Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Convergence sciences de la vie/informatique: la France a un "potentiel extraordinaire" (Elias Zerhouni, Sanofi)

    LA DEFENSE (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Le président de la R&D du groupe Sanofi, Elias Zerhouni, a estimé le 13 décembre lors de la journée Pharmacité organisée par le Leem (Les entreprises du médicament) que la France disposait d'un "potentiel extraordinaire" pour développer une "filière biotechnologique dominante" grâce à la convergence des sciences de la vie et de l'informatique.

    Elias Zerhouni était invité comme "grand témoin" par le Leem dans le cadre d'une journée de débats sur les révolutions thérapeutique, sociétale, organisationnelle et économique que traverse le système de santé.

    Il a fait part des "progrès énormes" réalisés par la médecine ces dernières décennies, estimant que le progrès "le plus remarquable" était celui de "la convergence scientifique entre sciences physiques et biologiques". Il a cité l'apport des sciences de l'imagerie, de l'informatique et du logiciel aux sciences de la vie.

    Cette convergence doit permettre de mieux appréhender "l'océan de complexité" que constitue pour le président de la R&D de Sanofi la compréhension des systèmes biologiques.

    Elle se concrétise aujourd'hui à travers l'essor des nanotechnologies, des biotechnologies, de l'informatique et des sciences cognitives (NBIC) qui font l'objet d'accords de plus en plus nombreux entre industriels de la santé et experts IT, à l'instar des multiples partenariats noués par IBM avec des laboratoires pharmaceutiques.

    "Nous ne sommes qu'au début de cette aventure et l'opportunité existe de converger avec les sciences de l'intelligence artificielle pour pouvoir fournir à nos malades des solutions innovantes", a jugé Elias Zerouni.

    "Aujourd'hui on peut avoir des voitures qui se conduisent toute seules, des réseaux de circulation contrôlés par ordinateur dans le Cloud, et on a des millions de malades qui n'arrivent pas à se traiter parce qu'ils n'ont pas le guidage, le GPS de leur maladie", a-t-il déploré.

    Cette intégration des technologies dans les progrès de la science et de la médecine nécessite de "créer un cadre de coopération entre l'industrie, le monde académique et les gouvernements", a-t-il poursuivi, avant de pointer les atouts de la France en la matière.

    Pour Elias Zerouni, "la France a le meilleur potentiel de progrès dans les sciences de la vie car nous avons ici une convergence scientifique extraordinaire". Il a cité l'exemple des systèmes de navigation développés par Dassault Systèmes qui sont "les mêmes que vous utiliseriez pour avoir une médecine délivrée au niveau du malade de manière automatique avec des systèmes de guidage".

    Il a mis en avant "les capacités logicielles extraordinaires" de l'Hexagone, son système de santé unifié qualifié de "rêve de tous les chercheurs du monde" et l'excellence de ses universités. Il a notamment indiqué que la construction des banques de données des National Institutes of Health (NIH) américains qu'il a dirigés de 2002 à 2008 avait été assurée par un Français.

    La raison pour laquelle la France n'exploite pas pleinement ce potentiel tient aujourd'hui au manque de "cadre politique, légal et social qui permette une rupture des silos pour réunir les énergies", a regretté le président de la R&D de Sanofi.

    Il a souligné "l'acte essentiel de la créativité dans les sciences de la vie" qu'a représenté aux Etats-Unis le "Bayh-Dole Act". Cette loi qui porte le nom de deux sénateurs américains a été promulguée en 1980 et a notamment permis aux universités américaines de breveter leurs découvertes.

    Ce texte "a ouvert l'université et obligé les organisations gouvernementales à s'engager avec les associations de malade pour magnifier l'impact des sciences sur la santé et la technologie'", a relaté Elias Zerouni.

    En France, il a appelé à la construction d'un "cadre de coopération technologique de l'innovation", qu'il a estimé "essentiel" pour pouvoir "assurer le succès au XXIème siècle des sciences biologiques, comme nous avons connu le succès des sciences physiques au XXème siècle".

    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    CES 2017: les nouveautés des acteurs français de la santé connectée

    Acteurs

    Télésurveillance: plus de 21.000 patients inclus dans les expérimentations de financement

    PARIS (TICpharma) - "Plus de 21.000 patients" ont été inclus dans les expérimentations de financement des actes de télésurveillance du programme Etapes, dont "un peu plus de 18.000" pour le télésuivi des patients porteurs de prothèses cardiaques implantables, a indiqué la direction générale de l'offre de soins (DGOS) le 21 mai à l'occasion de la Paris Healthcare Week.

    0 1178

    Acteurs

    L'ANSM se fixe cinq objectifs pour moderniser ses systèmes d'information

    PARIS (TICpharma) - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) s'est fixée cinq objectifs stratégiques pour moderniser ses systèmes d'information et "résorber sa dette technologique", indique-t-elle dans son schéma directeur des systèmes d’information et de la donnée (SDSID) pour 2019-2023, paru le 27 mai en annexe de son deuxième contrat d’objectifs et de performance (COP).

    0 1004

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 1 =