurent, cofondateur de l'entreprise, détient, lui, 5,88% des parts.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    E-santé: quel pilote pour une stratégie française en mal de lisibilité?

    Etudes

    SEP: l'appli de suivi d'Ad Scientiam équivalente aux tests standards

    PARIS (TICpharma) - La solution informatique MSCopilot, développée par Ad Scientiam et Roche, a montré une efficacité équivalente aux tests standards pour évaluer les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) dans une étude multicentrique, permettant à la start-up hébergée à l'Institut du cerveau et de la moelle (ICM) d'accélérer le déploiement de son outil en France comme à l'international.

    0 1238

    Acteurs

    Amazon se lance dans la vente de dispositifs médicaux

    SEATTLE (Washington) (TICpharma) - Le géant de l'e-commerce Amazon s'est allié à la société américaine Arcadia Group pour vendre une nouvelle marque de dispositifs médicaux sur sa plateforme, a rapporté la chaîne américaine CNBC.

    0 478

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 1 =