L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    

    Etudes

    Quantifier la sévérité de la maladie de Parkinson grâce à un smartphone?

    WASHINGTON (TICpharma) - Le mobile Parkinson Disease score pourrait permettre d'évaluer, grâce à une application pour smartphone, la sévérité des symptômes moteurs chez les patients atteints de maladie de Parkinson, suggère une étude publiée dans la revue JAMA Neurology.

    Les méthodes actuelles d'évaluation de la maladie de Parkinson sont "subjectives", "expérimentateur-dépendantes" et nécessitent d'être réalisées à l'hôpital, soulignent Andong Zhan de la Johns Hopkins University à Baltimore (Maryland) et ses collègues, estimant que les essais cliniques reposant sur ces mesures sont par conséquent longs, chers et à l'origine de faux-positifs ou de faux-négatifs.

    Or, nombre de symptômes moteurs de la maladie de Parkinson sont compatibles avec une évaluation objective par smartphone, soulignent-ils.

    Dans leur étude, ils se sont attachés à développer un système permettant d'évaluer la sévérité des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, le mobile Parkinson Disease score (mPDS), à partir d'une application pour smartphone.

    L'application HopkinsPD - Environmental Health Perspectives

    Pour ce faire, ils ont travaillé à partir des données de 129 patients parkinsoniens utilisateurs d'HopkinsPD, une application pour Android qui permet d'évaluer cinq "activités" (la voix, le tapotement du doigt, la démarche, l'équilibre et le temps de réaction) et qui peut être utilisée aussi souvent que souhaité.

    Les patients ont accompli en moyenne, sur 6 mois, 48 séries complètes d'activités (soit les cinq activités) à la fois avant et après la prise quotidienne de leur traitement dopaminergique. Grâce à ces données et à un algorithme reposant sur l'intelligence artificielle (machine-learning), les chercheurs ont établi le score mPDS de sévérité des symptômes, avec une échelle allant de 0 à 100 (plus le score est élevé, plus les symptômes sont graves).

    Le mPDS a alors été testé pendant six mois dans une deuxième cohorte composée de 23 patients et 17 contrôles, qui ont réalisé 210 séries complètes d'activités en moyenne. Le score mPDS moyen était de 57,5 pour l'ensemble des patients souffrant de maladie de Parkinson, contre 30,3 pour les contrôles. Chez les patients parkinsoniens, une fluctuation intrajournalière de la sévérité des symptômes de l'ordre de 13,9 points du mPDS a été observée. De plus, après la prise du traitement dopaminergique, le score mPDS, évalué chez 7 patients, a baissé en moyenne de 16,3 points -une diminution qui était statistiquement significative.

    Les chercheurs ont également comparé, chez 16 patients, les résultats du mPDS à ceux de plusieurs scores de motricité utilisés en clinique (notamment l'échelle MDS-UPDRS), et ont observé des corrélations entre ces scores qu'ils qualifient de "bonnes à excellentes".

    Les avantages du mPDS est qu'il peut être "utilisé fréquemment dans des conditions de vie réelle", qu'il "fournit une mesure objective -non influencée par l'expérimentateur- de la sévérité des symptômes de maladie de Parkinson" et qu'il pèse "de façon objective" les différents paramètres d'activité, estiment les chercheurs.

    L'étude de JAMA Neurology

    Sylvie Burnouf

    À suivre

    Novartis lance plusieurs applications mobiles consacrées aux pathologies ophtalmologiques

    Acteurs

    Start-up, assureurs, labos: les partenariats qu'il ne fallait pas manquer cet été

    PARIS (TICpharma) - Les rapprochements d'entreprises du champ de la santé et du numérique ne faiblissent pas. TICpharma revient sur les collaborations annoncées cet été entre sociétés technologiques, start-up, assureurs, laboratoires pharmaceutiques et fabricants de dispositifs médicaux.

    0 193

    Solutions

    Big et open data au service d'un observatoire pour la pharmacosurveillance des antalgiques

    PARIS (TICpharma) - Un observatoire est en cours de finalisation au sein de l'unité Inserm UMR 1107 (Neuro-Dol) afin d'assurer une pharmacosurveillance des antalgiques en France à l'aide d'outils d'analyse de données publiques et du big data, a-t-on appris auprès du responsable du projet, le Pr Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Clermont-Ferrand.

    0 149

    Vos réactions

    • C

      Chantal Casado

      Merci pour cet article et bravo aux inventeurs qui travaillent pour améliorer le quotidien des malades !
      Quand sera disponible cette application ? Sera-t-elle disponible en France ?

      11/05/2018 à 11:33

      Signaler un abus au modérateur

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    8 + 3 =