Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    France Biotech souligne le potentiel "inégalé" du secteur de l'e-santé

    PARIS (TICpharma) - L'association France Biotech a souligné dans son "Panorama France Health Tech 2019", publié le 5 février, l'intérêt et le potentiel "inégalé" d'un secteur de l'e-santé "en pleine croissance".

    En France, ce marché était estimé à 2,7 milliards de dollars en 2014 et devrait atteindre 4 milliards en 2020, relève le rapport qui cite une étude du cabinet Xerfi. Au niveau mondial, il était évalué à 94 milliards de dollars en 2014, et les investissements devraient atteindre 410 milliards en 2022.

    En moyenne, les sociétés de santé connectée ont levé 5 millions d'euros depuis leur création, selon France Biotech.

    "L’exploitation, la valorisation et la protection des données de santé, tant de la part des industriels et acteurs de la tech que de la part des acteurs publics figurent parmi l’un des enjeux clés de cette prochaine décennie", commente le rapport.

    France Biotech dévoile également le profil type de la start-up e-santé à partir d'un panel d'une soixantaine de sociétés interrogées en octobre 2019.

    Près de la moitié (45%) de leurs effectifs sont dédiés à la production, la commercialisation et au marketing, et 37% à la recherche et au développement (R&D). La R&D concentre 45% de leurs dépenses.

    Plus de la moitié (54%) des produits développés par ces sociétés sont commercialisés. Le tiers (32%) sont encore en développement, et le reliquat (14%) est à l'étape de la preuve de concept.

    Au total, 107 produits ont été commercialisés ou sont en développement par les entreprises du panel, soit une moyenne de 2 produits par société. Ces entreprises ont en moyenne 6 ans et une sur deux est dirigée par un primo-dirigeant.

    Les produits et services sont "très variés avec une dizaine de domaines d’applications représentés par les entreprises du panel", souligne France Biotech.

    Un domaine se détache largement: les "objets connectés, biocapteurs et dispositifs médicaux (DM) digitaux" qui représentent 28% du total, loin devant la télésurveillance (13%) et le diagnostic digital ou assisté par ordinateur (12%).

    Les pathologies les plus concernées par ces solutions et produits "sont essentiellement des maladies chroniques telles que l’insuffisance cardiaque, rénale ou respiratoire, le diabète ou la télésurveillance des prothèses cardiaques implantables".

    Les autres domaines d'application principaux sont l'analyse de données (10% des entreprises du panel), la télémédecine (8%), les outils d'achats de soins, d'assurance ou d'éducation destinés aux patients (7%) et la coordination des soins (6%).

    Le rapport souligne que "les produits de e-santé sont à des stades plus avancés de développement" que les autres produits de Health tech.

    Enfin, France Biotech révèle que 39% des 377 sociétés interrogées pour ce panorama utilisent des technologies d'intelligence artificielle (IA) ou de big data, et 71% prévoient de le faire à l'avenir.

    Panorama France Health Tech 2019 de France Biotech

    Léo Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com

    À suivre

    Rémy Choquet (Roche): "Il faut investir sur des 'niches' où les données sont très rares"

    Acteurs

    Télésurveillance: plus de 21.000 patients inclus dans les expérimentations de financement

    PARIS (TICpharma) - "Plus de 21.000 patients" ont été inclus dans les expérimentations de financement des actes de télésurveillance du programme Etapes, dont "un peu plus de 18.000" pour le télésuivi des patients porteurs de prothèses cardiaques implantables, a indiqué la direction générale de l'offre de soins (DGOS) le 21 mai à l'occasion de la Paris Healthcare Week.

    0 1178

    Acteurs

    L'ANSM se fixe cinq objectifs pour moderniser ses systèmes d'information

    PARIS (TICpharma) - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) s'est fixée cinq objectifs stratégiques pour moderniser ses systèmes d'information et "résorber sa dette technologique", indique-t-elle dans son schéma directeur des systèmes d’information et de la donnée (SDSID) pour 2019-2023, paru le 27 mai en annexe de son deuxième contrat d’objectifs et de performance (COP).

    0 1004

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 8 =