L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    L'informatique et les réseaux sociaux au secours de la détection des pénuries de médicaments

    LONDRES (TICpharma) - Huit associations européennes du secteur pharmaceutique ont publié le 1er février des recommandations visant à mieux détecter les pénuries de médicaments grâce à la mise en place de systèmes d'information "ouverts et sans barrière" et à un meilleur suivi des signaux envoyés par les patients, notamment via les réseaux sociaux.

    Ces associations, qui représentent les fabricants de médicaments, les distributeurs et grossistes, ainsi que les pharmaciens européens*, estiment que les préoccupations croissantes autour des pénuries de médicaments en Europe peuvent être résolues par une plus grande "transparence" et une meilleure "disponibilité des données" sur les approvisionnements.

    Elles appellent en sept recommandations à améliorer la détection et l'évaluation des pénuries en bâtissant des systèmes d'information rassemblant l'ensemble des acteurs concernés et permettant à la fois d'accéder rapidement aux données d'approvisionnement et de signaler une potentielle pénurie à venir.

    "Ces recommandations peuvent contribuer à renforcer les systèmes d'information au niveau national et pourraient constituer la base d'une action future au niveau européen", considèrent-elles.

    "Les systèmes d'information devraient être ouverts aux signalements des fabricants, grossistes, importateurs parallèles, pharmaciens et autres professionnels de la santé, et faire référence à l'origine des signalements de pénuries présumées", poursuivent-elles.

    Ces systèmes pourraient présenter les données les "plus à jour" et "aussi complètes que possible" sur les médicaments en quantité insuffisante, indiquer la cause et la durée probable de la pénurie, ainsi que les fournisseurs offrant des solutions de substitution et des alternatives thérapeutiques.

    Un modèle de signalement "standard" devrait aussi être élaboré pour "faciliter la communication de rapports clairs et cohérents sur les cas suspects".

    Les huit associations européennes en appellent par ailleurs à une plus grande prise en compte des signaux que les patients peuvent envoyer via les réseaux sociaux.

    "Nous sommes conscients qu'à l'ère de l'utilisation généralisée des médias sociaux et de la technologie mobile, les patients prennent de plus en plus un rôle actif dans leurs soins", affirment-elles, jugeant "souhaitable" que les systèmes d'information sur les pénuries de médicaments intègrent un mécanisme d'engagement des patients le cas échéant".

    Il est particulièrement fait référence sur ce point au système "Farmanco" mis en place aux Pays-Bas et géré par la Royal Dutch Pharmacists Association (association nationale de pharmaciens).

    Principalement abondé par les pharmaciens, Farmanco est aussi ouvert aux signalements des producteurs, revendeurs, professionnels de santé et aux patients.

    Les informations fournies au système y sont en accès public pendant toute la durée de la pénurie, puis pendant un mois à compter du retour des approvisionnements.

    *Les recommandations ont été élaborées par l'Association européenne des sociétés europharmaceutiques (EAEPC), l'Association européenne de la pharmacie hospitalière (EAHP), le Groupement européen des pharmaciens de l'indsutrie (GPIE), la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA), l'Association de l'industrie européenne de l'automédication (AESGP), le Groupement international de la répartition pharmaceutique (GIRP), le Groupement pharmaceutique de l'Union européenne (GPUE) et Medicines for Europe, ex-Association européenne des médicaments génériques (EGA).

    Accéder aux recommandations publiées par les associations européennes du secteur pharmaceutique (en anglais)

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Pierre Fabre fait le pari de l’intelligence artificielle

    Solutions

    La France et l'Europe manquent de plateformes d'intégration des données de santé (Sanofi)

    PARIS (TICpharma) - La création du Health Data Hub en France va contribuer à favoriser l'innovation médicale par le traitement de volumes massifs de données de santé, mais le pays, et plus généralement l'Europe, souffrent encore d'un "vrai déficit" en plateformes d'intégration de données issues de plusieurs sources, a observé Bernard Hamelin, directeur monde de Sanofi en charge de la production de preuves médicales.

    0 1600

    Solutions

    Sérialisation: les Hospices civils de Lyon testent avec Arrow la désactivation des codes consolidés

    LYON (TICpharma) - Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont réalisé avec le laboratoire Arrow (groupe Aurobindo) un premier test concluant de désactivation de codes consolidés de médicaments, le premier en Europe, a annoncé l'établissement dans un communiqué diffusé en avril.

    0 1905

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 9 =