L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Des DM, des données et de l'IA: la recette d'Implicity pour révolutionner la télécardiologie

    PARIS (TICpharma) - La start-up parisienne Implicity développe une plateforme pour la télésurveillance des patients porteurs de prothèses rythmiques implantables et des algorithmes d'intelligence artificielle (IA) pour "augmenter l'efficacité des équipes soignantes et améliorer la qualité du suivi des patients via de l'IA prédictive", a expliqué le 8 décembre à TICpharma le Dr Arnaud Rosier, cofondateur et directeur général de la jeune pousse.

    Créée en 2016 par le Dr Arnaud Rosier, rythmologue et chercheur en informatique biomédicale, Implicity a connu une expansion fulgurante.

    La start-up, qui compte "une petite quarantaine" de salariés, a été lauréate du premier appel à projets du Health Data Hub en avril 2019, rappelle-t-on.

    En mai 2020, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) lui a donné son feu vert, pour mener le projet "Hydro" dans le cadre du Health Data Hub.

    Il doit permettre de développer une solution pour prédire les crises d’insuffisance cardiaque avec hospitalisation pour les patients porteurs de prothèses rythmiques implantables.

    "C'est dans notre ADN, on est là pour développer des algorithmes de machine learning (apprentissage automatique) pour améliorer la prise en charge de patients télésuivis. On avait accès à un nombre important de données issues des pacemakers et défibrillateurs -avec l'accord des patients- mais on avait un problème: pour prédire des événements de pronostic défavorables ou des hospitalisations, on avait besoin d'avoir accès à des données structurées des hôpitaux, notamment pour corréler les signaux physiologiques du pacemaker avec les événements du patient. On a donc postulé au Health Data Hub", a détaillé le directeur général de la start-up.

    "On a eu la chance d'avoir été retenus et les choses se sont enchaînées, nous étions bien préparés sur le plan réglementaire, sur les questions de consentement, de données personnelles… On a pu aller assez vite du côté de la Cnil et l'accès aux données sur la plateforme du Health Data Hub devrait se faire incessamment sous peu", a-t-il poursuivi.

    Outre le projet "Hydro", le travail d'Implicity consiste à exploiter les données de télésurveillance des dispositifs électroniques cardiaques implantables pour produire des logiciels médicaux destinés à "transformer la pratique médicale en améliorant la qualité et l’efficacité des soins".

    Simplifier la remontée d'informations

    Concrètement, la plateforme conçue par la jeune pousse permet d'agréger et de traiter sur une seule interface les données provenant des cinq fabricants de prothèses cardiaques implantées: Abbott, Biotronik, Boston Scientific, Medtronic et Microport.

    "A la base, il y a cinq marques différentes de dispositifs médicaux (DM) implantables utilisés en cardiologie. Chaque fabricant disposait d’une plateforme de télésuivi différente, avec une ergonomie et des fonctionnalités hétérogènes, et les cardiologues devaient donc jongler avec toutes ces plateformes. On leur propose une interface unique", a expliqué Arnaud Rosier.

    Pour récupérer les données présentes sur les plateformes des fabricants de DM rythmiques implantables, Implicity a développé sa propre technologie, tenue secrète.

    "Il y a une autre forme de complexité: les données proviennent du DM implanté mais il faut aussi regarder les données du dossier médical, gérer la communication avec les équipes soignantes qui prennent en charge le patient, garder une traçabilité du suivi et facturer l'activité. Nous avons intégré toutes ces fonctionnalités dans notre outil."

    En parallèle, la société conçoit des briques d'IA, intégrées à sa plateforme et ambitionne -grâce au machine learning- de prédire la survenue d'événements indésirables des patients et de mieux filtrer les alertes, à partir des données transmises par les prothèses rythmiques et des données cliniques accessibles.

    "On développe des algorithmes en nom propre mais il peut aussi y avoir des collaborations avec des laboratoires de recherche, comme l'Inserm ou des laboratoires de recherche internationaux, et parfois avec des fabricants", a précisé Arnaud Rosier.

    Plus de 20.000 patients télésuivis

    Implicity fournit aujourd'hui sa solution à "une soixantaine" d'hôpitaux en France et à plusieurs centres à l’international: "une dizaine d'hôpitaux aux Etats-Unis, un centre en Finlande et un autre au Royaume-Uni", a fait savoir son directeur général.

    La start-up compte plus de 20.000 patients télésuivis, "soit un tiers des patients porteurs d'une prothèse cardiaque implantable télésuivis dans le cadre du programme Etapes", a-t-il également relevé.

    "Notre objectif est que tous les patients porteurs d'un DM cardiaque implantable soient télésuivis. Il m'est impensable, en tant que médecin, de laisser sur le côté des patients et cette technologie a été indispensable pendant la crise du Covid-19 notamment pour continuer à suivre ceux qui ne pouvaient plus se rendre à l'hôpital. Je me battrai jusqu'à ce que tous les patients soient télésuivis", a martelé le Dr Rosier.

    "Il est facile de convaincre les patients quand on leur explique que c'est important pour leur santé. S'ils sont un peu réticents psychologiquement au début, une fois que la technologie leur apporte ce qu'ils attendent, les freins sont levés. J'ai eu moins de 1% de mes patients qui m'ont dit que ça ne leur plaisait pas", a-t-il poursuivi.

    "Notre mission est de convaincre les administrations des hôpitaux d’investir dans l'outil pour faciliter la pratique de leurs médecins pour une meilleure prise en charge des patients. Accessoirement l’utilisation de la plateforme permettra une augmentation du nombre de patients télésuivis et implicitement des revenus de l’établissement grâce au remboursement opéré dans le programme Etapes. Notre combat est de les convaincre de l'intérêt de l'outil, confirmé par tous nos utilisateurs."

    La société, qui s'est lancée avec les fonds propres de ses fondateurs, distribue aujourd'hui son logiciel en mode "SaaS" (Software as a service ou logiciels en tant que service), "en BtoB (business to business)" et vend des licences "dont le prix dépend du nombre de patients", a indiqué son directeur général.

    "On a un abonnement annuel et on facture à l'usage par patient. Un petit centre ne paiera l'outil que pour ses patients; on va l'accompagner pour mieux faire adopter la télécardiologie à ses patients et on va l’aider à facturer, à être conforme au programme Etapes", a-t-il complété, sans détailler les tarifs.

    Pour financer ses développements, Implicity a procédé à un tour de table de 800.000 euros à l'automne 2017 auprès de business angels et en mars 2019, elle annonçait avoir bouclé une levée de fonds de série A de 4 millions d'euros auprès de Serena, XAnge et CapDecisif Management.

    "PĂ©renniser le programme Etapes"

    La jeune pousse, qui compte parmi ses clients l’APHP, le CHU Grenoble-Alpes, la clinique Pasteur de Toulouse ou l'Institut Mutualiste Montsouris entend désormais mobiliser ses efforts pour "pérenniser le programme Etapes" et préparer l'après.

    Pour rappel, l'article 54 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018 a reconduit le programme Etapes pour une durée de quatre ans (2018-2022). Ces expérimentations portent sur cinq pathologies: l'insuffisance cardiaque, l'insuffisance rénale, l'insuffisance respiratoire, le diabète et les prothèses cardiaques implantables.

    Les cahiers des charges ont été republiés au Journal officiel le 27 octobre 2018. Ils précisent le cadre des expérimentations et les rémunérations prévues pour les professionnels de santé et les fournisseurs de solutions techniques de télésurveillance, rappelle-t-on.

    Les inclusions de patients ont débuté au printemps 2018, près de 85.000 patients sont aujourd'hui télésurveillés dans ce cadre, dont près de 70.000 patients sont porteurs d'une prothèse cardiaque implantable.

    "On est très vigilants concernant la suite du programme Etapes et la pérennisation d'un modèle de financement de droit commun de la télésurveillance. On apporte de la valeur à ce type d'activité et Implicity n'est pas financé par les pouvoirs publics pour cela. Aujourd'hui, 90% des patients télésurveillés en France le sont pour des prothèses cardiaques implantables et 30% d'entre eux sont télésuivis sur notre plateforme", a souligné Arnaud Rosier.

    "On a des contacts avec la direction générale de l'offre de soins (DGOS), on est membre du Snitem [Syndicat national de l'industrie des technologies médicales] et on est tout à fait disposés à être autour de la table pour échanger et essayer de trouver le meilleur modèle de financement", a-t-il déclaré.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Covid-19: l'ANSM choisit l'IA de Synapse Medicine pour la pharmacovigilance des vaccins

    http://esante-pharmagest-6135934.hs-sites.com/webinair_observance

    Politique

    Le détail des bases de données qui pourraient intégrer le Health Data Hub

    PARIS (TICpharma) - La directrice du Health Data Hub, Stéphanie Combes, a présenté la liste des bases de données de santé qui pourraient rejoindre le catalogue du Hub et leur statut lors d'une audition par la mission d'information souveraineté numérique nationale et européenne de l'Assemblée nationale le 18 février.

    0 877

    Acteurs

    Le Health Data Hub et le Grand défi "IA et santé" dévoilent les dix lauréats de leur appel à projets

    PARIS (TICpharma) - Le Health Data Hub et le Grand défi "IA et santé" ont dévoilé le 9 juillet les dix lauréats de leur appel à projets "l'intelligence artificielle (IA) pour une expérience améliorée du système de santé", qui bénéficieront d'un accompagnement "humain, technique et financier" pendant un an.

    0 1212

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 4 =