L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    E-santé: l'offensive estivale des GAFAM

    PARIS (TICpharma) - Pas de trêve estivale pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM), qui semblent bien décidés à prendre la pole position dans la course à l'e-santé et ont enchaîné les annonces cet été.

    L'e-santé s'apparente de plus en plus à un nouveau pays de Cocagne pour les GAFAM, qui y voient non seulement un nouvel axe de développement mais aussi une source de revenus intéressante pour des grands noms soumis à l'impérieuse nécessité de se réinventer pour continuer à exister.

    L'été aura été faste en annonces diverses et variées.

    Pour le "G" de GAFAM, le géant Google, l'e-santé constitue le fer de lance de sa stratégie de développement. Il s'agit d'ailleurs du mantra de son patron, Larry Page, qui répète aussi souvent qu'il le peut que si "de nombreuses sociétés ne réussissent pas sur le long terme", c'est parce qu'elles "loupent le futur". Il n'est donc pas question de passer à côté de l'Eldorado de la santé connectée.

    Alors que l'intelligence artificielle (IA) est au coeur de toutes les innovations récentes des géants de la tech, Google entend y recourir pour faire émerger un vrai Dr Google. Sa filiale spécialisée dans l'IA, DeepMind, a présenté cet été un logiciel capable de dépister plus de 50 maladies opthalmologiques à partir d'images de l'œil, avec un taux de précision de 94%, comme des ophtalmologues formés à l'exercice.

    Si le logiciel doit encore passer quelques épreuves avant son homologation, il pourrait demain reléguer au rang de "superviseur" les professionnels de l'œil ou, a minima, devenir un assistant précieux.

    Au côté du Dr Google, le géant californien met également au point un Google coach en santé. Le projet, baptisé Wooden, consisterait à mettre au point un assistant virtuel capable de conseiller ses utilisateurs (repas diététiques pour les diabétiques, notamment). Il reposerait sur une IA, qui, à partir des données de santé de l'utilisateur, pourrait personnaliser son coaching.

    L'été a aussi été pour Google l'occasion de trouver une utilité à ses lunettes connectées, qui pourraient servir dans le traitement de l'autisme chez les enfants. Dans une étude publiée dans la revue NPJ Digital Medicine, des chercheurs ont constaté que le port des Google Glass pendant des sessions d'exercices de 20 minutes par semaine, pendant 10 semaines, avait des effets positifs sur les interactions sociales d'enfants atteints d'autisme.

    De son côté, Apple, le premier "A" de GAFAM, a multiplié les annonces. Première entreprise à avoir dépassé le cap des 1.000 milliards de dollars en Bourse au début de l'été, la marque à la pomme entend bien poursuivre son développement en santé. Pour cela, elle veut transformer l'un de ses produits phares, l'Apple Watch, en véritable dispositif médical connecté.

    D’après le média américain CNBC, la firme de Cupertino cherche ainsi à recruter un développeur capable de mettre au point une puce "santé" qu'elle intégrerait à sa montre.

    Nouvelle preuve de l'engouement d'Apple pour l'e-santé, son programme Apple Health Records, qui permet aux utilisateurs d'iPhone de partager leurs données avec des professionnels de santé, continue son développement.

    Le 15 août, le groupe revendiquait "plus de 75 organismes partenaires" parmi les établissements de soins outre-Atlantique. La participation d'Apple au projet Fast Healthcare Interoperability Resources (FHIR), destiné à rendre interopérables les données de santé, devrait lui permettre de convaincre encore quelques hôpitaux de le rejoindre.

    Enfin, fin août, Apple a annoncé un renforcement prochain de sa branche santé avec, par exemple, la mise au point d'un produit permettant de surveiller le taux de glycémie des patients diabétiques. Le produit n'est pas encore connu, ni les développements à venir de sa division santé, mais des annonces pourraient intervenir le 12 septembre, date de la conférence de rentrée de la marque.

    Facebook, Amazon et Microsoft: plus discrets mais toujours dans la course

    Si l'été a été plus calme pour Facebook, il a vu naître un important partenariat avec l'école de médecine de l'université de New York (NYU). Le réseau social aux 2 milliards d'utilisateurs et les chercheurs de la NYU entendent ainsi exploiter une IA pour rendre la communication des résultats des examens IRM "10 fois plus rapide". Objectif: faire gagner du temps aux professionnels comme aux patients, souvent suspendus au résultat pour poursuivre leur processus de soin, et, à terme, permettre une économie substantielle sur le traitement des IRM.

    Le deuxième "A" de GAFAM, Amazon, a débuté la course estivale tôt, dès le mois de juin. Pas de faux départ pour autant, et la société qui pèse désormais 1.000 milliards de dollars en Bourse (comme Apple) poursuit sa stratégie pour conquérir le marché de l'e-santé.

    Ainsi, au début du mois de juin, Amazon a annoncé le rachat de PillPack, une entreprise américaine spécialisée dans la distribution de médicaments par correspondance pour les malades chroniques. Cette précieuse prise pour Amazon vient conforter son ambition de devenir le leader incontesté du e-commerce... y compris de médicaments.

    L'été a aussi vu Amazon repenser son organisation interne, toujours avec la santé en ligne de mire. D'abord réservées aux salariés de l'entreprise, les "cliniques" Amazon se concrétisent et doivent permettre de réduire le coût de la prise en charge des problèmes de santé des employés et faire taire les voix qui s'élèvent pour dénoncer les conditions de travail sur la supply chain d'Amazon.

    Une clinique pilote sera ouverte "prochainement" à Seattle, où se trouve le siège de la firme. Elle doit servir de modèle à d'autres établissements du genre, plus grand public.

    Enfin, début août, ce sont plusieurs mastodontes de la tech dont le "M" de GAFAM, Microsoft, qui ont lancé un projet inédit dans l'e-santé. Avec Amazon, IBM, Oracle, Salesforce et Google, ils se sont lancés dans un consortium inédit pour faciliter l'interopérabilité des données de santé, avec le concours de l'association américaine de régulation des données de santé DirectTrust.

    Concrètement, ces entreprises entendent améliorer l’échange de données de santé entres elles, avec les patients et les institutions, grâce à l'IA et le cloud, au nom du "bien commun".

    Derrière le vernis philanthrope, l'objectif pour ces industriels est également de lever les obstacles provoqués par la non-interopérabilité des données de santé pour rendre leurs technologies mieux adaptées et donc plus efficaces partout: à l'hôpital, dans les centres de soins ou chez le médecin traitant.

    Wassinia Zirar

    À suivre

    L'administration des chimiothérapies sécurisée par informatique à Montpellier

    https://www.biofit-event.com/?utm_source=TIC

    Acteurs

    Amazon se lance dans la vente de dispositifs médicaux

    SEATTLE (Washington) (TICpharma) - Le géant de l'e-commerce Amazon s'est allié à la société américaine Arcadia Group pour vendre une nouvelle marque de dispositifs médicaux sur sa plateforme, a rapporté la chaîne américaine CNBC.

    0 170

    Etudes

    Big pharma et réseaux sociaux: des contenus moins nombreux en 2017, mais mieux ciblés

    PARIS (TICpharma) - Les publications des 20 plus grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux sur les réseaux sociaux ont été moins nombreuses en 2017 que l'année précédente, mais ciblées vers des audiences plus pertinentes, selon les résultats du troisième "Social Check-up" réalisé par l'agence Ogilvy Healthworld et consultés par TICpharma.

    0 405

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    6 + 6 =