L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Diabeloop: la HAS ouvre la voie au remboursement du "pancréas artificiel DBLG1" doté d'IA auto-apprenante

    0 627

    PARIS (TICpharma) - La commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) de la Haute autorité de santé (HAS) a estimé dans un avis publié le 7 février que projet de "pancréas artificiel DBLG1" de la société française Diabeloop apportait un service attendu suffisant avec un niveau d'amélioration du service attendu de niveau III.

    C'est la première fois que la Cnedimts rend un avis sur un dispositif médical (DM) intégrant de l'IA auto-apprenante.

    L'autorité mène depuis plusieurs années des travaux sur l'évaluation des dispositifs faisant appel à l'IA et l'une des principales questions relevée concernait justement le cas des algorithmes auto-apprenants, donc évolutifs, rappelle-t-on.

    En novembre, la HAS a soumis à consultation publique son projet de grille d’analyse des algorithmes contenus dans les dispositifs médicaux (DM) faisant appel à l'IA, dont les premiers résultats sont attendus en avril, précise-t-on.

    Concernant le système de délivrance d'insuline en boucle semi-fermée DBLG1 de la société française Diabeloop, la HAS a recommandé une inscription au remboursement de 3 ans et demandé la réalisation d'une étude complémentaire.

    Ce système de "pancréas artificiel" associe une pompe à insuline, un capteur de glycémie et un algorithme auto-apprenant qui calcule les doses d'insuline à administrer à partir de la mesure de glycémie en continu et d'informations entrées par le patient, et pilote automatiquement la délivrance d'insuline par la pompe, rappelle-t-on.

    La Cnedimts a considéré que le service attendu était suffisant dans l'indication "patients diabétiques de type 1 adultes dont l'équilibre glycémique préalable est insuffisant (taux d'HbA1c supérieur ou égal à 8%) en dépit d'une insulinothérapie intensive bien conduite par perfusion sous-cutanée continue d'insuline (pompe externe) pendant plus de 6 mois et d'une autosurveillance glycémique quotidienne (supérieur ou égal à 4 fois par jour)".

    Les comparateurs pris en compte sont les systèmes en "boucle ouverte" incluant une pompe à insuline et un capteur de mesure du glucose interstitiel fonctionnant indépendamment.

    L'amélioration du service attendu était de niveau III (modéré).

    La Cnedimts a subordonné le renouvellement de l'inscription du DBLG1 "à la réalisation d'une étude prospective exhaustive sur l'ensemble des patients utilisateurs du système".

    "Les résultats devront documenter, après au moins un an d'utilisation: l'intérêt sur l'équilibre glycémique et la qualité de vie; les complications; le taux d'utilisation du système en boucle semi-fermée."

    Population cible estimée à 7.300 patients

    Le Cnedimts estime que la population cible "est difficile à estimer, par manque de données dans la population visée". Elle considère toutefois que cela peut être estimé "au maximum à 7.300 patients".

    L'étude SP7, qui a inclus 68 patients randomisés pour avoir successivement, en "cross-over", le système en boucle fermée ou la boucle ouverte sur des périodes de 12 semaines, a montré une augmentation du temps passé dans la cible glycémique (entre 0,7 et 1,8 g/l: 68,5% du temps avec la boucle fermée contre 59,4% du temps), ainsi qu'une réduction du temps en hypoglycémie, rappelle-t-on.

    L'avis de la Cnedimts note qu'il y a "des éléments en faveur d'une optimisation de l'équilibre glycémique" avec le système DBLG1, mais pas d'impact sur la satisfaction des patients ni de réduction de l'hémoglobine glyquée. Ce système "a une place dans l'arsenal thérapeutique", conclut-elle.

    Diabeloop a annoncé le 2 décembre avoir bouclé une levée de fonds de 31 millions d'euros pour accélérer le développement de DBLG1, rappelle-t-on.

    Avis de la Cnedimts sur le système DBLG1 (Diabeloop)

    François Boissier
    Léo Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com

    À suivre

    Le gendarme européen de la protection des données s'inquiète du rachat de Fitbit par Google

    Innovations

    Cancer du poumon: le logiciel de télésurveillance Moovcare bientôt remboursé

    PARIS (TICpharma) - Le logiciel de télésurveillance Moovcare poumon (Sivan) devrait être accessible et remboursé d'ici la fin de l'année ou début 2020, l'outil et l'acte l'accompagnant ayant tous les deux obtenus des avis favorables de la Haute autorité de santé (HAS), a-t-on appris le 25 juin lors d'une conférence de presse organisée à l'Institut Curie.

    0 1832

    Politique

    Numérique en santé: Agnès Buzyn tranche sur la gouvernance

    PARIS (TICpharma) - La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé le 25 avril la création d’une délégation ministérielle du numérique en santé (DNS), la suppression de la délégation à la stratégie des systèmes d’information (DSSIS) et la transformation de l'Agence des systèmes d'information de santé partagés (Asip santé) en Agence du numérique en santé (ANS) pour "renforcer la gouvernance numérique en santé".

    0 1095

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 5 =