L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Innovations

    Lilly dessine le futur de sa chaîne de production d'insuline à l'école 42

    PARIS (TICpharma) - En proposant aux étudiants de l'école de développement informatique 42 d'optimiser sa chaîne de production d'insuline, le laboratoire Lilly a pu "mettre en avant les technologies et les méthodes d'innovation qui existent pour transformer l'industrie", a expliqué à TICpharma Philippe Perrin, directeur informatique chez Lilly.

    "Enthousiaste", "motivé", "impressionné par la capacité des étudiants à intégrer des problématiques industrielles complexes sur une période très courte": Philippe Perrin dresse un bilan très positif du concours de développement informatique organisé du 18 au 20 janvier par Lilly, en partenariat avec Danone et avec le soutien logistique de l'agence BeMyApp (voir dépêche du 13 janvier 2017).

    Le défi proposé aux étudiants de l'école 42, formation gratuite créée par Xavier Niel en 2013 et récemment désignée "meilleure école de programmation informatique au monde" par le site CodinGame, était pourtant de taille. Il s'agissait de proposer une réponse technologique aux contraintes qui pèsent sur le personnel de production et de maintenance de la chaîne de production d'insuline de Lilly, située à Fegersheim (Bas-Rhin).

    "Les opérateurs travaillent dans un environnement stérile, habillés de combinaisons comparables à des scaphandres qui entravent leurs mouvements. Sur la chaîne de production, ils sont amenés à se déplacer de machine en machine pour faire des contrôles et engager des procédures en cas d'incident", a expliqué à TICpharma Stéphanie Gérard, responsable des affaires publiques et de la communication chez Lilly.

    D'où l'idée de se saisir de trois outils logiciels (Recast.AI, Angus.ai et Craft.ai) pour développer une interface homme/machine permettant à l'opérateur de dialoguer plus facilement avec les équipements sur l'état de la chaîne de production et les interventions éventuellement nécessaires.

    Après une présentation de la problématique, cinq équipes d'étudiants de l'école ont planché sur la création de "chatbots", ou agents conversationnels, capables d'entrer en interaction avec les opérateurs par le texte ou la voix.

    Pour les aider à construire leur prototype, Lilly a mis à leur disposition plusieurs jeux de données relatifs aux remontées d'alarmes sur sa chaîne de production, aux mesures de températures, de pression, de vitesse et aux procédures réalisées par les opérateurs.

    "Ce sont des données anonymisées et sorties de leur contexte mais elles permettent de comprendre ce qui se passe dans l'environnement de production et de mettre en corrélation les informations enregistrées par les équipements et les actions des opérateurs", a expliqué Philippe Perrin.

    Chatbot vocal et machine-learning

    A la fin du marathon informatique, le jury du concours a choisi de récompenser le projet E-Lys, chatbot vocal capable de dialoguer avec l'opérateur via un système de micro embarqué sous sa combinaison afin de le guider dans l'exécution de tâches. E-Lys peut aussi répertorier dans la base de données de maintenance de la chaîne de production les incidents détectés et apprendre de ses interactions avec l'opérateur pour personnaliser ses conseils au fil du temps grâce à un système d'apprentissage automatique (machine learning).

    "E-Lys est un projet réaliste et abordable, très loin de ce que l'on sait faire aujourd'hui. C'est justement ce type d'innovation que l'on est venu chercher", a commenté Philippe Perrin, ajoutant qu'il n'était "pas du tout impossible" que Lilly implémente une solution de ce type dans les prochaines années.

    En plus d'une récompense de 2.000 euros, le laboratoire a proposé un programme de coaching "sur mesure" pendant six mois aux trois étudiants porteurs du projet, et envisage une rencontre avec la direction de son site de production pour étudier la faisabilité d'un partenariat.

    Un second projet nommé "Conductor", créant une ambiance musicale pour indiquer à l'opérateur un risque de dysfonctionnement dans la production d'insuline, a reçu le prix "coup de cœur du public" et un chèque de 1.000 euros.

    Objectifs technologiques et managériaux

    De retour en Alsace, Philippe Perrin va remonter les résultats du hackathon auprès de son comité de direction et de ses partenaires américains au sein du groupe Lilly avec deux objectifs.

    Le premier est d'ordre technologique. Il consiste à "expliquer la solution E-Lys et sa valeur ajoutée pour les opérateurs", afin de penser sur le long terme l'évolution de la production d'insuline par le laboratoire.

    Le second est davantage d'ordre managérial et organisationnel. "Avec ce genre d'évènement, on peut montrer qu'il y a d'autres façons de raisonner pour innover que de faire des projets sur six mois ou un an comme on a parfois trop souvent l'habitude de faire. Ici les étudiants ont été capables de délivrer en 48 heures une maquette qui répond à nos besoins", a constaté Philippe Perrin.

    Pour s'imprégner de cette culture de "l'innovation agile", une trentaine de collaborateurs de Lilly ont été invités à l'école 42 pendant le hackathon. "Ce sont des personnes venues du siège ou du terrain, mais éloignées de la problématique liée à l'usine, que l'on a fait venir pour les ouvrir à ces enjeux et à de nouvelles méthodes", a souligné Stéphanie Gérard.

    Transformation numérique de l'industrie

    Ce hackathon montre l'intérêt porté par le laboratoire pharmaceutique à l'évolution de sa chaîne de production en lien avec les opportunités offertes par les nouvelles technologiques à disposition.

    "Sur ces dix dernières années, nos ressources IT ont été très occupées à déployer des systèmes informatiques de contrôle de la conformité sur la chaîne de production, par exemple pour garantir la traçabilité du produit qu'on fournit aux patients", a témoigné Philippe Perrin.

    "On commence à voir apparaître depuis l'an dernier parmi nos objectifs la transformation numérique de notre site de production avec l'idée de faciliter le travail des opérateurs", a-t-il poursuivi.

    Cette nouvelle dynamique est d'autant plus originale que les stratégies digitales des laboratoires se sont pour le moment beaucoup concentrées sur le marketing, les ventes et la mise à disposition d'outils d'information et d'accompagnement à destination des patients, comme l'a récemment souligné une étude de la société de conseil Roland Berger (voir dépêche du 28 novembre 2016).

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    "Voluntis profite des effets d'échelle du marché américain"

    Etudes

    Les outils d'Apple pourraient s'avérer utiles pour détecter la maladie d'Alzheimer débutante

    INDIANAPOLIS (TICpharma) - Les données collectées par l'iPhone, la montre connectée Apple Watch, l'iPad et l'outil de suivi du sommeil Beddit sleep monitor d'Apple pourraient permettre de différencier les cas de troubles cognitifs légers (MCI) des formes débutantes de la maladie d'Alzheimer, selon les résultats exploratoires d'une étude présentés le 8 août.

    0 463

    Innovations

    CES 2019: les chatbots de WeFight s'étendent à la migraine, l'asthme et la dépression

    PARIS (TICpharma) - Après avoir développé Vik sein, un chatbot (ou agent conversationnel) qui répond aux questions des patientes atteintes d'un cancer du sein, la start-up WeFight annoncera en janvier au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas la sortie d'une version anglaise de l'outil, et son extension prochaine à d'autres pathologies comme la migraine, l'asthme et la dépression, a annoncé à TICpharma son directeur, Benoît Brouard.

    0 771

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 9 =