L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    Sanofi va investir 60 millions d'euros sur trois ans pour digitaliser ses usines

    PARIS (TICpharma) - Sanofi va investir 20 millions d'euros par an sur les trois prochaines années pour digitaliser sa production et déployer de nouvelles solutions numériques dans ses 75 usines à travers le monde, a fait savoir son vice-président exécutif en charge des affaires industrielles, Philippe Luscan, le 15 novembre lors d'une conférence de presse.

    Ces nouvelles technologies, qui doivent permettre d'optimiser la production, sont "un élément clé de notre compétitivité industrielle", a déclaré le dirigeant, qui ambitionne d'avoir équipé l'ensemble des usines d'ici fin 2021.

    Une phase pilote va concerner six sites à compter de 2019: une nouvelle unité de médicaments biologiques à Framingham (près de Boston), un site de médicaments injectables à Waterford (Irlande), une usine de Toronto spécialisée dans les vaccins, un site de produits OTC à Suzano (Brésil), l'usine chimique de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) et un site de médicaments matures à Hangzhou (en Chine).

    "Il y aura une montée en puissance à partir de 2019", a expliqué Philippe Luscan, tout en notant que l'unité de Framingham, dont la production devrait débuter "dans un mois", était la plus en avance à ce jour.

    "Ce sera plus facile de mettre en oeuvre nos nouvelles technologies dans les unités nouvelles que dans les unités anciennes, qui nécessitent une transformation des procédés", a-t-il estimé.

    Parmi les solutions développées, souvent dans le cadre de partenariats (Microsoft, Boston Consulting Group, Engie, Altran, SAP, Accenture, Infosys, etc.), Sanofi mise sur la technologie dite du "jumeau numérique", qui permet de créer des modèles virtuels d'usines, de simuler des procédés de production et de détecter d'éventuels incidents ou problèmes d'ergonomie.

    La réalité virtuelle sera également utilisée pour la formation des collaborateurs qui, selon Philippe Luscan, sont très enthousiastes à l'idée d'utiliser des outils numériques.

    Vers la fin du papier

    Sanofi compte par ailleurs créer sur ses sites des "tours de contrôle" permettant, grâce à des capteurs connectés et des systèmes d'intelligence artificielle, de récolter des informations en temps réel. "Aujourd'hui l'information circule, mais avec des difficultés, notamment sur une usine qui fait 2 km de long", a relevé Philippe Luscan.

    Le laboratoire va aussi faire en sorte de digitaliser l'ensemble des données de sa chaîne de production et d'approvisionnement, pour faire remonter plus rapidement les incidents et procéder aux ajustements nécessaires afin d'éviter les ruptures.

    Autre changement prévu: la mise à disposition de tablettes numériques, pour "éliminer le temps perdu à chercher l'information" et assurer que les collaborateurs ont la bonne information au bon moment.

    Sanofi vise ainsi l'élimination du papier dans ses usines et un gain d'efficience. "Un dossier pour un seul lot d'un médicament biologique, c'est entre 5.000 et 10.000 pages, et il y a 6.000 données captées pour chaque lot", a indiqué Philippe Luscan.

    "Dans tous les cas, avec le numérique, nous sommes dans une logique d'optimisation industrielle", a-t-il souligné.

    L'objectif de cet ancien patron de l'usine de Sisteron est d'être dans le Top 3 de la production pharmaceutique mondiale d'ici trois ans. "Nous sommes déjà sur le podium pour les petites molécules. Il faut aussi que nous le soyons pour les biotechnologies, et on y sera", notamment grâce au digital, a-t-il déclaré.

    Sanofi a investi 4,7 milliards d'euros dans son outil industriel au cours des cinq dernières années (2013-2018), dont les deux tiers pour augmenter ses capacités de production biotechnologique.

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Les industriels de santé face au casse-tête du recrutement des profils tech

    Acteurs

    L'agence Paris&Co affiche la solidité de son incubateur de start-up e-santé

    PARIS (TICpharma) - L'incubateur Tech Care Paris de l'agence de développement économique et d'innovation Paris&Co a accompagné 54 start-up du domaine de la santé et du bien-être depuis sa création en 2014, et entend poursuivre sa dynamique avec le lancement d'un nouvel appel à candidatures, en partenariat avec de grandes entreprises comme Philips, Docapost ou Sanofi.

    0 409

    Acteurs

    Intelligence artificielle, PLFSS, "grand plan d’investissement"... ce qu’il faut retenir depuis la rentrée

    PARIS (TICpharma) - Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), mission sur l’intelligence artificielle ou encore annonce d'un "grand plan d’investissement" faisant la part belle à la transformation numérique de la santé... TICpharma.com passe en revue les actualités qu'il ne fallait pas manquer ces derniers mois dans le champ du digital et de la santé.

    0 433

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 9 =