L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Alliance digitale contre le Covid-19: comment la healthtech se met en rang pour combattre la crise sanitaire

    PARIS (TICpharma) - Créée mi-mars sous l’impulsion du Dr Fabrice Denis, oncologue-radiothérapeute au Mans et concepteur d'applications de pré-diagnostic médical, l'Alliance digitale contre le Covid-19 réunit aujourd'hui un large consortium d'acteurs privés "qui joignent leurs efforts pour concevoir des outils visant à lutter contre la crise épidémique", ont expliqué à TICpharma plusieurs membres de l'initiative.

    L'Alliance digitale contre le Covid-19 composée d'industriels de la santé et d'acteurs du numérique a lancé le 18 mars le site d'information grand public maladiecoronavirus.fr, basé sur un algorithme co-développé par l’Institut Pasteur et l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) pour "répondre aux personnes pensant avoir été exposées au coronavirus", rappelle-t-on.

    Référencé sur le site du ministère des solidarités et de la santé, l'outil permet de réaliser gratuitement une auto-évaluation en ligne et de bénéficier de préconisations d’orientation adaptées à son état de santé (appel du médecin traitant, appel au centre 15, etc.). Moins de deux mois après son lancement, il compte déjà 8 millions d'utilisateurs et 5,4 millions de questionnaires ont été complétés.

    Le consortium d’acteurs du numérique et d’e-santé à l'origine de cette solution a été lancé par la société Kelindi, la filiale du groupe La Poste Docaposte, l'agence de design web Dernier Cri et le cabinet d'avocats De Gaulle Fleurance & Associés, sous l'impulsion du Dr Fabrice Denis, oncologue-radiothérapeute à l'Institut interrégional de cancérologie Jean-Bernard du Mans et, notamment, concepteur du logiciel de télésurveillance Moovcare poumon (Sivan), rappelle-t-on.

    "Cette alliance est née après que j'ai été sollicité par le Pr Arnaud Fontanet de l'Institut Pasteur [épidémiologiste et également membre du conseil scientifique installé auprès du gouvernement, ndlr] auquel le ministère des solidarités et de la santé avait demandé de recenser les solutions digitales qui pourraient aider à gérer l'épidémie", raconte le Dr Denis.

    "De mon côté, je travaillais déjà sur une application d'orientation des patients, en voyant venir la phase 3 de l'épidémie. Je me suis rapproché de Kelindi, que je connaissais déjà, pour initier l'application et de Docaposte pour amplifier le phénomène en termes de partenariats et de puissance de développement et de stockage", a-t-il expliqué.

    "Par la suite, chacun a pris contact avec d'autres acteurs qu'il connaissait pour constituer l'alliance: des assureurs, des prestataires de téléconsultation etc. Tout le monde a rejoint l'effort et s'est mobilisé très vite."

    L'Alliance compte, à date, 20 membres dont les quatre cofondateurs mais aussi les assureurs Allianz France et AG2R La Mondiale, les laboratoires pharmaceutiques Johnson & Johnson et AstraZeneca ou encore l'acteur de téléconsultation MesDocteurs et la société technologique Withings.

    Elle s'appuie également sur l'expertise scientifique de l'Institut Pasteur, de l'AP-HP, des CHU de Rennes, Lille et d’Angers ou encore d'une antenne du CNRS à Lyon.

    L'engouement des acteurs de la tech

    David De Amorim, directeur adjoint e-santé en charge de l’innovation et des partenariats de Docaposte, a également salué la "démarche d'utilité publique" impulsée par l'Alliance.

    "Ce qui nous a séduits lorsque la démarche de l'Alliance nous a été présentée, c'est la dimension d'utilité publique donc nous avons ouvert notre carnet d'adresses et nous avons appelé des acteurs de notre écosystème, qui étaient en capacité de réagir vite", a-t-il expliqué.

    "Dans un deuxième temps, nous avons élargi le cercle à d'autres acteurs qui pouvaient se mobiliser rapidement face à l'urgence de la crise, comme des grandes mutuelles, des grandes acteurs de santé ou de la pharma. Tous ont très vite répondu présents et les circuits de décision étaient très courts: nous avons pu échanger sans attendre avec leurs directeurs généraux ou leurs présidents", a-t-il salué.

    Florian Le Goff, cofondateur de la start-up lilloise Kelindi, qui développe des solutions de détection précoce de pathologies diverses, a également constaté l'engouement suscité autour de la création de l'Alliance.

    "Nous avons rapidement observé que beaucoup d'acteurs, même ceux auxquels nous ne nous attendions pas, sont venus vers nous pour nous demander comment ils pourraient nous être utiles. L'entreprise Meetic, par exemple, a pris l'initiative de nous contacter et de mettre à notre disposition ses développeurs", a-t-il détaillé.

    La société -qui édite le premier site de rencontres européen- a travaillé sur le deuxième projet de l'Alliance contre le Covid-19: le portail outilscoronavirus.fr lancé le 28 avril, qui réunit les sites de référence sur le Covid-19 pour les patients, les professionnels de santé et les établissements.

    "Meetic a travaillé sur ce site en open source sur le code et la base de données, et nous a livré le projet en une semaine. Ce renfort était très appréciable car nous sommes déjà débordés par les mises à jour des algorithmes de la première application", a relaté Florian Le Goff.

    "Ils ont un très gros savoir-faire en digital et pour fabriquer des sites web solides. Le site maladiecoronavirus.fr reçoit jusqu'à 15.000 requêtes par seconde et Meetic sait faire ça. Ils sont également très forts en internationalisation et nous travaillons notamment avec eux pour faire du code multilingue", a-t-il complété.

    De son côté, la jeune pousse lilloise -présente dès la constitution de l'Alliance-, travaille plus spécifiquement sur la transformation des algorithmes en code informatique pour traiter les questionnaires du site maladiecoronavirus et planche déjà sur de nouveaux modules dans le cadre de la lutte épidémique actuelle.

    Concernant les acteurs de la pharma présents (Johnson & Johnson et AstraZeneca), les initiateurs de l'Alliance ont salué leur "renfort" lors de la conception du site outilscoronavirus.fr et notamment "pour [les] mettre en lien avec des associations de patients avec lesquelles ils travaillent, et compléter la boîte à outils".

    Le site de pharmacovigilance www.covid19-medicaments.com, développé par le réseau national des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), le département de pharmacologie du CHU de Bordeaux et la start-up Synapse, a également été épinglé au portail de maladiecoronavirus.fr.

    Deux nouveaux modules pour l'auto-surveillance et le déconfinement

    Alors que le déconfinement se profile et devrait débuter le 11 mai, l'Alliance contre le Covid-19 prépare déjà cette période transitoire, via deux modules complémentaires dédiés à l'auto-surveillance et à la préparation de la sortie du confinement.

    "Ce module va s'adresser à des personnes qui ont des symptômes du Covid-19 mais qui ne sont pas dans un état suffisamment grave pour être hospitalisées. C'est la majorité, elles vont rester à la maison et s'auto-surveiller tous les jours et contacteront leur médecin en cas de symptômes aggravés. Ce module complètera les outils de télésurveillance type Covidom (AP-HP et Nouveal). Il sera bientôt prêt", a expliqué le Dr Fabrice Denis.

    Le dernier module "en cours de création" sera un module "d'orientation pour réguler le déconfinement". Concrètement, il s'agira d'orienter les patients selon leurs facteurs de risques (malades chroniques, personnes fragiles, etc.), sur une sortie du confinement ou non.

    "Nous voyons bien que les gens ne savent pas vraiment ce qu'ils doivent faire. Ceux qui ont peur vont se confiner encore un mois même s'ils ne courent pas de risques et, à l'inverse, d'autres personnes sortiront dès le 11 mai alors qu'elles n'ont pas les meilleurs paramètres pour y aller", a détaillé le Dr Denis.

    "Nous travaillons sur l'anxiété des patients. Il s'agit de répondre 'oui' ou 'non' à la question: 'pouvons-nous sortir?'. C'est la même philosophie concernant le site maladiecoronavirus.fr et l'application d'auto-surveillance. Nous ne voulons pas laisser les patients tourner en rond", a complété Florian Le Goff.

    Pour la suite, Fabrice Denis imaginerait bien intégrer des cartes et faire remonter des données Covid-19 "commune par commune" pour accompagner le déconfinement et "ne pense pas qu'en l'état actuel des choses, les cartes présentées par la DGS soient suffisantes".

    Dans le même ton, le patron de Kelindi a déclaré "tendre la main aux agences régionales de santé (ARS)": "nous avons l'outil et la plateforme et ce n'est intéressant que si c'est alimenté. Ce type de remontée en temps réel peut être faite mais elle ne sera efficace que si les autorités sont capables de l'exploiter", a-t-il souligné.

    Pour "l'après-crise", l'Alliance -dont les partenaires autofinancent l'ensemble des projets- n'a pas prévu de se dissoudre.

    "Il y a déjà plusieurs perspectives: il est d'abord possible que nous entrions dans des phénomènes saisonniers de cette épidémie et il est donc peu probable que nous arrêtions toute la stratégie mise en place en termes de dépistage et de suivi de l'épidémie. Par ailleurs, l'Alliance a impulsé une dynamique pour faire la sentinelle sur d'autres épidémies comme la grippe, et nous allons mettre tous ces outils au service de la détection d'autres épidémies virales", a détaillé le Dr Denis.

    Un point de vue partagé par David de Amorim qui verrait bien ces outils être utilisés pour accompagner les malades chroniques.

    "Il y a aussi le sujet de toutes ces personnes impactées par l'épidémie mais qui n'ont n'a pas été directement infectées, comme les malades chroniques ou les patients atteints de cancer qui se sont confinés, et il va y avoir un contrecoup sanitaire dans la crise. Les outils numériques peuvent servir à recréer un lien de confiance entre professionnels de santé et ces patients qui auront encore peur de se déplacer", a-t-il expliqué.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    La deuxième promotion du Pfizer Healthcare Hub dévoilée

    Solutions

    L'Alliance digitale contre le Covid-19 lance le site maladiecoronavirus.fr

    PARIS (TICpharma) - L'Alliance digitale contre le Covid-19 composée d'industriels de la santé et d'acteurs du numérique a lancé le 18 mars le site d'information grand public maladiecoronavirus.fr, basé sur un algorithme co-développé par l’Institut Pasteur et l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) pour "répondre aux personnes pensant avoir été exposées au coronavirus".

    0 1082

    Acteurs

    Cancer du poumon: partenariat entre BMS France et Sivan pour déployer le logiciel de télésurveillance Moovcare

    PARIS (TICpharma) - Bristol-Myers Squibb (BMS) France et la société Sivan ont annoncé le 16 mars un partenariat exclusif de "support au déploiement" du logiciel de télésurveillance Moovcare auprès des hôpitaux et professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du cancer du poumon en France.

    0 1201

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 7 =