Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Vers une prolongation de la certification des logiciels d'aide à la prescription (projet de décret)

    PARIS (TICpharma) - Un projet de décret d'application de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2020, dont APMnews a eu connaissance, prévoit de prolonger la validité des certifications délivrées par la Haute autorité de santé (HAS) aux logiciels d'aide à la prescription (LAP) "jusqu'à la publication de nouveaux référentiels et au plus tard jusqu'au 1er juillet 2021".

    Dans cet intervalle, "les décisions de certification de logiciel d'aide à la prescription médicale délivrées sur la base de la procédure et des référentiels de la Haute autorité de santé avant le 12 juillet 2018 restent applicables", détaille le document consulté par APMnews (site d'information du groupe APM International dont fait partie TICpharma).

    En attendant la finalisation de la nouvelle procédure et sa publication au Journal officiel, "les décisions de certification des LAP sont rendues sur la base d'une procédure provisoire de certification établie et rendue publique par la HAS".

    Ce référentiel provisoire doit prévoir:

    • "des exigences minimales de sécurité, portant notamment sur l'absence de toute information étrangère à la prescription et de publicité de toute nature ainsi que sur sa qualité ergonomique
    • des exigences minimales de conformité de la prescription aux dispositions réglementaires et aux règles de bonne pratique de la prescription médicamenteuse
    • des exigences minimales d'efficience assurant la diminution du coût du traitement à qualité égale
    • la prescription en dénomination commune internationale (DCI) [...]
    • une information sur le médicament issue d'une base de données sur les médicaments agréée par la HAS
    • des informations relatives au concepteur du logiciel et au financement de l'élaboration de ce logiciel."

    Cette certification est délivrée pour une durée couvrant uniquement la période de transition, c'est-à-dire jusqu'à la publication de nouveaux référentiels et au plus tard jusqu'au 1er juillet 2021, est-il précisé.

    Les articles R161-76-7 et R161-76-8 du code de la sécurité sociale, qui prévoient la publicité des logiciels certifiés et les obligations d'information de la HAS et de l'Agence nationale de sécurité u par les organismes certificateurs, "s'appliquent à cette procédure transitoire".

    L'article 49 de la LFSS pour 2019 a supprimé le caractère obligatoire de la procédure de certification des logiciels d'aide à la prescription et à la dispensation (LAP/LAD) qui peut, néanmoins, "être demandée par les éditeurs" pour des logiciels dont au moins une des fonctionnalités propose une aide à la prescription et à la dispensation, rappelle-t-on.

    L'obligation de certification de ces outils avait été annulée par le Conseil d'Etat en 2018, en conséquence d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) jugeant qu'ils constituaient des dispositifs médicaux au sens du droit de l'UE, ce qui rendait superflue la procédure française de certification, le marquage CE étant jugé comme suffisant.

    Exigence de protection des données personnelles pour le remboursement des DM connectés

    Le projet de décret prévoit également d'introduire dans le code de la sécurité sociale une disposition subordonnant le remboursement des dispositifs médicaux (DM) connectés à des garanties de protection des données personnelles.

    Fabricants et distributeurs devront joindre au dossier d'inscription sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR): "une déclaration attestant que le dispositif se conforme aux dispositions légales et règlementaires relatives à la protection de données personnelles", notamment la loi informatique et libertés de 1978, le règlement général de protection des données (RGPD) et l'hébergement de données chez un hébergeur certifié.

    Les DM ne respectant ces obligations légales et réglementaires ne pourront être remboursés, précise le projet de décret.

    Léo Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com

    À suivre

    Comment l'épidémie de Covid-19 a accéléré l'utilisation du cloud dans les entreprises de santé (Cedhys)

    Politique

    Feuille de route du numérique en santé: les choses sérieuses commencent

    PARIS (TICpharma) - Publiée au Journal officiel le 26 juillet, la loi relative à "l'organisation et à la transformation du système de santé" contient plusieurs mesures contenues dans la feuille de route du numérique en santé, présentée par Agnès Buzyn le 25 avril dernier. Place maintenant à leur mise en application.

    0 1065

    Acteurs

    Partager ses données, un "changement culturel majeur" pour la pharma (Emmanuelle Quilès)

    PARIS (TICpharma) - La présidente de Janssen France (groupe Johnson & Johnson -J&J), Emmanuelle Quilès, a souligné dans un entretien accordé à TICpharma le "changement culturel majeur" que constitue le partage de données entre laboratoires pharmaceutiques dans le cadre de projets exploitant les technologies d'intelligence artificielle (IA).

    0 927

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    5 + 5 =