Une opération de maintenance exceptionnelle est prévue samedi 1er février 2020 entre 10h et 17h. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Plus de 7 millions de patients surveillés à distance en 2016 (étude Berg Insight)

    GÖTEBORG (TICpharma) - Près de 7,1 millions de patients ont été surveillés à distance à travers le monde en 2016 dans le cadre de prises en charge utilisant des solutions de santé mobile, soit une hausse de 44% par rapport à 2015, selon les résultats d'une étude publiée le 8 février par le cabinet suédois Berg Insight.

    Cette forte tendance à la hausse ne devrait pas mollir puisque Berg Insight anticipe une croissance annuelle de ce chiffre d'environ 50% par an, pour atteindre le nombre de 50,2 millions de patients surveillés à distance en 2021 via des dispositifs connectés.

    Sur les dispositifs utilisés, le cabinet d'étude note que "l'utilisation des propres appareils mobiles des patients comme centre de transmission des données devient une alternative viable pour la surveillance à distance".

    Il présage même que la logique du "Bring Your Own Device" (BYOD, que l'on pourrait traduire par "Apportez vos propres appareils" en français) sera appliquée à la surveillance de 22,9 millions de patients en 2021.

    Les revenus générés par la surveillance à distance sont estimés par Berg Insight à 7,5 milliards d'euros en 2016. Ils devraient augmenter au rythme de plus de 33% de croissance annuelle d'ici 2021 et atteindre à cette date la somme de 32,4 milliards d'euros.

    Les dispositifs médicaux connectés représentent 67,5% du total des revenus liés à la surveillance à distance mais Berg Insight note que la part liée aux plateformes de prestations de soins et aux solutions de connectivité va augmenter plus rapidement, et finira par atteindre 51,3% du total des revenus en 2021.

    Dans les grandes tendances à la connectivité des dispositifs médicaux et aux nouvelles propositions de services, l'étude souligne que les implants cardiaques implantables ont jusqu'ici occupé le plus grand segment du marché, bénéficiant du dynamisme des sociétés comme Medtronic, Biotronik ou St Jude Medical (groupe Abbott).

    Le segment des technologies de surveillance du sommeil des patients à distance a toutefois connu une croissance plus rapide en 2016, de près de 70%, "principalement tirée par le fournisseur ResMed qui a fait de la santé connectée une pierre angulaire de sa stratégie", note le cabinet Berg Insight.

    Les trois segments du marché de la santé mobile qui connaîtront la plus grande croissance dans les cinq prochaines années seront la surveillance de la glycémie, des troubles respiratoires et les médicaments connectés.

    Pour l'heure, ces segments du marché comprennent à la fois des acteurs historiques et des nouveaux entrants. Berg Insight cite notamment les laboratoires AstraZeneca, Roche, Sanofi, Novartis et les sociétés Propeller Health (fabricant américain d'inhalateurs connectés), Dexcom (spécialisé dans le diabète), Proteus Digital health (médicaments connectés) et le français Voluntis, spécialisé dans les logiciels thérapeutiques (voir dépêche du 27 janvier 2017).

    Accéder à l'étude du cabinet Berg Insight

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Inhalateurs connectés: Propeller Health ajoute Novartis à ses laboratoires partenaires

    Etudes

    Addictions: les applications mobiles doivent être mieux évaluées (rapport européen)

    LISBONNE (TICpharma) - Il est nécessaire de mieux évaluer scientifiquement les applications mobiles proposées comme outils d'aide à la prévention, à la réduction des risques et des dommages et au traitement pour les personnes présentant des troubles de l'usage, recommande l'Office européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans un rapport.

    0 750

    Etudes

    Alzheimer: bons résultats d'un algorithme prédictif six ans avant le diagnostic final

    WASHINGTON (TICpharma) - Des chercheurs américains ont développé, à l'aide d'une approche d'apprentissage profond (deep learning), un algorithme qui permet de prédire la maladie d'Alzheimer six ans avant le diagnostic clinique final.

    0 824

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 6 =