L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Covid-19 et modélisation: Dassault Systèmes soigne ses activités en santé

    PARIS (TICpharma) - Portés par les solides performances de Medidata, les activités de Dassault Systèmes dans l'industrie de la santé ont généré un revenu de 797 millions d'euros en 2020, "ce qui représente 20% du revenu du groupe", a expliqué le 22 février à TICpharma Claire Biot, vice-présidente chargée de l’industrie des sciences de la vie du groupe.

    Pour rappel, Dassault Systèmes, filiale de l'industriel de l'aéronautique spécialisée dans les logiciels pour la conception 3D, a déboursé 5,8 milliards de dollars au deuxième semestre 2019 pour acquérir Medidata, société d'édition de solutions "cloud" pour les essais cliniques.

    L'objectif pour Dassault Systèmes était alors de "renforcer son positionnement" dans le secteur de la santé, ce qui semble lui réussir.

    Le 4 février, le groupe a publié ses résultats financiers annuels 2020, affichant une croissance de 27% du chiffre d’affaires récurrent, à 3,2 milliards d’euros.

    Dans les sciences de la vie, la dynamique est particulièrement significative avec 797 millions d'euros de revenus générés en 2020, ce qui en fait la deuxième industrie la plus importante en chiffre d'affaires.

    En marge de la publication de ces résultats, Pascal Daloz, directeur des opérations et directeur financier du groupe, s'est félicité devant la presse des performances de Medidata "qui assure, d'ores et déjà, 94% de son objectif de chiffre d'affaires".

    "Au cours de l'année écoulée, Medidata a augmenté de 16% le nombre de ses clients, signé un nombre record de renouvellements pluriannuels pour les essais cliniques, augmenté le taux d'attachement de ses lignes de produit, connu une forte progression de Patient Cloud, qui devrait être la prochaine ligne de produit à franchir le cap des 100 millions de dollars", a-t-il commenté.

    "Nous avons mis à profit notre première année ensemble pour consolider notre proposition de valeur commune, en donnant accès aux industries de santé à la seule plateforme d'entreprise intégrée de bout en bout", a indiqué à TICpharma Claire Biot.

    Pour que leur plateforme d'innovation collaborative porte rapidement ses fruits, Dassault Systèmes et Medidata ont misé sur leurs expertises respectives et sur leur complémentarité.

    "L'acquisition de Medidata démontre notre volonté d'accélérer dans le secteur de la santé, au sens large. Aujourd'hui, notre proposition de valeur est essentiellement tournée vers les industries de santé (pharma, dispositif médical) mais nous préparons une ambition plus large qui est de servir l'écosystème de santé de manière globale, et la priorité est de pouvoir servir les patients et les professionnels de santé", a détaillé la vice-présidente chargée de l’industrie des sciences de la vie du groupe.

    "Dassault Systèmes détient historiquement un fort ancrage dans la modélisation et la simulation. Medidata est arrivé avec des capacités de data science et d'analytics poussées, qui vont en plus reposer sur un socle de données patients, cliniques et de vie réelle. La combinaison de ces orientations permet aujourd'hui d'avoir un portefeuille extrêmement différenciant", a-t-elle expliqué.

    "Cela nous permet aujourd'hui de nous positionner comme des fournisseurs et partenaires stratégiques pour les industries de santé, que ce soit pour nos clients communs ou pour ceux qui ne connaissaient que Medidata ou que Dassault Systèmes."

    "Quand nous arrivons ensemble chez un client, nous sommes capables de pousser l'ensemble de notre proposition de valeur. C'est-à-dire du début de la recherche jusqu'à la fabrication et la commercialisation du produit", a illustré Claire Biot.

    La crise sanitaire comme catalyseur

    La lutte contre le Covid-19, Medidata la mène aussi. La vice-présidente de Dassault Systèmes a fait savoir que la société était engagée dans "plus de la moitié des essais cliniques" sur la maladie.

    Les solutions de Medidata ont été utilisées dans le cadre des essais cliniques du vaccin mRNA-1273 de Moderna, notamment en phase III avec 30.000 patients participants.

    Concrètement, l'étude a été "virtualisée" pour répondre aux contraintes de déplacement induites par la crise.

    Moderna a ainsi utilisé plusieurs technologies de la plateforme Medidata Rave pour supporter et accélérer le développement clinique, parmi lesquelles Rave EDC pour la capture électronique des données, Rave eCOA pour l’évaluation électronique des résultats cliniques, et Detect pour l’analyse statistique centralisée.

    La virtualisation des essais cliniques a indéniablement pris un tournant majeur avec la crise sanitaire, qui redéfinit les règles en matière de constitution de cohortes et de suivi des patients dans des centres de santé.

    Pour accompagner cette révolution, la première version de la plateforme "myMedidata", lancée en avril 2020, comprend un outil de suivi des symptômes du Covid-19 "qui s’appuie sur des études et dont le rôle est de soutenir les recherches et de faire progresser la compréhension scientifique du virus".

    Mis gratuitement à la disposition des clients de Medidata, l'outil permet aux organismes de recherche associés à la société de recueillir les symptômes directement auprès des participants "qui pourraient ne pas être en mesure de se rendre dans un établissement de santé".

    L’application a aussi été imaginée pour faciliter les recrutements de patients dans le cadre de la recherche en faveur d'un traitement ou d'un vaccin contre le Covid-19. Elle a été créée à partir d’informations fournies par le programme "Patient centricity by design" de Medidata, qui permet le développement de logiciels "patients-centrés".

    L'ambition du jumeaux numérique

    Autre obsession du géant: le jumeau numérique. Après avoir créé celui du Boeing 777 dès 1989, Dassault Systèmes affiche son ambition de concevoir le premier "jumeau numérique du corps humain".

    "Le jumeau numérique du corps humain nous permettra d'inventer de nouvelles façons de représenter la vie en comprenant et représentant l'invisible", déclarait Bernard Charlès début 2020.

    Pour cela, Dassault Systèmes entend s'appuyer sur sa plateforme 3DExpérience et ses applications logicielles de conception 3D, de simulation et d'environnement virtuel collaboratif.

    "Cette ambition va prendre un certain à se développer car l'écosystème est complexe, il y a différents acteurs qui ne collaborent pas encore, il a des freins liés au remboursement, des recommandations de bonnes pratiques en santé qui mettent du temps à évoluer et puis il y a une attention particulière prêtée aux données patients", a tempéré Claire Biot.

    "Toutefois, nous voyons une dynamique positive. Du côté de Medidata, il y a, par exemple, une évolution intéressante avec le développement des bras de contrôle synthétiques pour limiter la taille des cohortes de patients et aller plus vite dans les essais cliniques, grâce à l'utilisation de données issues d'essais cliniques précédents", a-t-elle saluée.

    "Il s'agit de sélectionner soigneusement des données comparables et de les agréger pour remplacer, par exemple, 100 patients d'un bras de contrôle par des données synthétiques issues d'essais précédents. Cela est extrêmement intéressant lorsque vous ne disposez pas de traitement standard ou quand il y a très peu de patients."

    Medidata et Friends of Cancer Research ont ainsi démontré dans deux publications, en 2018 et 2019, que les contrôles synthétiques peuvent accélérer la recherche clinique.

    "Nous commençons à développer cette technique avec des clients comme la biotech Medicenna Therapeutics qui a obtenu l'accord de la Food and drug administration [FDA] aux Etats-Unis en octobre 2020 afin de constituer un bras hybride de contrôle [combinant des patients du bras de contrôle synthétique avec des patients randomisés, ndlr] dans le cadre d'une phase III dans le glioblastome récurrent, une forme agressive de cancer du cerveau", a détaillé Claire Biot.

    Focus sur deux projets "emblématiques"

    La simulation prend racine assez tôt dans les activités en santé de Dassault Systèmes. Lancé en 2014, le projet Living Heart, qui permet d'utiliser des cœurs simulés en 3D pour le traitement, les diagnostics et la prévention des maladies cardiaques, poursuit lui aussi sa route.

    "Nous sommes en train d'emmener ce modèle plus loin, dans différentes dimensions. Nous avons renouvelé notre partenariat avec la FDA et à l'été 2019 nous nous sommes engagés dans un essai clinique in silico: nous préparons une 'librairie' de patients virtuels touchés par la régurgitation de la valve mitrale pour tester un dispositif médical", a rapporté Claire Biot.

    Ici, l'appareil de la valve mitrale a été simulé à l'aide du logiciel Simulia de Dassault Systèmes. Si ce modèle pourra demain être utilisé par les fabricants de dispositifs médicaux clients du groupe, il pourra aussi permettre aux professionnels de santé de planifier l'acte chirurgical. Pour cela, Dassault Systèmes travaille outre-Atlantique, avec le Boston Children Hospital.

    En France, la vice-présidente du groupe a voulu mettre l'accent sur un projet récent, qui allie simulation numérique, data visualisation et lutte contre le Covid-19: PredicEST.

    L'outil PredictEST pour la modélisation épidémiologique prédictive du Covid-19 dans le Grand Est a été lancé en décembre 2020 à l'initiative de la Région Grand Est, de l’Eurométropole de Strasbourg, de l'IHU de Strasbourg, de l’agence d’innovation régionale Grand e-nov, d'Inesia by PRIeSM et des sociétés Capgemini et Dassault Systèmes, rappelle-t-on.

    "L'idée était d'aider les pouvoirs publics à prendre les bonnes décisions au bon moment, il y a un aspect multidimensionnel et multicritères. C'est un projet emblématique", s'est-elle félicitée.

    En 2021, Dassault Systèmes va annoncer "plusieurs autres projets" en santé, a prévenu Claire Biot.

    D'ici-là, la filiale entend poursuivre son expansion dans le secteur, faire émerger son jumeau virtuel et consolider sa "proposition de valeur" à destination des industriels de santé, toujours engagés dans la lutte contre le Covid-19.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    L'investissement dans le numérique pris en compte dans la régulation du prix des médicaments

    Acteurs

    L'Institut Montaigne formule 12 propositions "pour une transformation numérique du système de santé"

    PARIS (TICpharma) - Un rapport de l'Institut Montaigne diffusé le 18 juin formule 12 propositions "pour une transformation numérique du système de santé" et estime le "potentiel de création de valeur" de la e-santé entre 16 milliards et 22 milliards d'euros par an.

    0 1119

    Acteurs

    Next French Healthcare: 13 start-up françaises de la santé partent à la conquête du marché nord-américain

    PARIS (TICpharma) - L'édition 2020 du programme Next French Healthcare porté par Business France et Bpifrance a sélectionné 13 start-up françaises de la santé numérique qui vont "s'immerger en Amérique du Nord et rencontrer des partenaires potentiels et des investisseurs", ont annoncé les organisateurs du programme le 12 juin dans un communiqué.

    0 1129

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 3 =