Une opération de maintenance exceptionnelle est prévue samedi 1er février 2020 entre 10h et 17h. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    Diabeo ouvre la voie au remboursement des applications mobiles de santé

    PARIS (TICpharma) - La solution Diabeo (Sanofi/Voluntis) est la première application mobile à avoir obtenu un avis favorable au remboursement auprès de la Haute autorité de santé (HAS) pour son apport dans le suivi et l'accompagnement des patients adultes diabétique de type 1.

    Dans un avis publié le 20 septembre, la HAS indique que la Commission d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) évaluait pour la première fois une application mobile en vue d'un remboursement.

    L'indication retenue par la Cnedimts est le patient adulte diabétique de type 1 (diagnostiqué depuis plus d'un an) non contrôlé (hémoglobine glyquée -HbA1C- supérieure ou égale à 8%) par une insulinothérapie en schéma basal-bolus administrée par multi-injections ou par pompe (depuis au moins six mois).

    La Cnedimts a précisé qu'"une formation spécifique à l'utilisation de Diabeo est nécessaire".

    La HAS ajoute que la Cnedimts attend les résultats d'une autre étude actuellement en cours pour évaluer l'intérêt de Diabeo pour les patients diabétiques de type 2 et lorsque la surveillance et l'accompagnement sont assurés par des infirmiers.

    Reconnue dispositif médical de classe IIb, l'application Diabeo, disponible sur mobile et sur le web, offre un carnet de suivi glycémique et propose d'ajuster les doses d'insuline.

    Elle fonctionne à partir d'un algorithme intelligent qui calcule en temps réel les apports d'insuline nécessaires en fonction de plusieurs paramètres (glycémie, alimentation, activité physique, etc.) et envoie une alerte aux professionnels de santé en charge du patient en cas d'irrégularité.

    La solution avait fait l'objet d'une première étude de faisabilité entre 2007 et 2009 sur 180 patients diabétiques de type 1.

    Un accord de partenariat conclu en 2011 entre l'éditeur Voluntis, les laboratoires Sanofi et le Centre d'étude et de recherche pour l'intensification du traitement du diabète (Ceritd) avait permis de lancer l'étude Telesage auprès de 700 patients diabétiques de type 1 et de type 2.

    L'éditeur Voluntis est par ailleurs partenaire des laboratoires Roche pour le développement d'une solution d'accompagnement des femmes atteintes d'un cancer du sein, et d'AstraZeneca pour une application de gestion des effets secondaires liés au traitement du cancer de l'ovaire associant cediranib et olaparib.

    La société a également développé la solution CoaguChek Link centralisant les données du niveau de coagulation INR (International Normalized Ratio) recueillies grâce à l'outil d'auto-mesure CoaguChek proposé par les laboratoires Roche. Ces données peuvent ensuite être envoyées à un centre de diagnostic indépendant pour assurer la télésurveillance des patients.

    Avis de la HAS

    rm/sl/eh

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Connectivité, interopérabilité et sécurité: trois défis du dispositif médical

    Innovations

    Le diagnostic et le développement de médicaments prisés par les start-up en IA (Bpifrance)

    PARIS (TICpharma) - Les start-up du domaine de l'intelligence artificielle (IA) appliquée à la santé investissent en majorité le marché du diagnostic médical, suivi par les offres de services numériques pour la découverte et le développement de médicaments, a relevé le 26 mars Rosalie Maurisse, responsable du domaine santé à la direction de l'expertise innovation de la banque publique d'investissement Bpifrance.

    0 1026

    Innovations

    Un consortium public-privé fait appel à l'IA pour mieux comprendre l'insuffisance cardiaque

    PARIS (TICpharma) - Un consortium emmené par Sanofi, Servier et l'AP-HP ambitionne de mieux comprendre l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection préservée (ICFEP), en vue d'aboutir à une meilleure stratification des patients grâce à des technologies d'intelligence artificielle (IA), ont expliqué les membres du projet le 21 janvier.

    0 1099

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 6 =