L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Les applications mobiles de santé encore peu recommandées par les pharmaciens

    PARIS (TICpharma) - Près de trois pharmaciens sur quatre interrogés dans un sondage réalisé par Direct Medica, Medappcare et Le Moniteur des pharmacies, indiquent ne pas recommander d'applications santé à leur clientèle.

    Selon les résultats du sondage* publié dans l'édition du Moniteur des pharmacies du 24 septembre, 31% d'entre eux ne savent pas quelle application recommander, et 33% répondent ne pas avoir eu de demande de leurs clients à ce sujet.

    La part de pharmaciens qui ont été amenés à conseiller une application mobile de santé a toutefois légèrement augmenté par rapport au même baromètre réalisé en 2015, passant de 20% à 26%.

    Ils y ont été incités principalement par un groupement de pharmaciens (23%), un article paru dans la presse (22%), un laboratoire pharmaceutique (20%) ou des institutionnels de type syndicats, ordres professionnels ou agences d'Etat (16%).

    Ces résultats sont à mettre en regard avec le niveau global de confiance des pharmaciens envers ces solutions mobiles.

    Evaluée sur une échelle de 1 à 4, 4 étant la meilleure note, cette confiance est de 3 pour un tiers des pharmaciens interrogés concernant le bénéfice d'une application santé et la qualité de l'information qu'on y trouve. Cette confiance reste au plus bas niveau (1) concernant la sécurité des données des patients collectés pour 32% des répondants.

    Paradoxalement, près de 60% des pharmaciens se disent prêts à utiliser les applications santé dans le suivi des patients, notamment pour améliorer l'observance des traitements (38%) et pour partager l'information avec d'autres professionnels de santé (15%).

    Les usages mobiles professionnels ont par ailleurs fortement progressé parmi les pharmaciens, 59,5% d'entre eux déclarant avoir déjà téléchargé une application pour les aider dans leur activité, comme un dictionnaire de médicaments ou un convertisseur d'unités. Cela représente une hausse de 17,5% par rapport aux usages mesurés en 2015.

    *Le sondage a été réalisé par internet du 9 au 21 avril 2016 sur un échantillon représentatif (répartition géographique et chiffre d'affaires de l'officine) de 200 titulaires. 82% étant équipés d'un smartphone et 67% d'une tablette.

    Les résultats du sondage publiés par Le Moniteur des pharmacies

    rm/eh

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Diabeo ouvre la voie au remboursement des applications mobiles de santé

    https://www.eventbrite.fr/e/billets-hdi-day-2020-120031939763

    Politique

    Le Sénat a adopté en première lecture le projet de loi de simplification de l'action publique

    PARIS (TICpharma) - Les sénateurs ont adopté le 6 mars en première lecture le projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique qui intègre plusieurs mesures dans le domaine de la santé.

    0 844

    Acteurs

    Comment le Digital Pharma Lab veut devenir le premier accélérateur de la pharmatech en Europe

    PARIS (TICpharma) - Créé en juin 2019, le Digital Pharma Lab veut "faire le lien entre les start-up de la pharmatech et les laboratoires pharmaceutiques pour accélérer l'innovation digitale dans le secteur et faire rayonner l'écosystème pharmatech en Europe", a expliqué à TICpharma Pascal Bécache, cofondateur de la structure.

    0 1057

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 1 =