L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Un système d'IA détecte efficacement les polypes colorectaux

    WASHINGTON (TICpharma) - Un système d'intelligence artificielle (IA) a permis une détection plus rapide et d'une sensibilité de 99,7% des polypes lors de coloscopies en lumière blanche, selon une étude publiée dans Gut.

    "En effectuant une analyse en temps réel, l'IA apparaît comme une aide nécessaire pour la détection des polypes colorectaux, et il est probable qu'elle soit incorporée en peu de temps dans notre pratique clinique" prédisent les chercheurs.

    Le système d'intelligence artificielle GI-Genus (Medtronic) a été testé et validé par Cesare Hassan de l'Ospedale Nuovo Regina Margherita Hospital à Rome et ses collègues sur 2.684 polypes colorectaux histologiquement confirmés de 840 patients.

    L'IA a été testée sur 338 polypes, dont 49,7% se sont révélés des adénomes ou des adénomes festonnés sessiles. Deux endoscopistes experts ont revu tous les plans où l'intelligence artificielle a marqué la détection d'un polype afin de faire la différence entre les faux et les vrais positifs.

    La sensibilité du système par lésion était de 99,7%. Le nombre de plans faux positifs représentait moins de 1% de l'ensemble des plans de la coloscopie globale.

    En outre, par rapport à 5 endoscopistes experts, le système d'intelligence artificielle a été plus rapide pour la détection des polypes dans 82% des cas, en moyenne le système détectait le polype 1,27 seconde avant le médecin.

    Pour les auteurs, "la sensibilité de presque 100% est pertinente d'un point de vue clinique, car elle indique que la détection par l'intelligence artificielle se produit indépendamment de la forme, de la taille, de la localisation et de l'histologie de la lésion".

    Etant donné que l'IA a été entraînée sur des polypes dont seuls 49,7% étaient cancéreux, ils préviennent que "l'IA pourrait aboutir à l'élimination inutile de polypes hyperplasiques", et encouragent donc à adopter une "stratégie de 'laisser in situ', au moins pour les lésions distales non cancéreuses".

    La rapidité du système d'IA est cruciale pour les auteurs car si le système ne détectait la lésion qu'après l'endoscopiste, l'IA lui serait inutile alors qu'au contraire, "l'endoscopiste ferait de plus en plus confiance à un diagnostic assisté quand il oriente la détection du polype".

    L'IA permettrait de réduire des biais humains tels que "la fatigue, les distractions, le niveau d'alerte durant l'examen", selon eux.

    Ils soulignent néanmoins qu'"un niveau approprié de purification, un temps de retrait supérieur à 6 minutes et une bonne technique de retrait restent des prérequis pour maximiser la performance de l'IA".

    (Gut, publication du 15 octobre)

    Edoxie AllierGagneur
    Edoxie.Allier-Gagneur@apmnews.com

    À suivre

    Dépistage du cancer du sein: une intelligence artificielle supérieure à des spécialistes

    Etudes

    L’OCDE encourage le recours au numérique pour renforcer le suivi du médicament (rapport)

    BRUXELLES (TICpharma) - Dans un rapport commandé par l’Union européenne (UE), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) préconise une plus grande utilisation des outils numériques pour collecter des données de routine et ainsi assurer un meilleur suivi du médicament.

    0 1108

    Etudes

    L'essor de l'IA en santé freiné par la difficulté d'accès aux données

    PARIS (TICpharma) - Si la santé fait partie des "secteurs les plus dynamiques" en intelligence artificielle (IA), la difficulté d'accès aux données qui permettent d'entraîner ces technologies constitue un "frein majeur" à leur développement en France, conduisant les innovateurs à "se tourner vers l'étranger", déplore une étude du pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques (Pipame) publiée le 19 février.

    0 971

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    1 + 3 =