L’actualité numérique des industries de santé

    L’actualité numérique des industries de santé

    Acteurs

    La start-up Alan lève 23 millions d'euros pour "créer un géant européen" de la protection sociale digitale

    PARIS (TICpharma) - Seule start-up spécialisée dans l'insurtech (technologie de l'assurance) en France, Alan a levé 23 millions d'euros auprès du fonds de capital-risque Index Ventures, du patron d'Iliad (Free) et business angel Xavier Niel et de ses investisseurs historiques (Open CNP, Partech et p3VC).

    "Cette levée est la plus importante de l’insurtech en France", a d'emblée annoncé Jean-Charles Samuelian, cofondateur d'Alan (avec Charles Gorintin), mardi lors d'une conférence de presse dans ses bureaux parisiens devenus trop petits.

    Fondée en février 2016, la start-up -qui doit son nom au mathématicien et cryptologue britannique Alan Turing et à son compatriote et contemporain le philosophe Alan Watts- est la première société dédiée à l'assurance et à la complémentaire santé digitales.

    Plateforme 100% en ligne, destinée principalement aux entreprises "qui comptent entre 1 et 200 salariés", Alan propose aussi des offres aux salariés indépendants.

    Cette digitalisation totale de son activité implique un volume important de données. Alors, côté réglementation, la start-up -qui n'exclut pas d'héberger à l'avenir elle-même sa data externalisée- a déjà nommé son data protection officer (DPO, ou délégué à la protection des données).

    Pour rappel, le nouveau règlement européen 2016/679 sur la protection des données (RGPD), qui sera applicable à compter du 25 mai, rend obligatoire la désignation d’un DPO dans toutes les structures publiques comme privées.

    Crédits: Alan assurance

    Avec "plus de 7.000 assurés et 850 entreprises", Alan espère atteindre les 100.000 assurés "d'ici trois ans", a précisé Jean-Charles Samuelian.

    Forte de sa croissance rapide, la société propose depuis août 2017 une offre de couverture santé de "50 euros par mois et par salarié", contre 55 euros précédemment. "Nous sommes passés de 55 à 50 euros l'été dernier sans toucher aux garanties de nos assurés", s'est félicité Jean-Charles Samuelian.

    Avec sa levée de fonds de 23 millions d'euros, Alan entend désormais booster son développement.

    La start-up n'en est pas à son premier tour de table. En octobre 2016, après avoir décroché son agrément d’assurance indépendante, elle avait levé 12 millions d’euros pour se lancer.

    Cette fois, l'objectif est d'atteindre une maturité qui lui permettra de dépasser les frontières tricolores.

    23 millions d'euros pour bouleverser le marché européen

    "Cet investissement va nous permettre d’accélérer fortement notre croissance et de continuer à faire grandir notre équipe", a expliqué Jean-Charles Samuelian. Alan, qui compte une vingtaine de salariés, amorce un recrutement important pour passer à "environ 80 salariés", fin 2018.

    Concernant son chiffre d'affaires (entre 5 et 6 millions d'euros en mars 2018), là encore la jeune pousse vise une progression rapide: Jean-Charles Samuelian espère tripler ses ventes en mars 2019.

    Le dirigeant a également fait part de sa volonté "d'aligner de nouvelles ambitions" en redéfinissant sa stratégie produits, avec des offres axées sur le bien-être au travail et le "mieux-vivre" en entreprise.

    Pour cela, la start-up entend développer des outils de "prévention du stress".

    S'agissant d'une éventuelle complémentaire consacrée aux objets connectés de santé, la grande tendance des acteurs traditionnels de l'assurance (voir dépêche du 9 février 2018), Alan "regarde tout cela de loin" et n'envisage pas encore de se lancer sur le marché.

    "De manière volontaire, nous ne faisons rien là-dessus. La donnée qui est issue de ces objets connectés est assez peu qualifiée. Alors, avant de l'implémenter, nous nous concentrons sur une expérience d'assurance et complémentaire plus classique mais simple et fluide", a dit Jean-Charles Samuelian.

    Même tonalité pour la téléconsultation, que la start-up voit comme "un sujet intéressant" mais pas suffisamment "mûr" dans les usages.

    En attendant, l'ambition première d'Alan est clairement de "créer un géant européen de l'insurtech", a déclaré son patron, qui déplore que les grands noms du secteur, dont Oscar, soient "tous aux Etats-Unis".

    Wassinia Zirar

    À suivre

    Philips crée un centre de recherche sur l'IA appliquée à la santé en France

    Acteurs

    Pierre Fabre fait le pari de l’intelligence artificielle

    PARIS (TICpharma) - Pierre Fabre Médicaments a décidé de prendre le virage de l'intelligence artificielle (IA) et mise, pour cela, sur des partenariats avec des start-up identifiées lors de hackathons que le groupe organise, a expliqué son chief digital officer (CDO), Thierry Picard, dans un entretien à TICpharma.

    0 406

    Acteurs

    Intelligence artificielle, PLFSS, "grand plan d’investissement"... ce qu’il faut retenir depuis la rentrée

    PARIS (TICpharma) - Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), mission sur l’intelligence artificielle ou encore annonce d'un "grand plan d’investissement" faisant la part belle à la transformation numérique de la santé... TICpharma.com passe en revue les actualités qu'il ne fallait pas manquer ces derniers mois dans le champ du digital et de la santé.

    0 406

    Vos réactions

    Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
    7 + 6 =