L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Etudes

    L'intérêt de Twitter pour surveiller l'épidémie de grippe confirmé dans une étude

    PARIS (TICpharma) - Les données issues du réseau social Twitter sont utiles pour surveiller l'épidémie saisonnière de grippe en France et au niveau régional, en complément des systèmes de surveillance déjà existants, confirme une étude exploratoire de Santé publique France publiée le 18 octobre dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

    Il s'agit de la première étude conduite aux niveaux national et régional afin d'évaluer l'apport des données de Twitter dans la surveillance de l'épidémie saisonnière de grippe en France, à la connaissance des auteurs.

    Ces derniers soulignent en introduction l'émergence, avec les nouvelles technologies, d'une nouvelle approche scientifique intitulée "infodémiologie", définie comme "la science basée sur des technologies de l'information et des communications dont l'objectif est de surveiller l'état de santé des populations et d'orienter les politiques de santé publique".

    Des études récentes menées dans d'autres pays que la France ont montré que les données du réseau Twitter pouvaient être employées pour la surveillance de pathologies infectieuses comme la grippe, le choléra ou la dengue.

    L'étude réalisée par Santé publique France, avec le centre national de référence des infections respiratoires et le réseau Sentinelles, a consisté à analyser 238.244 tweets relatifs à la grippe, publiés sur le réseau social entre le 8 août 2016 et le 26 mars 2017, et à comparer les données recueillies avec celles du système de surveillance syndromique SurSaUD (Surveillance sanitaire des urgences et des décès), qui rassemble les informations du réseau Oscour (Organisation de la surveillance coordonnée des urgences) et des associations SOS Médecins.

    Un programme a été développé afin de recueillir, prétraiter et classer les tweets selon des techniques d'apprentissage supervisé afin de ne retenir que les messages relatifs à l'expression clinique de la maladie chez l'homme, émis par des utilisateurs situés en France et distincts d'entreprises et d'institution relayant de l'information de santé.

    Cette étape de classification a permis de concentrer l'étude sur 22.939 tweets "valides", c'est-à-dire indiquant bien un état grippal chez un patient en France.

    Les auteurs ont ensuite calculé des coefficients de corrélation de Spearman afin d'évaluer l'importance de la relation entre le nombre hebdomadaire de tweets indiquant un état grippal et le nombre de consultations hebdomadaires pour grippe ou syndrome grippal rapporté par les réseaux Oscour et SOS Médecins.

    Ils ont constaté "une corrélation positive et statistiquement significative" entre les deux systèmes de surveillance. Le coefficient de corrélation entre nombre de tweets et nombre de passages aux urgences était de 0,89 à l'échelle nationale (1 étant la corrélation positive la plus forte), avec des variations entre 0,67 pour la région Corse et 0,90 pour les Pays de la Loire.

    La corrélation entre nombre de tweets et consultations pour grippe enregistrées par SOS Médecins était légèrement plus élevée, à 0,90, et variait de 0,70 pour la Corse à 0,90 pour la région Centre-Val de Loire.

    Source: Santé Publique France, Bulletin épidémiologique hebdomadaire

    Dans la discussion, les auteurs estiment que l'utilisation des réseaux sociaux comme nouvelles sources de données "constitue une avancée pour la surveillance épidémiologique".

    "Cette approche présente plusieurs avantages: elle ne nécessite pas d'animation de réseau [...] Les données sont gratuites et disponibles en temps réel. Elles apportent un éclairage complémentaire en fournissant des informations sur un état de santé ressenti par comparaison aux dispositifs existants qui recueillent des données médicales", notent-ils.

    Parmi les limites, ils estiment toutefois que "des améliorations doivent être apportées dans le recueil et le prétraitement de ces données", et que "d'autres techniques d'apprentissage supervisé devront être expérimentées" afin de construire un système automatisé de recueil des données de Twitter qui puisse être utilisé comme un outil de surveillance en temps réel des épidémies saisonnières.

    Les auteurs rappellent également que "les tendances observées à partir des données de Twitter doivent être corroborées par des données biologiques", notamment du fait des "phénomènes de propagation virale" qui peuvent avoir lieu sur les réseaux sociaux et biaiser l'interprétation des données.

    Une étude complémentaire portant sur la saison grippale 2017-2018 est prévue afin de confirmer les tendances observées.

    (BEH, 18 octobre, n°34, p12-18)

    Raphael Moreaux

    À suivre

    "Le but de Sanofi est d'accélérer le développement du médicament grâce au digital" (Heather Bell)

    Acteurs

    L'application de rencontres Grindr épinglée après avoir partagé le "statut VIH" de ses utilisateurs

    LOS ANGELES (Californie), PARIS - L'application américaine de rencontres homosexuelles Grindr est accusée de partager les données personnelles de ses utilisateurs avec des entreprises tierces, notamment leur statut sérologique renseigné sur la plateforme.

    0 396

    Etudes

    Big pharma et réseaux sociaux: des contenus moins nombreux en 2017, mais mieux ciblés

    PARIS (TICpharma) - Les publications des 20 plus grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux sur les réseaux sociaux ont été moins nombreuses en 2017 que l'année précédente, mais ciblées vers des audiences plus pertinentes, selon les résultats du troisième "Social Check-up" réalisé par l'agence Ogilvy Healthworld et consultés par TICpharma.

    0 483

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    9 + 4 =