L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    L'application de traçage des contacts StopCovid est disponible

    PARIS (TICpharma) - L'application de traçage des cas contacts StopCovid est disponible dans les magasins d'applications d'Apple et Google, a annoncé le gouvernement le 2 juin en fin de journée.

    "Désormais, StopCovid, l’application de suivi de contacts destinée à enrayer la propagation de l’épidémie est disponible au téléchargement dans les magasins d’applications Apple Store et Google Play", ont fait savoir plusieurs ministères dans un communiqué conjoint.

    Il est cosigné par Nicole Belloubet, ministre de la justice, Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé, Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique.

    Ils saluent notamment le travail de l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria), pilote du projet.

    "Malgré l’ampleur de la tâche, notamment d’un point vue technique, l’équipe française a relevé cet immense défi. La France est fière de pouvoir compter sur son écosystème de recherche, d’innovation et industriel pour mener à bien de tels projets, qui conjuguent politiques de santé, respect des libertés individuelles, protection des données personnelles et renforcement de notre souveraineté technologique", ont déclaré les ministres.

    Sur Twitter, le président-directeur général de l'Inria, Bruno Sportisse a également rendu hommage "aux femmes et aux hommes engagés dans le projet". "Ils ont réussi à monter la face Nord en six semaines, en relevant les défis pour proposer une 'v1' de cet outil de lutte citoyenne contre la propagation du virus. C'est du numérique: on va apprendre avec le déploiement", a-t-il souligné.

    Le 3 juin, quelques heures après son lancement, l'application StopCovid comptait déjà "600.000 téléchargements", a, par ailleurs, annoncé Cédric O, invité de la matinale de France 2.

    "C'est un très très bon démarrage. Nous n'avons pas d'objectifs de téléchargements mais les études des épidémiologistes et des scientifiques montrent que, dès les premiers téléchargements, l’application est utile dans la lutte contre le Covid-19", a-t-il commenté.

    Interrogé sur la sécurité de StopCovid et la protection des libertés individuelles, le secrétaire d'Etat au numérique a insisté sur "la transparence" de l'application de traçage. "N'importe quel informaticien peut aller regarder [le code source] et vérifier que l'application fait ce que le gouvernement dit qu'elle fait, et rien d'autre", a-t-il répété.

    Captures d'écran de l'application StopCovid

    Le décret permettant la mise en œuvre de StopCovid a été publié le 30 mai au Journal officiel.

    L'application considère comme cas contacts les personnes restées "à moins d'un mètre" d'un patient Covid+ "pendant au moins 15 minutes", rappelle-t-on.

    Les personnes diagnostiquées ou testées positives au Covid-19 peuvent partager à leurs cas contacts l'historique des contacts enregistrés par l'application à l'aide de la technologie Bluetooth.

    Le partage de l'historique est soumis à la délivrance préalable d'un code de confirmation émis par le laboratoire de biologie médicale ayant réalisé le test de dépistage ou par le médecin prescripteur.

    "Cette application est un outil complémentaire au contact tracing réalisé par les médecins, l’assurance maladie et les agences régionales de santé (ARS) et s’inscrit dans la stratégie de déconfinement", a souligné Jérôme Salomon, directeur général de la santé (DGS), dans un communiqué diffusé le 2 juin et rappelant la procédure à suivre pour les contacts identifiés par StopCovid.

    "[Elle] ne se substitue pas au circuit 'classique' du contact tracing et d’investigation des cas par les niveaux 1 (médecins) et 2 (assurance maladie), et il est possible que des personnes-contacts soient signalées dans les deux dispositifs, classiques et numériques. Dans le cas d’une notification dans les deux systèmes (classique et StopCovid), la prise en charge s’effectue dans le cadre du dispositif de contact tracing classique", a-t-il précisé.

    Des couacs au démarrage

    Dès sa mise en disponibilité, des utilisateurs de l'application signalaient, sur les réseaux sociaux et dans les magasins d'application, une erreur empêchant l'activation de StopCovid.

    L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) a fait savoir le 1er juin que 12 bugs ont été identifiés et 7 acceptés dans le cadre du programme de bug bounty ("chasse aux bugs" qui permet à des hackers de tester l'application en profondeur et de toucher une rémunération si une faille est détectée, NDLR) lancé le 27 mai pour un nombre restreint de hackers.

    "Les corrections sont d'ores et déjà en cours d'instruction", a ajouté l'Anssi. La bug bounty est ouverte depuis le 2 juin à tous les hackers inscrits sur la plateforme de la start-up YesWeHack.

    Les députés puis les sénateurs ont approuvé le 27 mai dernier, par un vote non contraignant, la déclaration du gouvernement relative aux "innovations numériques dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19" présentant StopCovid, rappelle-t-on.

    Dans des communications séparées, la Cnil, le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), le Conseil national du numérique (CNNum) et le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) ont estimé que l'application pouvait être mise en œuvre, tout en émettant des réserves.

    De son côté, la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) a étrillé l'outil et recommandé au gouvernement "de ne pas recourir aux mesures de suivi numérique des personnes", dans un avis publié début mai.

    Léo Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com
    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Cancer du poumon: accord au CEPS sur le remboursement de l'outil de télésurveillance Moovcare

    Politique

    Données de traçage du Covid-19: le gouvernement négocie avec Apple et Google

    PARIS (TICpharma) - Le gouvernement négocie avec les géants du numérique Apple et Google dans le cadre de sa stratégie de traçage numérique de l'épidémie de Covid-19, a déclaré Aymeril Hoang, membre du conseil scientifique installé auprès du gouvernement et expert en numérique, lors d'une audition par la commission des lois du Sénat le 15 avril.

    0 646

    Acteurs

    Covid-19: les données de traçage au secours de la lutte contre l'épidémie

    PARIS (TICpharma) - Alors que le gouvernement travaille à une application de traçage par Bluetooth qui permettrait de "limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission", les initiatives des entreprises pour mettre les données de leurs utilisateurs à disposition des institutions de recherche publique se multiplient.

    0 572

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 8 =