L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Psychiatrie: un avatar numérique permet de réduire les hallucinations auditives

    LONDRES (TICpharma) - Une thérapie utilisant un avatar numérique pour discuter avec le patient permet de réduire la sévérité des hallucinations auditives verbales réfractaires, montrent les résultats d'une étude britannique publiés dans The Lancet Psychiatry en novembre.

    Cette étude est la première à évaluer de manière contrôlée et à grande échelle ce type de thérapie, et les résultats montrent qu'elle a été plus efficace qu'une psychothérapie de soutien pour réduire les hallucinations de manière importante, souligne The Lancet dans un communiqué.

    Environ 60% à 70% des patients atteints de schizophrénie déclarent entendre des voix. Ces hallucinations auditives verbales sont typiquement désobligeantes et menaçantes, rappellent le Pr Tom Craig du Kings College London et ses collègues.

    Les médicaments sont souvent efficaces pour réduire ces hallucinations mais environ 25% des patients continuent à en avoir. La thérapie cognitivo-comportementale est quant à elle utile, avec toutefois un effet sans grande ampleur.

    Pour les patients, ces voix proviennent d'entités qui exercent leur pouvoir sur eux. Dans cette perspective, plusieurs chercheurs ont développé une approche relationnelle et interpersonnelle visant à redonner aux patients l'ascendant sur ces voix.

    Dans ce projet financé par la fondation Wellcome Trust, les chercheurs du Kings College London, de l'University College London et de l'université de Manchester ont approfondi cette approche en matérialisant la voix par un avatar numérique pour guider le dialogue avec le patient afin que celui-ci reprenne le contrôle.

    Une étude pilote menée auprès de 26 patients a montré que le dialogue avec l'avatar permet de réduire les aspects de persécution, de détresse, d'omnipotence et de malveillance associés à la voix.

    Pour confirmer le bénéfice de cette stratégie, les chercheurs ont inclus 150 patients dans un centre. Ces patients adultes avaient des symptômes psychotiques (schizophrénie ou troubles associés) et souffraient d'hallucinations auditives verbales persistant depuis au moins un an malgré les traitements administrés de manière continue.

    Ils ont été randomisés en simple aveugle entre la thérapie avec un avatar numérique et une psychothérapie de soutien.

    King College London/Wellcome Trust

    Les patients ont été invités à créer eux-mêmes une représentation de l'entité dont il pense être à l'origine de la voix principale parmi toutes celles qu'ils peuvent entendre. Après une séance d'entraînement, le patient dialogue directement avec l'avatar pendant 10-15 minutes lors de sessions de 50 minutes, à raison de 6 par semaine. Le thérapeute est dans une autre salle et peut voir le patient à l'aide d'une caméra. Il intervient soit en parlant au patient directement, soit en faisant parler l'avatar, avec sa voix déformée.

    Les échanges sont enregistrés et le patient a instruction de les réécouter chez lui, en particulier si les voix se manifestent.

    Dans une première phase, le patient est encouragé par le thérapeute à dire à l'avatar qu'il refuse d'être menacé et insulté. Dans une seconde phase, le dialogue évolue de manière à ce que l'avatar cède du terrain et reconnaisse les qualités du patient afin de renforcer son estime de soi et ses capacités.

    Des résultats à 24 semaines

    Après 12 semaines, le score des hallucinations auditives sur l'échelle des symptômes psychotiques (PSYRATS-AH) a baissé dans les deux groupes, mais avec une différence statistiquement significative en faveur de la thérapie par avatar, avec un score de 22,79 points, contre 27,53 points pour les patients ayant suivi la psychothérapie de soutien.

    A 24 semaines, les scores étaient respectivement de 22,18 points et 25,18 points, avec une différence de 1,55 point encore statistiquement significative.

    Les résultats étaient aussi en faveur de l'avatar sur une réduction de la fréquence des hallucinations, ainsi que de la détresse associée à ces hallucinations ou de la malveillance.

    Aucun effet indésirable n'a été attribué aux traitements. Cependant, au cours des 24 semaines de suivi, 5 patients dans le groupe avatar et 7 dans le groupe psychothérapie ont été hospitalisés.

    Ces résultats suggèrent qu'une thérapie brève à l'aide d'un avatar numérique est faisable et bien acceptée par les patients, sans effet indésirable, et qu'elle permet d'obtenir une réduction rapide et soutenue des hallucinations auditives verbales, concluent les chercheurs.

    D'autres essais cliniques doivent confirmer l'efficacité de cette approche qui pourrait devenir une option thérapeutique des hallucinations auditives verbales. L'équipe prévoit notamment d'étudier la perception qu'ont des patients de la réalité virtuelle de l'avatar (comme sa présence), de préciser les modalités de cette thérapie et d'évaluer l'impact économique de cette approche.

    (The Lancet Psychiatry, édition en ligne du 23 novembre)

    Luu Ly Do Quang

    À suivre

    La CJUE sonne le glas de la certification des logiciels d'aide à la prescription

    Etudes

    Des chercheurs font le pari de l'IA pour prédire l'efficacité de l'immunothérapie anticancéreuse

    PARIS (TICpharma) - C'est une première: des chercheurs français ont réussi à entraîner une intelligence artificielle (IA) pour exploiter des images médicales et en extraire des informations biologiques et cliniques destinées à prédire la réponse du patient à l'immunothérapie anticancéreuse, sans pratiquer de biopsie.

    0 426

    Etudes

    La réalité virtuelle, un moyen potentiellement efficace pour traiter le vertige

    LONDRES (TICpharma) - Une psychothérapie utilisant la réalité virtuelle immersive a donné de bons résultats dans le traitement du vertige dans un essai clinique anglo-espagnol, selon un article publié dans The Lancet Psychiatry.

    0 348

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 5 =