L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Acteurs

    Philips, Vivalto et Bpifrance investissent dans un nouveau fonds pour la santé digitale

    SURESNES (Hauts-de-Seine) (TICpharma) - Philips et la holding du groupe de cliniques privées Vivalto santé ont annoncé leur participation, aux côtés d'autres investisseurs et acteurs de santé, à un nouveau fonds de capital-innovation consacré aux start-up du domaine de la santé et du digital.

    Ce fonds, baptisé CapDecisif 4 et géré par la société CapDecisif Management, a comme investisseur principal la banque publique d'investissement Bpifrance, à laquelle se sont ajoutées lors d'un premier tour des participations minoritaires de Philips, Vivalto et du groupe de produits cosmétiques L'Occitane, pour des montants non communiqués.

    Un deuxième closing devrait permettre à d'autres sociétés d'investir dans le fonds, qui vise une dotation comprise entre 50 millions et 75 millions d'euros, a-t-on appris auprès d'Antonin Marcault, responsable innovation et nouveaux business de Philips, contacté par TICpharma.

    Le fonds est destiné à financer "une quinzaine" de start-up françaises de la santé et du numérique dans leurs premiers stades de développement, a-t-il précisé. "L'objectif est de financer rapidement des start-up à des stades early stage, avec la possibilité de se repositionner par la suite sur les tours suivants de levée de fonds", a-t-il poursuivi.

    En discussion avec la société de gestion CapDecisif Management, Philips espère que les premières annonces d'investissement du fonds auront lieu "avant la fin de l'année", a ajouté Antonin Marcault.

    Pour Philips, il s'agit de poursuivre sa stratégie de fonds de fonds, menée via son fonds de capital-risque Philips Venture, qui lui permet de contribuer à l'essor de jeunes pousses françaises positionnées sur des aires stratégiques pour lui, comme la cardiologie, le monitoring patient en continu, la médecine de précision en oncologie, la génomique, l'imagerie diagnostique et l'intelligence artificielle (IA) appliquée à la santé.

    Le groupe néerlandais se recentre depuis 2014 sur le secteur de la santé, après la scission de son activité éclairage. L'informatique est devenue la clé de voûte de sa stratégie dans le secteur, avec plus de 60% de son budget R&D dirigé vers le développement de logiciels (voir dépêche du 6 octobre 2017).

    "L'écosystème français de l'innovation a été identifié par le groupe comme très riche et porteur d'opportunités pour nos activités", a expliqué Antonin Marcault. Investir dans les jeunes pousses permet ainsi au groupe de "sécuriser" d'éventuels futurs partenariats avec ces acteurs.

    L'annonce de la contribution de Philips au fonds CapDecisif 4 s'inscrit dans le cadre de sa stratégie d'investissement dans la santé digitale menée notamment en Europe, aux Etats-Unis et en Israël.

    Aux côtés d'autres industriels de santé comme le laboratoire Sanofi, Philips a contribué en France à la création de l'incubateur Tech Care Paris, géré par l'agence de développement économique Paris&Co. Ce programme sélectionne et accompagne chaque année une trentaine de start-up du secteur de la santé depuis 2014 (voir dépêche du 25 janvier 2018).

    "Centre névralgique de l'innovation"

    Au plan international, Philips a créé en 2017 un programme d'accélération de start-up intitulé Healthworks, actif dans plusieurs domaines comme la cardiologie, la radiologie ou l'oncologie.

    Il accompagne chaque année des promotions comprenant huit à 10 start-up sur des périodes de trois mois pour des projets de recherche, de commercialisation ou d'implantation d'une brique technologique aux dispositifs déjà développés par le groupe. La start-up française Biomedex, spécialisée dans l'impression d'organes en 3D, a notamment fait partie du programme.

    Le fonds Philips Venture a aussi investi directement dans plusieurs start-up comme Lindcare, spécialisée dans le télésuivi des patients atteints de maladies chroniques, ou LeQuest, qui propose des formations en ligne aux équipements médicaux.

    En avril, le groupe néerlandais a annoncé l'ouverture d'un centre d'expertise mondial en IA entièrement consacré à la santé dans les locaux de sa filiale française à Suresnes (Hauts-de-Seine), rappelle-t-on (voir dépêche du 13 avril 2018).

    "L'écosystème d'investissement français est très bien structuré pour accompagner les start-up, et la France dispose à la fois d'une expertise clinique reconnue et des meilleurs chercheurs en IA au monde", a relevé Antonin Marcault, estimant que cette "convergence de dynamiques" a contribué au fait que Philips choisisse l'Hexagone comme "centre névralgique de l'innovation".

    Raphael Moreaux

    À suivre

    Guerbet: du produit d'imagerie aux outils d'"intelligence augmentée"

    Acteurs

    L'agence Paris&Co affiche la solidité de son incubateur de start-up e-santé

    PARIS (TICpharma) - L'incubateur Tech Care Paris de l'agence de développement économique et d'innovation Paris&Co a accompagné 54 start-up du domaine de la santé et du bien-être depuis sa création en 2014, et entend poursuivre sa dynamique avec le lancement d'un nouvel appel à candidatures, en partenariat avec de grandes entreprises comme Philips, Docapost ou Sanofi.

    0 193

    Solutions

    La CJUE sonne le glas de la certification des logiciels d'aide à la prescription

    LUXEMBOURG (TICpharma) - La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a estimé jeudi 7 décembre que les logiciels d'aide à la prescription (LAP) constituaient des dispositifs médicaux au sens du droit de l'UE, ce qui rend ainsi superflue la procédure française de certification des logiciels médicaux sous l'égide de la Haute autorité de santé (HAS).

    0 247

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 9 =