L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Politique

    Grand défi IA et santé: deux appels à projets en piste pour 2020

    PARIS (TICpharma) - Olivier Clatz, directeur du "grand défi" créé par le Conseil de l'innovation sur l'amélioration des diagnostics médicaux par l'intelligence artificielle (IA), a détaillé à TICpharma les deux appels à projet qui occuperont son emploi du temps en 2020.

    Créé en juillet 2018, le Conseil de l'innovation a identifié plusieurs "grands défis" qui pourront bénéficier d'un financement total de 120 millions d'euros par an, issus du Fonds pour l'innovation et l'industrie (FII), rappelle-t-on.

    Ce fonds est alimenté par des cessions de participations de l'Etat dans des entreprises et des apports en titre.

    Le défi sur les diagnostics médicaux est doté de 30 millions d'euros sur trois ans.

    Le premier appel à projets, lancé avec le Health Data Hub, a deux objectifs: "le développement d'une application utilisant l'IA à destination des patients ou des professionnels de santé" et "un meilleur ciblage populationnel pour des thérapies ou de la prévention, grâce à une technologie innovante d'analyse de données", a indiqué Olivier Clatz lors d'une matinée organisée chez Bpifrance le 9 janvier.

    Il est ouvert aux acteurs privés, publics ou associatifs, a-t-il précisé. Les répondants devront être "en phase de développement de nouveaux algorithmes" ou à la recherche de données de santé.

    Les projets ayant déjà entamé la phase d'essai clinique ne sont a priori pas concernés.

    Les projets retenus recevront un financement de 150.000 à 300.000 euros. Ils seront accompagnés par le "grand défi" pendant 12 à 24 mois, "principalement pour le développement technologique".

    Le Health Data Hub apportera également un soutien "technique, humain et financier", a indiqué Romain Girard, chargé de l'accompagnement des projets pilotes au hub.

    "Le hub pourra aider à déterminer la faisabilité des projets, connaître les données disponibles, les modalités d'accès, la collecte, à accéder aux compétences et outils nécessaires et à mettre en valeur les résultats", a-t-il détaillé.

    Les critères de sélection sont notamment "la faisabilité et le réalisme du projet, la capacité de l'équipe à le porter et un usage innovant des données de santé".

    Parmi les critères, Olivier Clatz a insisté sur le fait que "les projets doivent pouvoir témoigner rapidement des bénéfices pour le système de santé", c'est-à-dire "être prêts pour les études cliniques d'ici un à deux ans".

    A la fin de l'accompagnement, "on sera à un ou deux ans d'une mise sur le marché", a-t-il ajouté.

    Il a mis en avant le fait que "la volonté de partager ou non les technologies développées pour le projet", par exemple d'anonymisation de données, sera "discriminant" en cas de candidatures similaires.

    Mise à disposition des données pour le Health Data Hub

    Olivier Clatz a également indiqué que les données issues de financements publics mobilisées par les projets seront obligatoirement mises à disposition du Health Data Hub.

    Ce partage "n’implique pas une cession des droits de propriété des bases de données, ni une mise à disposition immédiate ou gratuite systématiquement, ni un accès en libre-service", est-il précisé dans le cahier des charges de l'appel.

    "Les données acquises antérieurement à la date de démarrage du projet" et "les annotations de données qui pourraient être réalisées dans le cadre de cet appel à projets" ne sont pas concernées, est-il indiqué.

    Interrogé sur les craintes de nombreux établissements de perdre le contrôle de leurs données et de leur valorisation, Olivier Clatz a expliqué que le Health Data Hub élabore actuellement une "charte des producteurs de données".

    Ce document détaillera les engagements entre le hub et les producteurs et sera publié au plus tard le vendredi 28 février.

    Les candidatures à l'appel à projets sont ouvertes jusqu'au mardi 24 mars. "On attend 100 à 200 candidats", a précisé Olivier Clatz à TICpharma.

    Une "grosse vingtaine" de projets seront sélectionnés pour des auditions en mai, puis la sélection finale sera annoncée "au plus tard le 16 juin". "L'objectif est de retenir une dizaine de projets", a-t-il ajouté.

    Un deuxième appel à projets dans les starting-blocks

    Un deuxième appel à projets destiné à "accompagner les acteurs de la recherche dans les essais cliniques pour valider de l'IA" devrait être lancé "fin mars", a expliqué le directeur du "grand défi".

    "L'idée est la suivante: nous avons de plus en plus de technologies qui embarquent de l'IA et des algorithmes, qui ne sont pas juste des logiciels ou des dispositifs médicaux. Il s'agit notamment d'objets connectés et aujourd'hui, il y a beaucoup de professionnels de santé ou des patients que ces technologies intéressent mais qui sont en demande de preuves du bénéfice de ces outils", a-t-il détaillé.

    "Beaucoup de ces outils ne sont pas encore sur le marché ou, s'ils y sont, n'ont pas fait l'objet d'assez d'études qui répondent à ces questions."

    Pour répondre à cet enjeu, Olivier Clatz veut financer des expérimentations "avec un protocole d'évaluation scientifique qui va permettre de valider une hypothèse et le bénéfice de l'outil".

    "C'est l'une des premières fois en santé où un programme sera aussi porté par des entreprises. Ici, l'idée sera de former des consortiums avec un porteur de technologie qui peut être une entreprise et un établissement de santé", a précisé Olivier Clatz.

    "A l'avenir, j'aimerais aussi qu'il y ait des laboratoires de recherche qui participent avec des projets qui auront atteint un niveau de maturité très avancé, c'est-à-dire avec toute la partie sécurité, réglementaire, juridique etc. qui serait bordée", a-t-il ajouté.

    Apporter des preuves en vue d'un remboursement

    Pour les entreprises, cet appel doit permettre de démontrer les bénéfices de leur outil, de "convaincre leur clients" et d'apporter des preuves pour convaincre les autorités et "requérir un remboursement".

    En terme de financements, les lauréats peuvent espérer jusqu'à 500.000 euros "maximum" par projet. "Une petite dizaine de projets devraient être sélectionnés", a indiqué le directeur du grand défi IA et santé.

    L'appel à projets devrait être clos en juillet. Les auditions "commenceront début octobre" et les lauréats devraient être connus "début novembre". "Cela devrait être le dernier appel à projets pour 2020", a estimé Olivier Clatz.

    Les autres "grands défis" financés par le Fonds pour l'innovation et l'industrie concernent la bioproduction, la certification des systèmes critiques ayant recours à l'IA, l'automatisation de la cybersécurité, et le développement du stockage de l'énergie haute densité, rappelle-t-on.

    Léo Caravagna
    leo.caravagna@apmnews.com
    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Abbott prévoit le lancement de la nouvelle version de FreeStyle Libre "avant l'été"

    Innovations

    Health Data Hub: dix projets retenus pour faire de "l'IA à la française" une réalité

    PARIS (TICpharma) - La mission de préfiguration du Health Data Hub, pilotée par Jean-Marc Aubert, directeur de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), a dévoilé le 16 avril les 10 lauréats du premier appel à projets pour la création de cette future plateforme de données de santé, en présence d'Agnès Buzyn.

    0 1643

    Politique

    Mounir Mahjoubi quitte le gouvernement

    PARIS (TICpharma) - Secrétaire d'Etat chargé du numérique depuis mai 2017, Mounir Mahjoubi a quitté le gouvernement le 27 mars, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

    0 881

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    3 + 8 =