L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Les priorités d'Isabelle Laforgue à la direction "Digital Transformation et Innovation" d'AstraZeneca

    PARIS (TICpharma) - Cheffe de file de la nouvelle direction "Digital Transformation et Innovation" (DTI) d'AstraZeneca France depuis début mars, Isabelle Laforgue a confié à TICpharma le 12 avril sa feuille de route et ses priorités pour accompagner la transformation numérique du laboratoire pharmaceutique et stimuler l'innovation.

    Ancienne élève de Polytechnique et de l’École des Mines de Paris, Isabelle Laforgue a effectué une première longue carrière dans les télécoms (2006-2015), avant de rejoindre le secteur de la santé en 2019.

    Nommée début mars à la tête de l'ensemble des équipes d'AstraZeneca France impliquées dans l'écosystème de l'innovation, des données, des solutions numériques et dans la transformation des organisations, elle s'inspire de son expérience dans les télécoms pour mener à bien sa mission.

    Crédit : AstraZeneca France

    Si les deux secteurs semblent très différents, la santé -comme les télécoms avant elle- vit sa mue technologique. "Intéressée par les modèles prédictifs et l'intelligence artificielle", Isabelle Laforgue avait rejoint en 2019 la start-up Owkin, spécialisée dans l'IA au service de la recherche médicale.

    "J'aurais pu rejoindre une fintech ou un tout autre secteur; c'est en cherchant à travailler dans l'IA que je suis arrivée dans le domaine de la santé. En ayant connu les télécoms en 2006-2007, avec tout ce que ça a créé comme impact et transformation dans la vie des gens, j'ai eu envie d'être partie prenante du prochain levier de changement", a-t-elle confié à TICpharma.

    "Il y a un véritable enjeu autour de la data de santé et autour des perspectives offertes par la data de santé pour le patient parce que nous avons, aujourd'hui, les capacités de calcul pour l'exploiter. C'est tout l'enjeu de l'IA et des modèles prédictifs, et j'ai vraiment la conviction que c'est maintenant qu'une partie de l'histoire va s'écrire et c'est aussi pour cela que je voulais rejoindre un laboratoire pharmaceutique", a-t-elle ajouté.

    "D’autant plus que la data en santé s'inscrit dans un cercle vertueux: le patient génère des données tout au long de son parcours de soin, qui peuvent être analysées, transformées et lui être restituées sous forme de solutions digitales qui vont finalement améliorer son parcours."

    Convaincue que "l'innovation ne se fait pas seul", Isabelle Laforgue veut continuer à "travailler intelligemment avec l'écosystème de santé et en particulier avec les start-up". "J'ai évolué pendant 18 mois dans le monde de la start-up et je suis aujourd'hui dans un très grand groupe. Je vois bien qu'il y a des passerelles à construire", a-t-elle expliqué.

    "Nous devons être capables de trouver des méthodes pour faire travailler ces deux mondes, qui sont encore assez étanches curieusement, mais qui n'ont pas d'autre destinée que de devoir se rapprocher", a-t-elle poursuivi.

    "Le temps n'est pas le même, ni les modalités d'action et il faut parvenir à comprendre les niveaux d'exigence que nous pouvons nous fixer de part et d'autre: que puis-je exiger d'une start-up? Qu'est-ce que la start-up attend du grand groupe?"

    Avec ses effectifs à la DTI d'AstraZeneca -créée en janvier 2021-, Isabelle Laforgue entend orchestrer cette ambition d'innover collectivement par le biais du "Hub innovation" du laboratoire, qui rassemble des acteurs de la santé, publics et privés, des professionnels de santé, des associations de patients et des start-up.

    Identifier les start-up et "nouer des collaborations win-win, c'est le rôle du Hub innovation". "Il constitue une offre claire et un point d'entrée unique dans l'univers d'AstraZeneca pour les start-up. Nous souhaitons cocréer avec les start-up des solutions digitales qui ont du sens pour le patient", a souligné la directrice DTI, qui souhaite prioritairement poursuivre le déploiement du "Hub".

    Fin novembre 2020, sous l'égide de son "Hub innovation", la filiale française d'AstraZeneca s'est installée à Station F et a lancé avec son homologue Janssen France le projet "Inno'Vaccins", destiné à développer des innovations pour lever les freins potentiels à la vaccination, notamment contre le Covid-19, rappelle-t-on.

    Le 21 janvier, elles ont présenté les 10 start-up lauréates de leur premier appel à projets, qui seront accélérées et accompagnées jusqu'à la fin de l'année.

    "Avec Inno'Vaccins nous mettons principalement à disposition des ressources internes, notre méthodologie chez AstraZeneca et chez nos partenaires pour permettre aux start-up d'avoir accès à toute l'information en santé, de mieux comprendre l’écosystème et d’échanger avec tout le réseau. Cette partie de l'accompagnement a beaucoup de valeur, j'ai été de l'autre côté, je l'ai bien vu", a commenté Isabelle Laforgue.

    Poursuivre les collaborations réussies

    Avec 15 millions d'euros alloués sur cinq ans pour l'innovation, AstraZeneca France a multiplié les projets depuis le début de la crise sanitaire.

    La filiale française du laboratoire est, par exemple, membre fondateur de la coalition innovation santé (CIS), créée sous l’impulsion de France Biotech et avec les associations France digitale et MedTech in France, avec les soutiens de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), de Bpifrance, du réseau EIT Health, de France Assos Santé et du Digital Pharma Lab.

    Elle s’est constituée en mars 2020 pour contribuer à désengorger le système de soins et permettre aux patients atteints de maladies chroniques de continuer à être pris en charge.

    Son objectif principal est de permettre le développement et la mise en œuvre de solutions innovantes dans le domaine de la santé sur la base des besoins identifiés et remontés par les structures de soins, les professionnels de santé et les associations de patients.

    Toujours au printemps 2020, AstraZeneca a apporté son soutien institutionnel à une autre initiative, la création du site d'information grand public maladiecoronavirus.fr, basé sur un algorithme destiné à répondre aux personnes pensant avoir été exposées au coronavirus.

    Le site a été conçu par l’Alliance digitale contre le Covid-19, un consortium d'acteurs du numérique et d'e-santé regroupant la société Kelindi, Docaposte, l'agence de design web Dernier Cri, la société d'assurances Allianz France et le cabinet d'avocats De Gaulle Fleurance & Associés, rappelle-t-on.

    "Le site a dépassé les 14 millions de visites en avril", s'est félicitée Isabelle Laforgue.

    Toujours dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire, le laboratoire s'est allié aux start-ups Cureety, Libheros et Qare en avril 2020 pour lancer une offre de télésuivi des patients atteints de cancer.

    Destinée aux hôpitaux, cette offre doit leur permettre d'assurer le suivi à distance des patients atteints de cancer, de ne pas rompre le continuum du traitement, d'optimiser les conditions d'accueil dans les services lors des cures de traitement et de contrôler l'exposition à l’hôpital des patients au risque de contamination au Covid-19.

    Une "conduite du changement" en interne

    Outre la poursuite du déploiement du "Hub innovation" du laboratoire et les collaborations "intelligentes" avec les autres acteurs de l'écosystème, Isabelle Laforgue souhaite "dialoguer avec les métiers en interne et identifier leurs besoins afin de leur apporter la bonne solution".

    "Il faut aussi que nous arrivions à travailler notre partie endogène de la problématique du numérique: définir ce que nous attendons d'une solution, relever ses indicateurs lorsqu'elle est mise en place et arriver à bien identifier ce que nous attendons en termes d'amélioration à chaque étape du parcours de soin, dans l'adressage de la thérapie et dans la manière dont le patient est accompagné après", a-t-elle détaillé.

    "J'ai un important tropisme technologique. Je crois beaucoup à ce que la technique et la technologie changent dans l'histoire d'un secteur parce que je l'ai vécu dans les télécoms. Il y a aussi toute la partie sur le comportement humain qui s'adapte et change face à cette technologie."

    Cette "conduite du changement", Isabelle Laforgue l'envisage aussi en termes de transformation des compétences et des organisations.

    "Nous allons expliquer qui nous sommes en interne et ce que nous faisons pour que nos métiers, qui sont sur le terrain, puissent nous remonter leurs besoins et que nous puissions leur apporter les bonnes réponses", a-t-elle expliqué.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Plan Healthtech: trois axes de travail pour faire émerger des champions français de la tech en santé

    Acteurs

    Cancers: Amgen, AstraZeneca, MSD, Pfizer, Servier et EIT Health s’allient autour de l'application "Bulle"

    PARIS (TICpharma) - L'application de soins de support à distance pour les patients atteints de cancer, "Bulle", développée par la start-up myCharlotte, a été retenue par la Coalition innovation santé et "bénéficiera du soutien des laboratoires AstraZeneca, Amgen, MSD, Pfizer et Servier et de l'institut européen EIT Health pour son déploiement", a annoncé la coalition le 19 juin.

    0 1111

    Acteurs

    Kap Code et Microsoft s'allient pour créer une base de données sur le Covid-19

    PARIS (TICpharma) - La start-up Kap Code et l'entreprise américaine Microsoft ont annoncé le 19 juin une collaboration pour créer une base de données au sein de la plateforme Epilogue "afin d'aider la recherche dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 et disposer d'une boîte à outils en cas de deuxième vague", a expliqué à TICpharma Adel Mebarki, directeur général adjoint de Kap Code.

    0 1107

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 3 =