L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Mylan et Ad Scientiam lancent une application mobile pour le suivi des troubles bénins de la prostate

    PARIS (TICpharma) - Le groupe pharmaceutique Mylan et la start-up spécialisée en e-santé Ad Scientiam se sont alliés pour lancer MyHBP, une application mobile dédiée au suivi en vie réelle et à l'auto-évaluation des patients atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

    Alors que plus de 5 millions de patients en France sont touchés par cette pathologie, Mylan et Ad Scientiam se sont donnés la mission de "rapprocher le patient et son médecin sur la question de l’HBP et fournir un meilleur suivi de la pathologie", a expliqué Grégory Moses, directeur de l’unité prescription de Mylan, lors de la conférence "Santé connectée et urologie" le 26 janvier.

    Pour cela, c'est à Ad Scientiam qu'a été confié le développement de l'application mobile MyHBP, en collaboration avec des médecins généralistes, des urologues et des patients.

    "Les équipes de Mylan et Ad Scientiam travaillent à ce projet depuis la fin de l'année 2016", a indiqué à TICpharma Edouard Harmel, responsable de gammes chez Mylan.

    Fonctionnelle, l'application se décline en plusieurs "fenêtres" comprenant une digitalisation des questionnaires destinés à l’évaluation des troubles mictionnels et des troubles sexuels du patient (questionnaires IIEF5, USP et IPSS), un calendrier mictionnel pour enregistrer les données quotidiennes, un système de rappel de prise de traitement et des informations et conseils hygiéno-diététiques.

    Capture d'écran de l'application MyHBP

    Afin d’impliquer les patients dans leur prise en charge, l’application mobile offre également un accès simplifié aux résultats de leurs questionnaires d'évaluation avec une visualisation graphique de l’évolution des troubles.

    Les patients ont aussi la possibilité d’établir une synthèse de leurs résultats sous forme d’un rapport en PDF qu’ils peuvent alors remettre à leur urologue ou médecin généraliste lors de leur consultation.

    Une première étape avant des études longitudinales en vie réelle

    Disponible gratuitement sur les plateformes de téléchargement iOS et Android depuis le 25 janvier, MyHBP se veut évolutive.

    "Elle se développera en fonction des besoins des patients et des professionnels de santé", a précisé Vincent Galand, responsable des partenariats chez Ad Scientiam.

    Pour la première version de l’application, "les données sont stockées sur le smartphone du patient et pas sur nos serveurs", a insisté le Dr Saad Zinaï, directeur médical d’Ad Scientiam, balayant la question de la sécurité des données.

    Même si aucun calendrier n’a été fixé, MyHBP pourrait, dans sa deuxième version, livrer une précieuse manne de données à ses développeurs. "Cette application est la première brique posée pour des études longitudinales en vie réelle grâce la collecte des données", a en effet indiqué Saad Zinaï.

    Mylan, de son côté, souhaite désormais "engager le dialogue sur les grandes tendances en e-santé et présenter ses solutions innovantes comme MyHBP", a déclaré Grégory Moses, confirmant l’ambition du groupe pharmaceutique de prendre sa part dans la santé connectée.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    L'ordre des médecins publie un livre blanc sur les data et l'intelligence artificielle

    Acteurs

    Partager ses données, un "changement culturel majeur" pour la pharma (Emmanuelle Quilès)

    PARIS (TICpharma) - La présidente de Janssen France (groupe Johnson & Johnson -J&J), Emmanuelle Quilès, a souligné dans un entretien accordé à TICpharma le "changement culturel majeur" que constitue le partage de données entre laboratoires pharmaceutiques dans le cadre de projets exploitant les technologies d'intelligence artificielle (IA).

    0 173

    Acteurs

    Les industriels s'emparent du débat autour de la télémédecine

    PARIS (TICpharma) - Le Leem (Les entreprises du médicament), l'Association des laboratoires japonais présents en France (LaJaPF) et la société Iqvia (ex-QuintilesIMS) ont dévoilé, le 12 décembre, les résultats d'une étude sur l'impact de la télémédecine sur les parcours de soins, une façon pour les industriels "de participer à la réflexion autour de la transformation de notre système de santé", a expliqué Philippe Lamoureux, directeur général du Leem.

    0 481

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 7 =