L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Huit start-up de la medtech et de l'e-santé s'envolent pour les Etats-Unis

    PARIS (TICpharma) - Huit start-up françaises spécialisées dans la medtech et l'e-santé (dispositifs médicaux, objets connectés et outils de diagnostic) ont été retenues pour participer à un programme porté par le pôle de compétitivité francilien Medicen ayant pour but de les aider à se développer aux Etats-Unis.

    Le programme Soft Landing Boston a été conçu par Medicen, French Tech Hub (branche américaine de l'agence de promotion et de l'attractivité d'Ile-de-France), la banque publique d'investissement Bpifrance, la société Mednest (spécialisée dans l'accompagnement d'entreprises des technologies médicales et de l'e-santé aux Etats-Unis) et MassMEDIC (alliance de l'industrie des dispositifs médicaux du Massachusetts).

    Le principe? Une poignée d'entreprises candidates sont choisies par un jury pour participer à un stage d'accompagnement de cinq jours à Boston en fonction du caractère innovant de leur solution, de l’expertise de leur équipe et de leur potentiel de développement aux Etats-Unis.

    A l'issue de cette semaine d'immersion américaine, deux start-up sont retenues pour se présenter lors du salon annuel organisé par MassMEDIC à Boston en octobre.

    La première édition du Soft Landing Boston, lancée en 2016, avait permis à Archimej Technology (qui développe un analyseur de sang portable et connecté) et Biomodex (dont les travaux sont axés sur des maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D à partir de l’imagerie médicale) de pitcher lors de cette grand-messe.

    Medicen et ses partenaires ont annoncé mercredi dans un communiqué les 8 start-up qui s'envoleront début mai pour Boston dans le cadre de la seconde édition:

    • BioSerenity (vêtement connecté pour le traitement de l'épilepsie)
    • DAMAE Medical (système d’imagerie médicale générant en temps réel des images microscopiques de l'intérieur des anomalies de la peau)
    • DeepOR (solution d'automatisation de la gestion des flux de patients et du suivi en temps réel des activités au bloc)
    • Microbrain Biotech (nouvelles approches d’évaluation et de criblage de molécules)
    • Neurallys (capteur intelligent mesurant la pression intracrânienne de manière continue pour les personnes atteinte d’hydrocéphalie)
    • RYTHM (objet connecté actif d’aide au sommeil, permettant l'amélioration de la qualité de sommeil par stimulations cérébrales)
    • SURICOG (dispositif médical digital d’oculométrie)
    • Tongue Lab (dispositifs oraux pour le traitement curatif des ronflements et de l’apnée du sommeil, l’amélioration des performances sportives et le bien-être au réveil).

    L'immersion à Boston leur permettra d'assister à des ateliers sur le système de remboursement américain, l’organisation du système de santé et les stratégies de levée de fonds, ainsi qu’à des sessions de mentoring et de pitchs.

    "En participant à cet évènement, les entreprises bénéficieront ainsi d’une meilleure visibilité sur le marché nord-américain", estiment Medicen et ses partenaires, qui ajoutent que les start-up ont participé le 20 mars à une journée de coaching organisée par Bpifrance "afin d’être opérationnelles dès leur arrivée".

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Le diabète en figure de proue des stratégies "Beyond the Pill"

    Acteurs

    Démarrage en douceur pour le Conseil du numérique en santé

    PARIS (TICpharma) - La première réunion du Conseil du numérique en santé (CNS), qui s'est tenue le 27 juin, a été l'occasion pour les responsables ministériels Dominique Pon et Laura Létourneau de rappeler la stratégie du gouvernement sur le sujet, sans pour autant apporter de nouvelles informations sur le fonctionnement du CNS et sur ses travaux à venir, ont souligné plusieurs membres du conseil interrogés par TICpharma.

    0 590

    Innovations

    Un consortium public-privé fait appel à l'IA pour mieux comprendre l'insuffisance cardiaque

    PARIS (TICpharma) - Un consortium emmené par Sanofi, Servier et l'AP-HP ambitionne de mieux comprendre l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection préservée (ICFEP), en vue d'aboutir à une meilleure stratification des patients grâce à des technologies d'intelligence artificielle (IA), ont expliqué les membres du projet le 21 janvier.

    0 964

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 2 =