L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Démarrage en douceur pour le Conseil du numérique en santé

    PARIS (TICpharma) - La première réunion du Conseil du numérique en santé (CNS), qui s'est tenue le 27 juin, a été l'occasion pour les responsables ministériels Dominique Pon et Laura Létourneau de rappeler la stratégie du gouvernement sur le sujet, sans pour autant apporter de nouvelles informations sur le fonctionnement du CNS et sur ses travaux à venir, ont souligné plusieurs membres du conseil interrogés par TICpharma.

    Annoncé par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, lors de la présentation de sa feuille de route sur le numérique en santé en avril dernier, le CNS prend le relais du Comité stratégique du numérique en santé (CSNS) mis en place sous le précédent quinquennat.

    Il s'est réuni pour la première fois le 27 juin à la Maison de la chimie, à Paris, pour un peu plus de deux heures d'échanges sur la feuille de route du gouvernement et les attentes des parties prenantes du CNS, qui rassemble des organisations représentatives des professionnels et établissements de santé, des patients, des industriels, des administrations et opérateurs, et de la filière académique.

    A cette occasion, le responsable et la déléguée ministériels du numérique en santé, respectivement Dominique Pon et Laura Letourneau, ont rappelé les 26 chantiers de la feuille de route et leur souhait d'intensifier la sécurité et l'interopérabilité des systèmes d'information de santé, d'accélérer le déploiement de services numériques socles et de soutenir l'innovation.

    Les membres du CNS ont pu prendre la parole pour réagir à la feuille de route, qui a été largement saluée malgré des interrogations sur son financement et sur l'absence de mesures pour la formation des professionnels de santé au numérique.

    La présidente du collège de la Haute autorité de santé (HAS), Dominique Le Guludec, le président d'Intersystems France et de la commission santé digitale du pôle de compétitivité Medicen, Carlos Jaime, le directeur du Catel, Pierre Traineau, le délégué général de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), Michel Ballereau, et la coprésidente du comité santé du Syntec numérique, Isabelle Zablit, se sont notamment exprimés lors de la réunion.

    "Nous avons débattu des 'trous dans la raquette' de la feuille de route et de nos points d'attention", a expliqué à TICpharma Isabelle Zablit.

    Elle a pour sa part insisté sur la nécessaire "massification des usages" du numérique dans le secteur de la santé et sur les partenariats entre structures publiques et secteur privé à développer pour "bâtir une véritable filière" et un "pool d'expertise" sur ces thématiques.

    Tour de France de l'e-santé

    Pour le Catel, Pierre Traineau a mis en avant l'importance d'intégrer la feuille de route française de développement des usages numériques dans un cadre européen et international.

    Parmi les sujets "clairement identifiés" figure également la mise en place de groupes de travail spécifiques sur certains aspects de la feuille de route, ayant pour vocation à se réunir plus régulièrement que les deux sessions plénières du CNS prévues chaque année, a expliqué à TICpharma Francis Mambrini, président de la Fédération des éditeurs d'informatique médicale et paramédicale ambulatoire (Feima).

    Il a aussi été rappelé qu'une "cellule" sur l'éthique liée à l'usage du numérique en santé devait être montée au sein du CNS, sans que les représentants de la délégation ministérielle ou de l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé) présents n'apportent plus de précisions à ce stade.

    Parmi les rares nouveautés présentées à la réunion, l'Asip santé a dévoilé le détail des dates du "tour de France de l'e-santé" annoncé dans le cadre de la feuille de route gouvernementale (voir encadré ci-dessous).

    Il doit servir à présenter la politique nationale du numérique en santé, débattre sur sa mise en œuvre concrète et mobiliser les acteurs en mettant en avant des expériences locales.

    "L'idée est de constater les difficultés en région, de les entendre et d'écouter les besoins des territoires pour déployer au mieux la stratégie nationale en e-santé et trouver des solutions pour faciliter les usages", a souligné l'Asip santé dans un entretien à TICsanté.

    Une "avant-première" plus qu'une réunion de travail

    Isabelle Zablit s'est dite "surprise" par le fait que Dominique Pon et Laura Létourneau ne proposent pas un "mode de fonctionnement" du CNS mais interrogent ses membres sur leurs attentes en la matière.

    Elle a salué la volonté des deux responsables ministériels "d'aller vers plus de démocratie", tout en appelant à prendre "rapidement" des décisions pour "prioriser les sujets" et "adopter une méthodologie de travail".

    Elle a estimé que le rendez-vous du 27 juin était plus une "avant-première" du CNS "qu'une véritable première réunion de travail".

    La coprésidente du comité santé du Syntec numérique s'est également interrogée sur "le rôle et le poids" du Conseil, entre un organe purement consultatif et une structure qui pourra "potentiellement trancher sur un certain nombre de choix de façon concertée".

    Aucune date n'a été communiquée aux participants pour la prochaine réunion.

    Les dates du "tour de France de l'e-santé"
    • Hauts-de-France (Lille): 5 septembre 2019
    • Normandie (Caen): 12 septembre 2019
    • Bretagne (Rennes): 19 septembre 2019
    • Bourgogne-Franche-Comté (Dole -Jura- et Seurre -Côte-d'Or): 26 septembre 2019
    • Occitanie (Montpellier et Toulouse): 3 octobre 2019
    • Centre-Val de Loire (Orléans): 10 octobre 2019
    • Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca): 17 octobre 2019
    • Océan indien: 7 et 8 novembre 2019
    • Ile-de-France: 28 novembre 2019
    • Guadeloupe, Guyane et Martinique: 4, 5 et 6 décembre 2019
    • Pays de la Loire (Nantes): 12 décembre 2019
    • Corse: 9 janvier 2020
    • Nouvelle-Aquitaine: 16 janvier 2020
    • Grand Est: 30 janvier 2020
    • Auvergne-Rhône-Alpes (Lyon): 6 février 2020
    Raphael Moreaux
    raphael.moreaux@apmnews.com

    À suivre

    Cancer du poumon: le logiciel de télésurveillance Moovcare bientôt remboursé

    Politique

    Bioéthique: l'avant-projet de loi intègre la notion de "garantie humaine" de l'IA

    PARIS (TICpharma) - Les parlementaires seront invités à plancher sur l’introduction dans la loi de la "garantie humaine" du numérique en santé, l'information au patient et son consentement en cas de recours à l’intelligence artificielle (IA), selon l'article 11 de l'avant-projet de loi relatif à la bioéthique, qu'APMnews (site du groupe APM International dont fait partie TICpharma) a pu consulter.

    0 217

    Acteurs

    Les fabricants d'aides auditives s'emparent (aussi) de l'intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - Les fabricants d'aides auditives ont de plus en plus recours aux technologies d'intelligence artificielle (IA) et aux capteurs embarqués pour améliorer le traitement du son, mais aussi pour développer de nouvelles fonctionnalités comme la détection des chutes, le suivi du rythme cardiaque, la traduction instantanée ou la télé-audiologie.

    0 414

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    2 + 5 =