L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Inato lève 14 millions d'euros pour développer son IA dans la recherche clinique

    PARIS (TICpharma) - La start-up Inato a levé 14 millions d'euros afin d'accélérer le développement technologique et commercial de sa plateforme faisant appel à l'intelligence artificielle (IA) pour automatiser la recherche de partenaires dans le cadre du lancement d'essais cliniques, a expliqué à TICpharma son co-fondateur et directeur général, Kourosh Davarpanah, début février.

    Créée en février 2016, Inato propose aux laboratoires pharmaceutiques, biotech, medtech, sociétés de recherche sous contrat (CRO) et établissements de santé, un logiciel en mode SaaS (Software as a Service), afin de les aider dans la recherche de partenaires et d'investigateurs d'essais cliniques avec une "approche pilotée par la donnée", expliquait Kourosh Davarpanah à TICpharma à l'occasion d'une première levée de fonds de 1,3 million d'euros en novembre 2017.

    La deuxième levée de fonds a été annoncée le 4 février, et menée par le fonds américain Obvious Ventures. Le français Cathay Innovation et deux investisseurs historiques d'Inato, Serena et Fly Ventures, ont également participé.

    La start-up s'était fixé un objectif de "10 à 15 millions d'euros".

    Les 14 millions d'euros levés doivent lui permettre "d'accélérer sur trois axes", a indiqué Kourosh Davarpanah: "le développement du produit, l'accélération des partenariats avec les sites hospitaliers et l'internationalisation."

    "On a une approche marketplace: les établissements de santé peuvent voir les essais auxquels ils sont éligibles et choisir ceux auxquels ils veulent participer, et les laboratoires pharmaceutiques choisissent les établissements qui peuvent participent à leurs essais. Le côté pharma est déjà très développé, on fait une soixantaine d'essais par an dans 80 pays. Le côté hospitalier du marketplace va accélérer" grâce à la levée de fonds, a-t-il expliqué.

    "Les critères habituels de sélection des sites hospitaliers pour les essais cliniques sont l'expérience et la notoriété", a-t-il développé. "Ce sont de mauvais critères, il y a beaucoup de sites capables de participer à des essais et qui travaillent avec peu de laboratoires. Notre algorithme a permis de réduire de 29% le nombre de sites nécessaires pour une étude, ce qui représente des centaines de milliers d'euros économisées pour une entreprise comme Sanofi."

    Inato vise une centaine d'établissements de santé partenaires d'ici fin 2020, principalement en Europe. "On est en contact avec deux médecins français qui vont devenir nos 'têtes de ponts', nous aider à identifier les sites sous-exploités" dans les essais cliniques, a indiqué son directeur général.

    La start-up mise sur les sites hospitaliers pour faciliter les essais cliniques car "les médecins hospitaliers ont une forte appétence pour la recherche médicale", par opposition aux médecins de ville qui n'y ont que "peu d'intérêt".

    Inato a ouvert fin décembre un bureau à New York avec quatre employés, principalement dédiés au marketing et aux ventes.

    La jeune pousse recherche activement des partenariats avec des laboratoires américains, et a débauché une employée du laboratoire Bristol-Myers Squibb (BMS) pour faciliter les contacts.

    De nombreux recrutements sont prévus. Kourosh Davarpanah estime qu'Inato va "doubler de taille" d'ici 2021, passant d'une quarantaine à 80 employés.

    A New York, ses salariés seront "entre 15 et 20 d'ici 2021", a-t-il anticipé. En France, la start-up recrute "sur la partie produit et le support opérationnel".

    LĂ©o Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com

    À suivre

    Sérialisation: les officines en retard, les hôpitaux attendent les codes consolidés

    https://vph2020.sciencesconf.org

    Acteurs

    Identification unique des dispositifs médicaux: le défi du "data management"

    PARIS (TICpharma) - La mise en place d'une politique de gestion centralisée des données, ou "data management", constitue le principal obstacle à relever pour les fabricants de dispositifs médicaux (DM) en vue de l'entrée en vigueur en mai 2020 de l'identification unique des DM, a expliqué à TICpharma Valérie Marchand, responsable du secteur santé au sein de GS1, organisme autorisé par la Commission européenne à attribuer ces identifiants.

    0 905

    Acteurs

    Recherche: 11 Espic lancent la plateforme "Respic" pour faciliter les essais industriels

    PARIS (TICpharma) - Onze établissements de santé privés d'intérêt collectif (Espic), regroupés au sein d'une nouvelle association baptisée "Respic" (Recherche en Espic), ont lancé une plateforme à destination des industriels, sorte de guichet unique, ont-ils annoncé dans un communiqué diffusé cet été.

    0 954

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 7 =