L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Publication du cahier des charges sur la télésurveillance des prothèses cardiaques

    PARIS (TICpharma) - La télésurveillance des prothèses cardiaques implantables va pouvoir débuter avec une rémunération des professionnels effectuant cette activité, après la parution au Journal officiel du 22 novembre d'un arrêté sur le cahier des charges des expérimentations.

    En attendant une inscription définitive de l'acte de télésurveillance de ces dispositifs (défibrillateurs implantables et stimulateurs cardiaques), l'expérimentation, lancée dans le cadre des expérimentations de télémédecine prévues par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2014, va constituer une phase transitoire.

    Interrogée par APMnews (groupe APM International, dont fait partie TICpharma), la direction générale de l'offre de soins (DGOS) a indiqué que "la parution du cahier des charges au JO permet désormais la rémunération des médecins réalisant la télésurveillance des prothèses cardiaques implantables à visée thérapeutique. Ceux-ci peuvent d’ores et déjà inclure les patients -la lettre-clé TSM est créée- mais la facturation interviendra à l’issue de la première période d’inclusion".

    Comme prévu (voir dépêche du 13 octobre 2017), la rémunération des personnes réalisant cette télésurveillance sera de 130 € par an. Il peut s'agir du "médecin effectuant la télésurveillance ou sa structure employeur", ou d'un(e) infirmier(e) diplômé(e) d'Etat, "en application d'un protocole de coopération autorisé par l'agence régionale de santé (ARS)".

    Le paiement de ce forfait, par les caisses locales d'assurance maladie, "ne fait pas échec au paiement de toute consultation physique qui s'avérerait nécessaire dans le cadre du suivi du patient, y compris à l'issue des alertes générées par le système de télésurveillance", est-il précisé dans le cahier des charges.

    Le versement sera effectué "de façon annuelle par année glissante". Après un an, si le patient nécessite toujours une télésurveillance, une nouvelle prescription de celle-ci devra être faite.

    Quant à la rémunération des fournisseurs de la solution de télésurveillance -c'est-à-dire des fabricants qui ont mis en place un serveur sur lequel leurs prothèses cardiaques envoient les données et qui est consultable par les cardiologues-, elle se fera "au tarif en vigueur" après inscription du dispositif sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR).

    Mais la DGOS a précisé à APMnews que "le cahier des charges prévoit que peuvent être prescrites les prothèses qui disposent ou pas d’une prise en charge financière de leur fonction de télésurveillance. Cela, afin que toutes les prothèses inscrites soient éligibles (et pas uniquement celles disposant d’une fonction de télésurveillance remboursée)".

    "Le fabricant est libre d’intégrer l’expérimentation ou pas: dans tous les cas, il peut également engager la procédure de demande d’inscription à la LPPR. Le choix de ce large périmètre est plutôt un facteur favorisant le démarrage des expérimentations, par un nombre plus large de fabricants", a ajouté la DGOS.

    (Journal officiel, mercredi 22 novembre, texte 13)

    François Boissier

    À suivre

    PLFSS 2018: ce qu'il faut retenir de la version définitive du texte

    Acteurs

    Les industriels s'emparent du débat autour de la télémédecine

    PARIS (TICpharma) - Le Leem (Les entreprises du médicament), l'Association des laboratoires japonais présents en France (LaJaPF) et la société Iqvia (ex-QuintilesIMS) ont dévoilé, le 12 décembre, les résultats d'une étude sur l'impact de la télémédecine sur les parcours de soins, une façon pour les industriels "de participer à la réflexion autour de la transformation de notre système de santé", a expliqué Philippe Lamoureux, directeur général du Leem.

    0 537

    Etudes

    La fiabilité des tests visuels du jeu vidéo médical OdySight confirmée

    PARIS (TICpharma) - Les résultats d'une étude clinique menée au centre hospitalier des Quinze-Vingts (Paris), présentés le 15 novembre, a démontré une "importante concordance" entre les tests ophtalmologiques standards et les modules de test sur smartphone proposés par l'application mobile OdySight, développée par Tilak Healthcare pour le suivi des maladies chroniques opthalmiques.

    0 517

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 9 =