L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Realize, le programme d'AstraZeneca pour dénicher des start-up dans le domaine de l'oncologie

    PARIS (TICpharma) - Pour la deuxième année consécutive, AstraZeneca lance son "programme d’accompagnement personnalisé pour les start-up françaises dans le domaine de l'oncologie autour de quatre thématiques: le data management, l'innovation thérapeutique, le parcours patients et l'intelligence artificielle (IA)", a expliqué à TICpharma Benjamin Moutier, directeur de la business unit (BU) oncologie France du laboratoire pharmaceutique.

    Lancé en novembre 2017, Realize, le programme d’accompagnement personnalisé pour des start-up dans le domaine de l'oncologie, revient. Pour la deuxième saison du projet, AstraZeneca va suivre une dizaine jeunes pousses pendant trois ans.

    "Pour AstraZeneca, l'objectif est d'améliorer les parcours de soins des patients atteints de cancer, en créant un écosystème de start-up spécialisées et en le faisant grandir", a indiqué Benjamin Moutier. "Pendant trois ans, nous intervenons comme 'un parrain' pour ces start-up", a-t-il complété.

    Les entreprises sont sélectionnées par un comité composé d’experts extérieurs, acteurs de l’écosystème de l'innovation en santé. Dans le cadre de ce programme, pour la première saison, trois domaines d’activités étaient privilégiés: le data management, l'innovation thérapeutique, le parcours patients.

    "Pour la première édition de Realize, nous avons reçu 23 candidatures de start-up, une quinzaine est passée devant le jury et neuf ont pu suivre le programme. Nous serons globalement sur des chiffres similaires pour cette deuxième saison", a détaillé le directeur de la BU.

    Les entreprises lauréates bénéficient d’un coaching individuel mais Realize est aussi "un programme interne de mentorat visant à familiariser les collaborateurs d’AstraZeneca avec le monde des start-up en santé et inversement", a souligné l'industriel.

    "Cela peut mener à différentes collaborations mais ce n'est pas systématique et, quand cela survient, les start-up gardent la propriété intellectuelle de leur projet et les brevets", a expliqué Benjamin Moutier.

    Le directeur de la BU oncologie d'AstraZeneca l'affirme, "ce qui nous intéresse, c’est apprendre des start-up: elles sont à bien des égards plus agiles, plus innovantes dans la résolution de problématique en R&D ou business par exemple, et nous sommes ouverts à d’éventuels partenariats avec elles".

    "Elles restent libres de quitter le programme à tout moment mais quand elles sont 'membres' de Realize, elles doivent le mentionner", a-t-il indiqué.

    "Notre rôle en tant qu'acteur de la recherche en oncologie est d'accompagner ces jeunes entreprises, certaines n'en sont qu'au stade de la preuve de concept, d'autres ont déjà des prototypes à présenter mais il n'y a pas de start-up qui ont déjà levé des millions, par exemple."

    Le laboratoire pharmaceutique entend également constitué "un réseau" permettant aux jeunes pousses qui participent au programme de se rencontrer, d'échanger et de collaborer entre elles lorsqu'elles sont complémentaires.

    L'exemple Cureety

    Si "plusieurs start-up travaillent sur le diagnostic précoce du cancer", les angles de travail sont libres. Ainsi, parmi les jeunes pousses intégrées dans le programme Realize, Cureety propose un service gratuit de suivi médical à distance des patients en oncologie.

    La société, créée en mars 2018 par François-Guirec Champoiseau et Hugo Breitwiller, propose une solution destinée à optimiser les prises en charge par le corps hospitalier des patients ayant un cancer.

    "Nous proposons aux patients une plateforme de télésurveillance qui leur permet d’être sensibilisés sur la gravité de leurs effets secondaires, d'accéder à des conseils thérapeutiques et à un éventail de services, notamment avec Doctoconsult et Libheros. Le système permet d’aider les médecins à moduler les traitements des patients pour éviter les arrêts de traitement avec pour objectif l'améliorer le parcours de soins et la réduction des hospitalisations d'urgence", a détaillé à TICpharma François-Guirec Champoiseau.

    "Aujourd'hui, une dizaine d'établissements de santé utilisent déjà notre solution et nous proposons également notre plateforme aux industriels du médicament pour la conduite d’études observationnelles", a-t-il complété.

    En février 2018, le jeune dirigeant de Cureety a candidaté pour intégrer le programme Realize avec l'objectif "d'engager les discussions avec un industriel pour affiner l’offre de Cureety".

    "Le contact a été facile, et nous avons été très heureux d’intégrer le programme. Nous avons alors pu bénéficier d'un accompagnement avec une marraine d'AstraZeneca", a relaté le cofondateur de la start-up.

    "L’accompagnement proposé par le programme Realize nous a permis de peaufiner notre business plan, mais aussi de mettre la structure en conformité avec les standards règlementaires et juridiques dans la perspective d’une collaboration."

    Coaching personnalisé, sessions de formation à HEC, rencontres avec les autres start-up lauréates... le programme Realize est "intéressant pour les deux parties" a souligné François-Guirec Champoiseau.

    "AstraZeneca est une grosse machine, avec une force de frappe considérable pour nous aider à développer nos projets, tandis qu’une start-up, agile et regroupant des compétences de pointe dans le domaine digital, apporte son savoir-faire et sa capacité d’exécution".

    Un an après avoir intégré le programme, Cureety et AstraZeneca travaillent à la formation d’un partenariat avec des objectifs communs: "transformer le parcours des patients atteints d’un cancer tout en évaluant l'efficacité thérapeutique des produits du laboratoire en vie réelle".

    Cependant, François-Guirec Champoiseau a rappelé que "le modèle économique proposé à AstraZeneca le sera à tous les industriels". En attendant de nouer de nouveaux partenariats, la start-up espère finaliser une première levée de fonds de 1,5 million d'euros "d'ici la fin de l'année" pour poursuivre son expansion.

    Les candidatures pour la deuxième session de Realize sont closes depuis le 15 juillet et sont désormais à l'étude. Les prochains lauréats seront connus début octobre, a précisé AstraZeneca, qui n'a pas souhaité communiquer sur le budget alloué à ce programme.

    Wassinia Zirar
    Wassinia.Zirar@apmnews.com

    À suivre

    Partager ses données, un "changement culturel majeur" pour la pharma (Emmanuelle Quilès)

    Acteurs

    Microsoft et AstraZeneca ouvrent un accélérateur de start-up spécialisées dans l'IA et la santé

    PARIS (TICpharma) - Microsoft et AstraZeneca ont annoncé le 5 septembre, lors d'un évènement AI for Health organisé à Paris, leur collaboration afin d'ouvrir un accélérateur européen de start-up spécialisées dans l'intelligence artificielle (IA) appliquée au secteur de la santé.

    0 211

    Acteurs

    Novartis prédit une transformation du secteur pharmaceutique "dans les 10 ans" grâce à la blockchain

    VIENNE (TICpharma) - Alors que l'engouement pour la blockchain de la part des laboratoires pharmaceutiques ne fait plus aucun doute, Pascal Bouquet, directeur monde en charge de la technologie, de l’architecture et du numérique du laboratoire suisse Novartis, a jugé que la technologie "transformera le secteur pharmaceutique dans les 10 ans".

    0 513

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 9 =