L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Partenariats industriels et focus sur l'oncologie: la recette de Voluntis pour atteindre l'Ă©quilibre en 2021

    CAMBRIDGE (Massachusetts), SURESNES (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Après avoir mené plusieurs opérations de financement en 2020, Voluntis, société spécialisée dans les solutions logicielles thérapeutiques, mise sur ses collaborations avec la pharma et le renforcement de ses activités en oncologie pour "atteindre l'équilibre financier au second semestre 2021" et booster le secteur des thérapies numériques, a confié le 3 février à TICpharma son directeur général, Pierre Leurent.

    Créé en 2001 par trois entrepreneurs -Pierre Leurent, actuel directeur général, Romain Marmot, directeur général délégué, et Etienne Vial, directeur technique- Voluntis est basé à Suresnes (Hauts-de-Seine) et à Cambridge (Massachusetts), d’où il développe ses partenariats pharmaceutiques aux Etats-Unis.

    Cotée sur Euronext depuis le printemps 2018 avec l'objectif affiché de "maximiser le potentiel commercial de [ses] produits et muscler sa trésorerie", la société a fini 2020 en concluant plusieurs opérations de financement.

    Voluntis a annoncé, d’une part, une augmentation de capital qui lui a permis de lever 5,9 millions d'euros, rappelle-t-on. L’entreprise française a également souscrit un prêt d'un million d’euros auprès de Bpifrance, puis 5 millions d’euros de prêts garantis par l'Etat (PGE) auprès de BNP Paribas et du Crédit du Nord.

    Au total, Voluntis a donc pu lever 11,9 millions d’euros, dont 6 millions de financements non dilutifs, lui permettant ainsi de soutenir sa R&D, optimiser sa structure financière et poursuivre son développement.

    L'augmentation de capital "a notamment permis d'accueillir un partenaire industriel stratégique, le groupe suisse Debiopharm, spécialisé dans le domaine de l'oncologie", a expliqué Pierre Leurent. "Nous avons une visibilité financière au-delà de l'année 2021, de façon concrète", a-t-il poursuivi.

    L'arrivée d'un partenaire industriel spécialisé en oncologie, n'est pas le fruit du hasard.

    "Debiopharm a des activités d'investissement dans des acteurs à la pointe de la santé numérique, le fait que nous soyons de plus en plus actifs dans le domaine de l'oncologie a suscité un dialogue tout à fait intéressant avec eux. Cet investissement nous permet de poursuivre l'exécution de notre feuille de route en oncologie et de combler tous les besoins de financements résiduels", a détaillé le dirigeant de Voluntis.

    Avec une priorisation sur l'activité oncologie, Voluntis entend capitaliser sur sa plateforme Theraxium Oncology et sur sa thérapie numérique propriétaire multi-cancer Oleena. Homologuée par la Food and Drug Administration (FDA) en août 2019, Oleena a également obtenu son marquage CE en novembre 2020, lui permettant une future commercialisation au sein de l’Union européenne.

    "C'est la première plateforme de ce type à être distribuée aux Etats-Unis. Parallèlement, nous avons choisi de renforcer notre démarche de commercialisation en lien avec l'industrie pharmaceutique, qui est aujourd'hui le modèle que nous déployons pour la commercialisation de nos solutions", a confié Pierre Leurent.

    Big pharma, principal distributeur de DTx

    Les thérapies numériques ou digital therapeutics (DTx) utilisent des logiciels fondés sur des preuves et évalués cliniquement pour traiter, gérer et prévenir un large éventail de maladies. Une part significative d'entre elles sont aujourd'hui distribuées par les laboratoires pharmaceutiques.

    Cofondateur et administrateur de la Digital Therapeutics Alliance, association internationale à but non lucratif regroupant des entreprises engagées dans l'avancement des thérapies numériques, Pierre Leurent plaide pour la collaboration intersectorielle.

    "L'industrie pharmaceutique présente des synergies très importantes avec nos activités. Elle représente un partenaire idéal pour diffuser nos innovations à grande échelle, au niveau mondial", a poursuivi le directeur général de Voluntis.

    "Nous avons régulièrement des demandes de la part d'acteurs de l'industrie pharmaceutique, qui s'interrogent sur la possibilité de capitaliser sur notre plateforme pour développer des thérapies numériques en accompagnement de leurs traitements, dans différents domaines thérapeutiques."

    "Plusieurs solutions que nous développons avec nos partenaires de la pharma vont arriver sur le marché entre 2021 et 2024, et nous sommes très concentrés sur le franchissement de ces jalons. L'établissement de nouvelles collaborations avec la pharma -soit avec les mêmes partenaires pour accompagner de nouvelles molécules de leur portefeuille, soit avec de nouveaux partenaires- est un objectif en 2021", a fait savoir Pierre Leurent.

    "Ce modèle d'affaires s'est traduit de façon claire par une très forte progression de notre activité commerciale en 2020: nous avons quasiment quadruplé nos facturations commerciales entre 2019 et 2020", a-t-il ajouté.

    Si l'entreprise a "un fort focus" sur les Etats-Unis et l'Europe dans le cadre de ses activités, elle a constaté des "demandes croissantes venant d'Asie" et n'exclut pas d'étendre son champ d'action géographique.

    Voluntis a dévoilé en mars 2020 sa nouvelle feuille de route stratégique comprenant la signature d'un partenariat avec Bristol-Myers Squibb (BMS) en oncologie, rappelle-t-on.

    Si 2020 a marqué le virage "oncologie" de Voluntis et la suspension de ses investissements liés à la commercialisation directe de ses produits pour le diabète aux Etats-Unis, l'entreprise compte encore sur ses collaborations avec la pharma pour diffuser ses innovations dans cette dernière maladie.

    "A partir de 2018, nous avons commencé à développer une nouvelle approche en direction des fournisseurs de soins et des assureurs aux Etats-Unis. Cette approche n'a pas été poursuivie car elle nécessitait des capitaux importants et l'horizon de retour sur investissement a été jugé trop lointain", a expliqué le patron de Voluntis.

    "Il se trouve qu'aujourd'hui nos partenariats pharmaceutiques nous permettent de diffuser nos innovations et c'est l'axe que nous privilégions."

    Commercialisée en France par Sanofi, la solution Insulia est destinée aux patients diabétiques de type 2 traités par insuline basale et calcule en temps réel les apports d'insuline nécessaires tout en permettant un suivi à distance des patients.

    Elle fait également partie des solutions techniques retenues dans les expérimentations de financement des actes de télésurveillance dans le cadre du programme "Expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé" (Etapes), souligne-t-on.

    Un œil sur les politiques publiques de santé tricolores

    La crise sanitaire du Covid-19 a provoqué "un développement plus large des usages en santé numériques, notamment dans le cadre du suivi à distance des patients", a noté Pierre Leurent.

    "Les usages ont nettement progressé et cela s'est vu au niveau des nouveaux modes de remboursement, par exemple pour la télémédecine, qui ont été mis en place à titre temporaire dans le cadre de la gestion de la crise. Et de plus en plus de discussions se tiennent pour pérenniser ce type de dispositifs et aller au-delà de la crise", a-t-il salué.

    Le directeur général de Voluntis s'est aussi félicité que ses solutions "répondent aux enjeux et aux défis nouveaux d'accès aux soins et de maintien d'une qualité des soins", en dépit des crises qui peuvent redéfinir les règles en matière de santé.

    "Je trouve que les travaux autour de l'Espace numérique de santé [ENS] sont positifs. Il y a un très bel enjeu à offrir aux Français l'accès à un bouquet de services à valeur ajoutée. Je suis particulièrement intéressé par tout cela et je me suis engagé personnellement, il y a quelques années, dans les premiers travaux sur la création d'un store d'applications et de services référencés donc je suis ravi de voir ces avancées", a confié Pierre Leurent.

    S'il a souligné la persistance de "beaucoup de questions sur les processus de référencement", il est convaincu que "les thérapies numériques auront une place naturelle dans cet espace".

    "Les questions que je me pose portent sur l'accès au marché français. L'Allemagne a pris des initiatives extrêmement fortes ces derniers temps et leur nouvelle trajectoire politique en santé permet un remboursement précoce des thérapies numériques. C'est un exemple inspirant pour la France", a-t-il fait valoir, espérant notamment une sortie du programme Etapes "avec une prise en charge pérenne pour que la France tienne son rang".

    Pour rappel, le ministère des solidarités et de la santé mène actuellement une réflexion sur un modèle de financement de droit commun pour sortir la télésurveillance du cadre expérimental.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Health Data Hub: une demande d'autorisation à la Cnil "dans les prochaines semaines" (Stéphanie Combes)

    Acteurs

    Cancer du poumon: partenariat entre BMS France et Sivan pour déployer le logiciel de télésurveillance Moovcare

    PARIS (TICpharma) - Bristol-Myers Squibb (BMS) France et la société Sivan ont annoncé le 16 mars un partenariat exclusif de "support au déploiement" du logiciel de télésurveillance Moovcare auprès des hôpitaux et professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du cancer du poumon en France.

    0 1730

    Acteurs

    Voluntis annonce un partenariat en oncologie avec BMS et "réoriente" son activité diabète

    CAMBRIDGE (Massachusetts), PARIS (TICpharma) - Voluntis, société française spécialisée dans les "logiciels thérapeutiques", a dévoilé le 4 mars sa nouvelle feuille de route stratégique comprenant la signature d'un partenariat avec Bristol-Myers Squibb (BMS), une priorisation sur l'activité d'oncologie et la suspension de ses investissements liés à la commercialisation directe de ses produits pour le diabète aux Etats-Unis.

    0 1163

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 6 =