L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Gafam: un été placé sous le signe de l'e-santé et de la lutte contre le Covid-19

    PARIS (TICpharma) - Les étés se suivent et se ressemblent presque pour les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), qui poursuivent leur offensive en e-santé tout participant à la lutte engagée contre le Covid-19.

    Nouvel Eldorado des Gafam, l'e-santé représente un axe de développement et une source de revenus intéressante pour ces géants du numérique, contraints de se réinventer pour conserver leur position hégémoniques.

    Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft n'ont pas fait de pause estivale et ils ont multiplié les annonces "e-santé" cet été.

    Alors que le monde vit au rythme du Covid-19, ils se sont aussi engagés dans la lutte pour endiguer la pandémie, en particulier les "G" et "A" de Gafam, Google et Apple.

    Les deux géants ont mis au point une API (interface de programmation) de traçage des cas contacts de Covid-19, rappelle-t-on. Annoncée dès avril, elle permet aux autorités de santé des Etats de développer leurs applications de traçage basées sur la technologie Bluetooth.

    Ils ont profité de l'été pour la mettre à jour et permettre "une utilisation transfrontalière" de la technologie.

    Le 16 juin, plusieurs Etats membres de l'Union européenne (UE) ont trouvé un accord sur l'interopérabilité de leurs applications de traçage utilisant l'API d'Apple et Google.

    Cette entente ne concerne pas la France, dont la solution StopCovid repose sur un protocole maison dit "centralisé", qui transmet les données pseudonymisées d’une personne testée positive vers un serveur central géré par les autorités de santé.

    La lutte contre la désinformation en santé

    La lutte contre la pandémie de Covid-19 passe également par l'information. Le "F" de Gafam, Facebook, a dû faire le ménage sur sa plateforme, après qu'un rapport de l'ONG Avaaz paru mi-août l'a épinglé pour "désinformation sur les sujets liés à la santé sur la plateforme web", et en particulier au coronavirus.

    Le réseau social numéro 1 s'est défendu dans une note de blog le 19 août, affirmant "soutenir le travail de la communauté mondiale de santé publique pour garder les gens en sécurité et informés pendant la crise du coronavirus" et "travailler à lutter contre les impacts [du Covid-19] à long terme".

    Si la crise du Covid-19 a exacerbé le phénomène, la désinformation en matière de santé est régulièrement pointée du doigt sur Facebook.

    Dans son rapport, Avaaz a également signalé "des articles contenant de faux remèdes" massivement partagés sur le réseau social et s'est interrogé sur l'algorithme "opaque" de Facebook, qui pourrait amplifier la diffusion de fausses informations.

    Dans un effort pour montrer patte blanche, le 5 août, Facebook avait pourtant annoncé le retrait d'une vidéo mise en ligne par... Donald Trump.

    Le 45e président des Etats-Unis y affirmait que "les enfants sont quasiment immunisés contre le coronavirus" alors qu'aucune étude scientifique ne le prouve.

    Aux Etats-Unis toujours, le "M" de Gafam, Microsoft, a décidé de faire la chasse à la cybercriminalité liée au Covid-19.

    Début juillet, la firme américaine a engagé une action judiciaire devant un tribunal du district de Virginie. Elle a y a détaillé sa stratégie pour contrer l'œuvre de cybercriminels qui profitent de la pandémie pour tenter d'arnaquer ses clients dans 62 pays.

    Alors que la cybercriminalité a explosé avec la pandémie de Covid-19, Microsoft s'attache à désactiver les liens URL et fermer les noms de domaines des organisations malveillantes.

    Les autres projets e-santé en cours

    Il n'y a pas que la lutte contre le Covid-19 qui a occupé les Gafam cet été. Les géants de la tech se sont également concentrés sur leurs projets phares en e-santé.

    Google a mis un pied dans la télémédecine en investissant 100 millions de dollars dans la société américaine Amwell, qui en retour privilégiera Google Cloud au détriment d'Amazon Web Services (AWS).

    Sa société sœur, Verily, a également annoncé son lancement sur le marché des assurances et la création d'une filiale dédiée, Coefficient. Elle "alliera des technologies de santé innovantes avec de nouveaux modèles d'assurances et de paiement", le tout "basé sur les données", est-il expliqué dans son communiqué de lancement.

    En avril, Verily avait proposé aux Californiens des tests Covid-19 dans des conditions problématiques, rappelle-t-on.

    Le feuilleton du rachat de Fitbit par Google se poursuit. L'union annoncée fin 2019 repose sur une offre de 2,1 milliards de dollars et aurait dû être bouclée au printemps.

    Mais la Commission européenne a annoncé le 4 août l'ouverture d'une enquête sur ce projet de rachat, s’inquiétant notamment de l'utilisation et de la protection des données des clients de Fitbit, qui pourraient alimenter l'ambition de Google de devenir le leader des données personnelles de santé.

    Cette acquisition doit permettre à Google de concurrencer Apple et sa montre connectée Apple Watch qui n'a pas quitté la première place du podium des objets connectés de santé cet été.

    Selon le cabinet Counterpoint Research, la marque à la pomme domine largement le marché grâce à sa Apple Watch Series 5 et ses fonctionnalités de plus en plus tournées vers la santé: appels automatiques à des services d'urgence, détection des chutes et contrôle du rythme cardiaque, ECG...

    L'Apple Watch Series 5 a récolté 51,4% des revenus mondiaux des montres connectées sur les deux premiers trimestres de 2020 et sa version 6 pourrait porter l'estocade à la concurrence avec son module de mesure de l'oxygénation du sang.

    Facebook, de son côté, a encore misé sur l'intelligence artificielle (IA).

    Ses chercheurs se sont alliés à la faculté de médecine de l'université de New York pour mettre au point un système de reconstitution des images d'IRM quatre fois plus rapide qu'un examen standard, a annoncé la société le 18 août.

    Enfin, Amazon, dont les revenus ont doublé au deuxième trimestre 2020, a annoncé le 14 août le lancement de sa première pharmacie en ligne, en Inde.

    Ce projet phare de l'entreprise américaine permet à ses clients indiens de commander en ligne des médicaments vendus en libre-service ou prescrits et d'être livrés.

    Un peu plus tôt, l'Université de Californie San Francisco annonçait le lancement de deux projets de recherche sur le séquençage du génome du Covid-19, en partenariat avec AWS, filiale du géant spécialisée dans l'hébergement et les mégadonnées.

    Les BATX s'activent aussi
    Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), géants chinois du numérique, ont également été actifs dans l'e-santé cet été.
    Alibaba Health, la filiale santé d'Alibaba, a levé 1,3 milliard de dollars début août pour développer sa pharmacie en ligne. Comme Amazon, les activités du mastodonte du commerce en ligne ont largement profité de la crise sanitaire.
    Tencent, qui développe notamment des jeux mobiles et des applications de messagerie, a lui aussi publié un algorithme fin juillet. Il permet d'anticiper l'apparition de formes graves du Covid à partir de dix variables. Présenté par une publication dans la revue Nature communications, il est accessible gratuitement en ligne.
    Dans le même temps, la capitalisation boursière de Tencent a dépassé fin juillet celle de Facebook, atteignant alors 664,50 milliards de dollars, contre 656,15 milliards.
    Enfin, Baidu, concurrent chinois de Google, est le dernier des BATX à se lancer dans la santé. Sa filiale consacrée à cette activité a été lancée en mars.
    La société a créé une plateforme de télémédecine ouverte 24 heures sur 24. Plus de 50 millions de téléconsultations ont été assurées par 100.000 médecins un mois après son lancement, selon Baidu.
    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com
    LĂ©o Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com

    À suivre

    Digital Pharma Lab: une troisième saison placée sous le signe de l'international

    Acteurs

    Cancer du poumon: partenariat entre BMS France et Sivan pour déployer le logiciel de télésurveillance Moovcare

    PARIS (TICpharma) - Bristol-Myers Squibb (BMS) France et la société Sivan ont annoncé le 16 mars un partenariat exclusif de "support au déploiement" du logiciel de télésurveillance Moovcare auprès des hôpitaux et professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du cancer du poumon en France.

    0 1459

    Solutions

    Pharmacovigilance: un site internet pour vérifier si un médicament présente des risques en cas de symptômes de Covid-19

    BORDEAUX (TICpharma) - Le réseau national des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), le département de pharmacologie du CHU de Bordeaux et la start-up Synapse ont réalisé un site web grand public permettant aux patients d’obtenir une réponse sur les risques relatifs à l’automédication en cas de symptômes de Covid-19, a-t-on appris le 17 mars.

    0 2563

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 1 =