L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    L'outil informatique pour mieux détecter les cas de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse

    0 983

    BOSTON (TICpharma) - L'outil informatique permet d'identifier plus facilement les cas de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse (ou syndrome DRESS) lorsqu'un module "allergie" est inclus dans le dossier médical électronique du patient, selon une étude américaine présentée le 29 octobre au congrès de l'American Academy of Allergy, Asthma & Immunology (ACAAI), à Boston.

    Le syndrome DRESS (pour Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms) est une réaction rare mais sévère. L'épidémiologie reste mal caractérisée, notamment en raison des difficultés à identifier ce syndrome, rappellent l'équipe coordonnée par le Dr Kimberly Blumenthal du Massachusetts General Hospital à Boston et ses collègues dans le résumé de leur communication orale.

    Ils ont analysé de manière rétrospective les commentaires retrouvés dans un module "allergie" lorsqu'il était prévu dans le dossier médical électronique, dans des dossiers entre 1980 et 2015.

    L'outil informatique devait repérer les mots-clés associés au syndrome DRESS, comme rash, nombre d'éosinophiles égal ou supérieur à 500/L, atteinte d'organes, ou score RegiSCAR égal ou supérieur à 2.

    Une lésion hépatique devait correspondre à un taux d'alanine aminotransférase (ALT) de 100 U/L ou plus et une lésion rénale à une hausse de la créatinine d'au moins 0,5 mg/dL ou de 50%.

    L'analyse a porté sur 304 dossiers et selon l'analyse informatique, 12% avaient un syndrome DRESS.

    Ces 36 patients avaient 57 ans en médiane (53% de femmes) et présentaient à 72% une atteinte hépatique et 47% une atteinte rénale.

    Parmi eux, 35 avaient été hospitalisés dont les deux tiers initialement pour la prise en charge de ce DRESS, avec en médiane une durée de séjour de 7 jours et 3 consultations spécialisées. Un patient est décédé à l'hôpital.

    Les médicaments identifiés les plus fréquemment impliqués dans ces cas de DRESS étaient la vancomycine (36%), des antibiotiques de la famille des bêta-lactamines (19%) et des anti-épileptiques (22%).

    Cette étude montre que l'outil informatique a permis d'identifier la plus grande série de cas de DRESS aux Etats-Unis, impliquant davantage les antibiotiques que les anti-épileptiques, concluent les chercheurs.

    Luu Ly Do Quang

    À suivre

    Unicancer s'allie avec AstraZeneca pour construire une base de données sur le cancer du poumon

    Etudes

    Epilepsie: l'enregistrement vidéo des crises sur smartphone utile pour améliorer la pose du diagnostic

    WASHINGTON (TICpharma) - La chance de poser un diagnostic correct de crises épileptiques était multipliée par plus de 5 lorsque la consultation médicale était complétée de l'analyse d'une vidéo réalisée grâce à une application pour smartphones, selon une étude publiée dans JAMA Neurology.

    0 1605

    Etudes

    Les montres connectées permettraient de détecter plus vite les épidémies de grippe

    LONDRES (TICpharma) - Les données de fréquence cardiaque et de sommeil collectées par les montres connectées de type Fitbit pourraient permettre d'améliorer la surveillance de la grippe saisonnière à l'échelle des populations, selon une étude américaine publiée le 15 janvier dans The Lancet Digital Health.

    0 1767

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    1 + 2 =