L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    La revue du MIT tresse des lauriers à l'innovation française en santé

    0 304

    PARIS (TICpharma) - Parmi les 10 innovateurs français de moins de 35 ans récompensés le 8 juin par la revue du Massachusetts Institute of Technology (MIT), 6 interviennent dans le champ de la santé et du handicap.

    La revue du MIT (MIT Technology Review) a décerné pour la 5ème année consécutive son prix "Innovateur de moins de 35 ans France" en partenariat avec l'Atelier BNP Paribas.

    Parmi les lauréats dans le champ de la santé et des sciences de la vie figurent Sylvain Gariel, cofondateur de DNA Script, société ayant mis au point une technologie de synthèse d'ADN; Antoine Noel, cofondateur de Japet Medical Devices, qui a développé l'exosquelette Atlas pour soigner la lombalgie; Johann Kalchman, cofondateur de Lifeaz et concepteur d'un défibrillateur connecté pour le domicile; ou encore le créateur du bandeau connecté Dreem*, Hugo Mercier, qui avait été récompensé en début d'année dans le cadre du Concours mondial d'innovation.

    Thibault Duchemin, fondateur de la société Ava, qui a mis au point pour les personnes sourdes et malentendantes un système de retranscription en temps réel des conversations sur smartphone; Sidarth Radjou, cofondateur de Biomodex, entreprise qui propose l'impression d'organes synthétiques en 3D pour la formation et l'entraînement des chirurgiens; et Clémence Franc, cofondatrice de NovaGray, spécialisée dans les tests de radiosensibilité pour le traitement des cancers, complètent ce palmarès 2017 très orienté santé.

    Interrogé par TICpharma, Clémence Franc a mis en avant "l'excellence de la recherche médicale en France" et "l'écosystème très dynamique" pour la création d'entreprise afin d'expliquer cette forte présence de la santé parmi les lauréats.

    "La France est un très bon pays pour démarrer son entreprise. Vous y avez accès à plusieurs subventions publiques, et nous sommes connus pour disposer de médecins de grande qualité, tant en termes de formation que d'accès à la recherche", a-t-elle relevé.
    Son entreprise NovaGray, créée fin 2015 et basée à Montpellier, a pu bénéficier de près de 350.000 euros de subventions publiques, venant notamment de la région Occitanie.

    Un financement qui lui a permis, en complément d'une levée de fonds de 300.000 euros auprès d'investisseurs privés, d'obtenir en 2016 le marquage CE pour son test de radiosensibilité destiné au traitement du cancer du sein, pratiqué à partir d'une prise de sang et développé avec l'Institut du cancer de Montpellier (ICM).

    Convergence et maturité des technologies

    Cet environnement favorable à la création d'entreprises innovantes dans le secteur de la santé est confirmé par Sidarth Radjou de la société Biomodex, fondée en janvier 2015.

    "Nous avons touché plus d'un million d'euros d'aides cumulées de l'Etat à travers ses différentes structures de soutien à l'innovation, dont Bpifrance. C'est assez exceptionnel pour une société d'à peine 2 ans", a-t-il témoigné auprès de TICpharma.

    Il a également souligné les compétences des professionnels de santé dans l'Hexagone en citant l'exemple du domaine neurovasculaire, où "les médecins considérés comme des key opinion leaders mondiaux sont surtout français".

    "D'une façon plus générale, on arrive aujourd'hui à une maturité et à une convergence des différentes technologies, notamment des télécommunications et de la robotique, qui permettent d'adresser largement le secteur de la santé", a-t-il observé, jugeant que la santé est "le plus grand marché du XXIème siècle", notamment du fait de l'allongement de l'espérance de vie.

    Freins à l'industrialisation

    La reconnaissance de l'innovation française en santé par le MIT ne doit pas pour autant faire oublier les obstacles auxquels sont confrontés les entrepreneurs lorsqu'il s'agit d'industrialiser la production et la commercialisation de leurs produits ou de lever des fonds auprès d'investisseurs du secteur privé dans l'Hexagone.

    "C'est très compliqué de vendre de façon massive quand vous n'avez pas de remboursement dédié", a expliqué Clémence Franc, jugeant que "les autorités françaises n'ont pas d'argent pour l'innovation".

    Après validation clinique de son test de radiosensibilité, elle s'est heurtée au "mur" de la demande de remboursement, qu'elle a déposée en octobre 2016 pour le test sur le cancer du sein, forte d'un premier essai clinique mené sur 10 ans. "Nos innovations modifient l'organisation du système de soins. C'est à la fois perturbant pour les médecins et pour les autorités, qui ne sont pas préparées", a-t-elle relaté.

    Chez Biomodex, Sidrath Radjou a évoqué le "flou réglementaire" qui entoure la commercialisation d'organes imprimés en 3D, "considérés au même niveau que l'impression 2D issue d'une radio ou d'un scanner". "Nous aimerions que l'impression 3D ne soit plus considérée comme un gadget, mais comme un dispositif médical reconnu pour lequel on mesure un service médical rendu", a-t-il ajouté.

    Son entreprise mise sur une commercialisation de ses organes synthétiques à partir de "la fin de l'année 2018". Elle cherche notamment des clients parmi les fabricants de dispositifs médicaux pour leur vendre l'impression d'organes afin de former les cliniciens à leurs dispositifs, mais elle souffre du "manque d'industriels français des medtechs".

    "Les Etats-Unis représentent aujourd'hui 50% du marché mondial des medtechs. Il faudrait avoir une industrie française plus forte pour bénéficier d'un écosystème interne favorable au déploiement à grande échelle des innovations", a relevé Sidrath Radjou.

    Pour cette raison, Biomodex a ouvert un bureau à Boston et y a installé ses forces commerciales, tout en conservant son service de recherche et développement en France.

    Les 10 lauréats "Innovateurs de moins de 35 ans France"
    • Sylvain Gariel (DNA Script)
    • Hugo Mercier (Rythm)
    • Thibault Duchemin (Ava)
    • Sidarth Radjou (Biomodex)
    • Antoine Noel (Japet Medical Devices)
    • Johann Kalchman (Lifeaz)
    • Morgane Barthod (Meteo*Swift)
    • Clémence Franc (NovaGray)
    • Nataliya Kosmyna (Braini)
    • Bénéficte de Raphélis Soissan (Clustree)
    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    "Anticipez!": le message du Snitem aux start-up innovantes du dispositif médical

    Innovations

    Etats-Unis: feu vert à la mise sur le marché d'une application mobile pour la contraception

    WASHINGTON (TICpharma) - La Food and Drug Administration (FDA) américaine a annoncé le 10 août qu'elle avait accordé pour la première fois une autorisation de mise sur le marché (AMM) à une application mobile pouvant être utilisée comme méthode de contraception grâce à un algorithme traçant les cycles menstruels et les périodes de fertilité de la femme.

    0 320

    Innovations

    La santé mentale à l'orée de sa digitalisation

    PARIS (TICpharma) - A l'heure du tout connecté, les spécialistes de la santé mentale semblent partagés entre les bienfaits des outils numériques pour un meilleur suivi des patients et leurs impacts psychologiques et cognitifs, alors que le ministère des solidarités et de la santé entend "promouvoir la santé mentale 3.0".

    0 473

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 5 =