L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Acteurs

    Voluntis peaufine ses thérapies digitales en oncologie

    0 60

    PARIS (TICpharma) - Lancement d'une nouvelle plateforme pour les patients sous traitement anticancéreux, partenariat renforcé avec AstraZeneca, nouvelle version d'Insulia aux Etats-Unis... l'éditeur de logiciels thérapeutiques Voluntis a enchaîné les annonces cet été.

    Le 31 juillet d'abord, la société a lancé Theraxium Oncology, sa plateforme numérique permettant aux patients sous traitement anticancéreux de reporter leurs symptômes et de communiquer ces informations à leur équipe soignante.

    L'objectif de l'outil, qui a fait l'objet de quatre années de recherche, est d'améliorer la qualité de vie des patients "en leur permettant de gérer leurs soins symptomatiques de façon plus autonome", et de "faciliter les prises de décisions et choix prioritaires des équipes soignantes" grâce aux informations fournies par le patient, indique Voluntis dans un communiqué.

    La plateforme permet de cibler "les principaux types de cancer" et de gérer "un large éventail de traitements et de mécanismes d'action". L'intérêt des outils de reporting des symptômes et effets secondaires des traitements anticancéreux a été démontré dans deux études dans le cas du cancer du poumon avancé, rappelle-t-on.

    Pour les patients, Theraxium Oncology prend la forme d'une application mobile de recueil des symptômes et pour les professionnels de santé, d'un portail numérique pour consulter ces informations.

    Le patient peut saisir manuellement des informations à partir de questionnaires sur son application, ou automatiquement via des objets connectés. A l'aide d'"algorithmes cliniques embarqués", il est guidé dans la description des symptômes et peut recevoir des recommandations personnalisées.

    Les professionnels de santé peuvent quant à eux suivre l'évolution de ces symptômes sur un tableau de bord accessible via le portail numérique. Ils ont accès, sans avoir besoin de télécharger des données, à l'historique des symptômes permettant d'"identifier les patients à traiter en priorité", d'"intervenir pour modifier les traitements", et de "mieux coordonner leur action avec l'ensemble des membres de l'équipe et avec les patients".

    Pour rappel, la plateforme a été initialement développée dans le cadre de partenariats noués avec AstraZeneca pour tester le suivi digital des femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire (eCO), et avec le laboratoire Roche pour élaborer l'application mobile Zemy sur le suivi des patientes atteintes du cancer du sein (voir dépêche du 27 avril 2018).

    Nouvelle évaluation pour l'application eCO

    Dans un communiqué daté du 20 juillet, Voluntis s'est justement félicité des retours de son application eCO, qui se présente sous la forme d'un portail web d'application médicale mobile.

    eCO est né d'un partenariat annoncé en 2015 avec AstraZeneca (qui développe les molécules cédiranib et olaparib) et le National Cancer Institute (Maryland) pour le développement d'une application destinée à accompagner les femmes suivant un traitement pour un cancer de l’ovaire platino-sensible récidivant de haut grade dans le cadre d’études cliniques sur l’association cédiranib + olaparib (Lynparza*, avec Merck & Co).

    L'app a été évaluée dans le cadre d'une étude dont les résultats ont été publiés mi-juillet dans la revue américaine JCO Clinical Cancer Informatics.

    Dans cette étude, 16 patientes ont rapporté en temps réel sur l'application, pendant quatre semaines et sur un mode "auto-déclaré", des cas d'événements indésirables ressentis lors d'un essai clinique lancé sur la combinaison olaparib + cédiranib. Les utilisatrices ont reçu en temps réel des recommandations de traitement pour mieux gérer leurs symptômes. Leurs données étaient aussi envoyées simultanément à leur équipe soignante pour que celle-ci puisse suivre l’évolution de leur traitement via un portail web.

    Au terme de la phase d'expérimentation, les 16 patientes ont indiqué que l'app les avait aidées à "se sentir plus impliquées dans leurs soins" et "mieux connectées" à leur équipe soignante. eCO a aussi permis aux prestataires de soins de répondre rapidement aux symptômes rapportés par les patientes.

    Voluntis a annoncé le 30 août l’extension de sa collaboration avec AstraZeneca, avec la mise en œuvre d'une nouvelle phase d’évaluation clinique d'eCO. L'objectif sera d’évaluer si la solution digitale utilisée en complément des traitements oncologiques améliore la prise en charge des effets secondaires et de paramètres cliniques.

    Cet été, la société a également fait part du lancement de la nouvelle version d'Insulia.

    Désormais disponible en espagnol, le logiciel thérapeutique est destiné aux patients traités par insuline pour leur diabète de type 2 ainsi qu’à leurs équipes soignantes, rappelle-t-on. Il est homologué aux Etats-Unis et disponible sur prescription.

    "L’ajout de la langue espagnole permettra aux assureurs et aux professionnels de santé de proposer Insulia à davantage de patients diabétiques à risque. Aux Etats-Unis, la prévalence du diabète au sein des populations hispaniques est 43 % plus élevée que la moyenne nationale", a précisé Voluntis dans son communiqué diffusé le 16 août.

    Pour rappel, le 14 mai, Voluntis et WellDyneRx ont annoncé avoir noué un partenariat pour le remboursement aux Etats-Unis d'Insulia dans le cadre du programme d'accompagnement WellManaged-Diabetes.

    La Rédaction
    redaction@ticpharma.com

    À suivre

    Baxter fait le pari de la dialyse péritonéale connectée pour traiter l’insuffisance rénale

    Politique

    La HAS prête à lancer le "grand chantier" de l'évaluation des dispositifs médicaux connectés

    PARIS (TICpharma) - La Haute autorité de santé (HAS) ouvrira en 2018 un "grand chantier" sur les méthodes d'évaluation des dispositifs médicaux (DM) connectés qui devra aboutir à des conclusions "dans l'année", a annoncé le 22 novembre Isabelle Adenot, présidente de la commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cedimts).

    2 154

    Politique

    Vers une doctrine d'évaluation spécifique aux dispositifs médicaux connectés (HAS)

    PARIS (TICpharma) - La Haute autorité de santé (HAS) va déterminer une doctrine d'évaluation spécifique aux dispositifs médicaux (DM) connectés, a indiqué le 5 octobre la présidente de la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts), Isabelle Adenot.

    0 169

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 4 =