L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Solutions

    Des dispositifs médicaux de St Jude accusés d'être vulnérables aux cyberattaques

    0 915

    SAINT PAUL (Minnesota), WASHINGTON (TICpharma) - Le groupe américain St Jude est englué depuis cet été dans une affaire dans laquelle ses pacemakers et défibrillateurs sont accusés d'être vulnérables aux cyberattaques, ce qu'il dément formellement.

    Tout a commencé fin août lorsque la société de cybersécurité MedSec, alliée au fonds d'investissement Muddy Waters (qui spécule en Bourse à la baisse sur le titre St Jude), a affirmé que St Jude avait subi deux cyberattaques visant ses dispositifs médicaux utilisés en cardiologie.

    Ces attaques auraient porté sur l'alimentation des batteries et auraient pu provoquer une accélération du rythme des produits concernés.

    En réponse, le groupe américain, en cours de rachat par l'américain Abbott pour 25 milliards de dollars, a affirmé que ces mises en cause étaient "absolument fausses".

    Il a notamment expliqué que la plupart des observations de MedSec s'appliquaient à une version ancienne de ses dispositifs Merlin@home, qui n'étaient pas sécurisés mais qui le sont désormais automatiquement par voie électronique. Il a aussi évoqué une vidéo qui, selon lui, infirmait toute vulnérabilité potentielle, ce qui a été corroboré par des chercheurs de l'université du Michigan.

    Cette affaire a été prise au sérieux outre-Atlantique par la Food and Drug Administration (FDA) américaine, qui a lancé une enquête et conclu, fin octobre, que les bénéfices des dispositifs médicaux de St Jude surpassaient leur vulnérabilité potentielle en termes de cybersécurité.

    Elle a ainsi invité les patients à poursuivre l'utilisation de ces produits.

    St Jude, lui, a annoncé début septembre le dépôt d'une plainte à l'encontre de Muddy Waters et de MedSec, les accusant d'avoir volontairement diffusé des informations trompeuses et mensongères en vue de faire baisser ses profits et la valeur de son action.

    Le titre St Jude a perdu près de 5% depuis la mi-août.

    Le groupe, dont la capitalisation boursière ressort actuellement à 22,3 milliards de dollars, a par ailleurs mis sur pied un conseil consultatif médical chargé de formuler des recommandations sur les standards de cybersécurité des dispositifs médicaux.

    "Nous reconnaissons qu'il faut établir un équilibre entre des améliorations technologiques permettant de mitiger les risques cybersécuritaires et la meilleure prise en charge des patients bénéficiant des dispositifs médicaux", indiquait alors St Jude.

    Depuis, la société été confrontée à d'autres dysfonctionnements sur ses produits.

    Début octobre, des problèmes d'alimentation sur ses défibrillateurs cardiaques implantables (Fortify*, Unify* et Quadra Assura*) ont été associés à deux décès. Et quelques semaines plus tard, le même type de défaut a conduit le groupe a demandé aux médecins de stopper les implantations de son pacemaker sans sonde Nanostim*.

    Malgré ces déconvenues, Abbott a fait savoir qu'il ne renoncerait pas à l'acquisition de St Jude, qui doit être bouclée d'ici la fin de l'année.

    Guillaume Bietry

    À suivre

    Big pharma: une étude sonde les stratégies gagnantes sur les réseaux sociaux

    Solutions

    Keyrus ajoute l'analyse des réseaux sociaux à son offre de CRO

    PARIS (TICpharma) - L'offre de recherche clinique sous contrat (CRO) de Keyrus comprend désormais l'analyse de "25 sources de données", dont les réseaux sociaux et des forums d'associations de patients, afin de surveiller l'apparition de potentiels effets secondaires, a expliqué à TICpharma Christophe Severs, senior vice-président stratégie de Keyrus.

    0 2349

    Solutions

    Erreurs médicamenteuses: trois projets récompensés par le hackathon de l'ANSM

    SAINT-DENIS (Seine-Saint-Denis) (TICpharma) - Le premier hackathon organisé par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) les 26 et 27 septembre a récompensé trois projets de services et applications numériques pour faciliter la déclaration des erreurs médicamenteuses et leur analyse ainsi que l'information des professionnels de santé et des patients.

    0 2196

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 5 =