L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    Une prothèse de genou connectée développée en France d’ici 5 ans

    BREST (TICpharma) - Le CHU de Brest a annoncé mardi 23 janvier le lancement du projet de recherche FollowKnee, qui a pour but de procéder au développement clinique d’une prothèse de genou connectée capable de détecter infections et défauts mécaniques, et sa commercialisation d’ici 5 ans.

    Seules une ou deux autres équipes dans le monde travaillent sur le même sujet, est-il souligné dans un communiqué des différentes parties prenantes du projet, dont le CHU de Brest sera le partenaire clinique majeur.

    Le projet est porté par le CHU, l’université Bretagne occidentale (UBO), l’IMT Atlantique (Institut Mines-Télécom) et l’Inserm, ces 3 dernières structures étant regroupées dans le Laboratoire de traitement de l’information médicale (Latim), unité Inserm 1101, dirigé par le Pr Eric Stindel.

    Le projet, doté de 24 millions d'euros financés pour un tiers par l’Etat, concerne un dispositif de prothèse de genou fabriqué par impression 3D, intégrant des capteurs miniatures capables de détecter une infection ou un défaut mécanique. Ils pourront aussi aider à guider la rééducation du patient.

    Son développement est prévu sur 5 ans, en 2 étapes, sur un total de 250 patients -dont seulement 30 testeront vraiment la prothèse connectée.

    "D’ici 3 ans, nous allons d’abord réaliser des prothèses de genoux fabriquées en 3D et implantées sur 220 patients", précise le Pr Stindel dans le communiqué. "Ensuite, nous y ajouterons les capteurs qui seront testés sur 30 patients. Nous proposerons cette nouvelle prothèse à des personnes plutôt jeunes pour superviser son fonctionnement sur un temps long", ajoute-t-il.

    L’objectif est d’obtenir un produit commercialisable avec une évaluation clinique des résultats d’ici 5 ans, selon le communiqué.

    "Pour le patient, la prothèse de genou connectée signifie plus de sécurité. Il pourra ainsi récupérer à domicile via son smartphone des informations relatives à sa prothèse qu’il pourra transmettre à son kinésithérapeute lors de la rééducation et, s’il le souhaite, à son chirurgien", explique le Pr Stindel. "Une fois ces données reçues, l’objectif sera d’apporter un conseil au patient sur les exercices qu’il peut pratiquer, mais aussi de rechercher les infections qui peuvent parfois être associées à ce type d’intervention chirurgicale. En cas de problème, le patient sera ainsi pris en charge de façon plus précoce et personnalisée".

    Une quinzaine d’emplois devraient être générés à terme dans le cadre de ce projet.

    Les capteurs de la prothèse vont être développés par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Grenoble, l’un des quatre partenaires industriels. La société Imascap, start-up créée par un doctorant du Latim diplômé de l’IMT Atlantique et récemment rachetée par le groupe néerlandais Wright, sera en charge de la commercialisation de la prothèse connectée.

    L'entreprise SLS, initialement spécialisée dans les implants dentaires, réalisera la prothèse en 3D grâce à une imprimante spécifique. Immersion, l’un des leaders européens de la réalité augmentée, va quant à lui proposer des outils d’aide à la pose de la prothèse.

    Carole Debray

    À suivre

    L'Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi sur la protection des données personnelles

    Acteurs

    Télésurveillance: plus de 21.000 patients inclus dans les expérimentations de financement

    PARIS (TICpharma) - "Plus de 21.000 patients" ont été inclus dans les expérimentations de financement des actes de télésurveillance du programme Etapes, dont "un peu plus de 18.000" pour le télésuivi des patients porteurs de prothèses cardiaques implantables, a indiqué la direction générale de l'offre de soins (DGOS) le 21 mai à l'occasion de la Paris Healthcare Week.

    0 716

    Acteurs

    Les fabricants d'aides auditives s'emparent (aussi) de l'intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - Les fabricants d'aides auditives ont de plus en plus recours aux technologies d'intelligence artificielle (IA) et aux capteurs embarqués pour améliorer le traitement du son, mais aussi pour développer de nouvelles fonctionnalités comme la détection des chutes, le suivi du rythme cardiaque, la traduction instantanée ou la télé-audiologie.

    0 757

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 9 =