L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Acteurs

    Le consortium M4P lance "Diatabase", première base de données sur le diabète en France

    PARIS (TICpharma) - Le consortium M4P a obtenu le feu vert de Bpifrance qui va lui permettre de mettre en œuvre son projet de constitution d’une base de données cliniques sur le diabète, Diatabase, a-t-il annoncé le 12 juillet.

    Le consortium M4P pour "médecine prédictive, préventive, personnalisée et participative" est emmené par le groupe Altran.

    Il est constitué d'experts regroupant des associations de professionnels de santé spécialisés dans le diabète comme le réseau de santé Carédiab, des chercheurs du Centre d’études et de recherches (Ceritd) et de l’Institut Mines-Telecom (IMT), qui met à disposition sa plateforme de recherche en intelligence artificielle (IA) "Teralab", mais aussi des acteurs privés de santé tels que la société Nutritoring, le spécialiste de l’analyse des données OpenHealth et la société Ant’inno, associée au CEA List pour l’analyse sémantique des données non structurées et leur exploitation.

    "Le consortium poursuit ainsi un objectif d’amélioration des prises en charge, d’étude et de recherche sur cette pathologie qui concerne 3,7 millions de personnes en France. Le projet M4P a été validé par la direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l’économie et des finances dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA)-Fonds national pour la société numérique", a-t-il été précisé.

    En France, 3,7 millions de personnes sont traitées pour un diabète de type 1 ou de type 2, soit plus de 5% de la population.

    Alors que d'importantes quantités de données de santé sur la maladie en ville et à l’hôpital sont générées, y compris par les patients eux-mêmes via des objets connectés, ces données massives pourraient permettre de "progresser sur la connaissance des diabètes" et "améliorer les soins", notamment l'identification des facteurs de risque, l'aide au diagnostic ou encore le suivi de l’efficacité des traitements.

    Le projet M4P a pour ambition de "constituer et industrialiser une base de données multi-sources sur le diabète", la "Diatabase", qui sera alimentée par des données issues de l’hôpital, de la médecine de ville, de centres de recherche, d’objets connectés et croisées avec les données des bases médico-économiques du Système national des données de santé (SNDS).

    "Le projet doit permettre d’améliorer les conditions de vie et de prise en charge des personnes diabétiques grâce à l’amélioration des connaissances et le partage d’informations entre les différents acteurs hospitaliers du soin comme entre les centres experts et la médecine de ville", a commenté le Dr Charpentier, président du Ceritd, cité dans le communiqué du consortium.

    "L’analyse des volumes massifs de données collectées 'en vie réelle' impose de lever des verrous techniques notamment en matière d’interopérabilité et favorisera la compréhension de la maladie tout en fournissant aux autorités sanitaires et aux industriels des outils de suivi des médicaments et dispositifs médicaux utilisés", a pour sa part souligné le Dr Robin, directeur général d’OpenHealth, société spécialisée dans l’analyse des données de santé, partie prenante du projet M4P.

    Le consortium s’est donné trois ans pour constituer la Diatabase et débuter son exploitation.

    Wassinia Zirar

    À suivre

    La santé mentale à l'orée de sa digitalisation

    Acteurs

    Sanofi recherche des "dizaines" de partenaires pour sa plateforme de données

    PARIS (TICpharma) - Sanofi recherche des "dizaines" de partenaires, notamment en France, capables de gérer la technologie permettant d'exploiter sa plateforme de données lancée en 2017, a déclaré son directeur monde de la production de preuves médicales, Bernard Hamelin, lors d'un petit-déjeuner de presse organisé le 22 mars.

    0 230

    Politique

    La France doit structurer et amplifier son patrimoine de données de vie réelle (rapport)

    PARIS (TICpharma) - Un rapport sur le suivi en vie réelle des médicaments publié le 19 décembre pointe les forces et les faiblesses de la France en termes de sources et d'outils de traitement des données en vie réelle, et formule plusieurs recommandations pour profiter des apports du numérique dans la réalisation d'études observationnelles.

    0 237

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    4 + 2 =