Une opération de maintenance est prévue vendredi 14 Aout 2020 entre 12h30 et 13h00. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    Les smartphones peuvent aider à estimer le rétablissement après une chirurgie oncologique

    WASHINGTON (TICpharma) - Les accéléromètres présents dans les smartphones peuvent aider à estimer le rétablissement des patients après une chirurgie oncologique, selon une étude publiée dans le JAMA Surgery.

    Nikhil Panda du Brigham and Women's Hospital à Boston (Massachusetts) et ses collègues ont analysé les données collectées par les smartphones de 62 patients ayant été opérés pour différents types de cancers.

    Le but premier de l'étude était de corréler l'activité physique des patients, telle que mesurée par leurs smartphones, avec des problèmes post-opératoires, définis comme toute complication péri-opératoire, la mortalité, les admissions aux urgences, les réadmissions, et toute ré-opération.

    Au total, 17 patients (soit 27%) ont eu un problème post-opératoire.

    Ces patients étaient moins actifs physiquement que les patients n'ayant pas eu de problème post-opératoire 1, 3, 5 et 6 semaines après l'opération.

    Même si, au départ, la proportion de patients étant capables de faire au moins 60 minutes d'activité physique était la même dans les deux groupes (avec ou sans problème post-opératoire), elle a diminué chez les patients avec des problèmes post-opératoires subséquents au cours des semaines.

    Les patients faisaient environ 100 minutes d'activité physique avant l'intervention. Alors que ceux qui n'ont pas eu d'événement ont plutôt augmenté leur activité physique après (d'environ 20 minutes), ceux qui ont eu un événement avaient diminué leur activité d'une quarantaine de minutes.

    Les auteurs précisent bien qu' "il était impossible de déterminer si les changements d'activité physique observés chez les patients avec des problèmes post-opératoires étaient prédictifs ou attribuables à l'effet de ce problème sur l'activité physique".

    Cependant, ils évoquent les possibilités d'utilisation de telles données en clinique: "Une approche par phénotypage digital pourrait servir d'outil futur pour les chirurgiens". Concrètement, les changements des données de patients collectées par le smartphone pourraient "déclencher un contact avec le patient et renforcer la prise en charge si besoin".

    "Ces résultats pourraient être partagés avec des membres de la famille ou les soignants pour promouvoir l'implication, accroître le soutien social et permettre la communication au-delà des interactions directes patient-clinicien", détaillent-ils.

    En outre, "les chirurgiens pourraient récolter ces données pour décrire les résultats différentiels de différents traitements en utilisant des mesures qui sont plus parlantes pour le patient (par exemple la probabilité de revenir à un niveau d'activité basale ou à des profils d'activité après la chirurgie)", ajoutent-ils.

    (JAMA Surgery, publication en ligne du 28 octobre)

    Edoxie AllierGagneur
    Edoxie.Allier-Gagneur@apmnews.com

    À suivre

    Le Health Data Hub est né

    https://vph2020.sciencesconf.org

    Acteurs

    Guerbet et IBM Watson Health nouent une deuxième alliance dans l'imagerie médicale et l'IA autour des cancers de la prostate

    VILLEPINTE (Seine-Saint-Denis), CAMBRIDGE (Massachusetts) (TICpharma) - Le groupe français Guerbet, spécialisé dans les produits d'imagerie, et IBM Watson Health, la division d'IBM spécialisée dans l'intelligence artificielle (IA) en santé, ont noué un nouvel accord stratégique pour développer et commercialiser une solution logicielle d’aide au diagnostic et au suivi des cancers de la prostate, ont-ils annoncé le 24 septembre dans un communiqué commun.

    0 821

    Etudes

    L'intelligence artificielle capable de détecter des signes imperceptibles d'une fibrillation atriale

    LONDRES (TICpharma) - Un algorithme d'intelligence artificielle (IA) a réussi à détecter la signature d'une fibrillation atriale intermittente en l'absence des signaux classiques sur l'électrocardiogramme (ECG), selon une étude américaine publiée en août par The Lancet.

    0 853

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 7 =